Décès d’un homme d’Etat éclairé du Niger : Issoufou Bachar rappelé à Dieu

Décès d’un homme d’Etat éclairé du Nigér : Issoufou Bachar rappelé à Dieu« Toute âme goutera à la mort », voilà une vérité coranique à laquelle tous les hommes adhèrent, musulmans comme non musulmans. C’est une vérité universelle. La mort a encore pris au Niger, mais cette fois, elle « a pris gros ». Hier mardi 09 janvier 2018, en fin de matinée, c’est avec consternation que les Nigériens ont appris le décès de M. Issoufou Bachar, ancien Ambassadeur, Président du parti politique Alliance pour la Démocratie et le Progrès, ADP-Zumunci.

C’est un homme qui a marqué la vie politique du Niger qui vient de nous quitter. Un homme qui a fini par devenir grand en politique, non pas parce qu’il avait un grand parti, non pas parce qu’il a occupé de grands postes comme la Présidence de la République, celle de l’Assemblée nationale ou encore la Primature comme on peut le croire, mais par sa vision politique et sa constance idéologique.

Les Nigériens, retiennent de lui un homme de grande culture politique nationale et averti des questions géopolitiques et stratégiques internationales qui, à chaque fois qu’il y a un débat en court d’intérêt national ou international, n’a jamais hésité à intervenir sur les médias pour décortiquer les choses et les expliquer à tous. Les analyses de l’homme ont le plus souvent été claires et d’un niveau d’objectivité assez élevé.

Par exemple, au lendemain des élections générales qui ont classé le PNDS-Taraya premier des partis politiques au Niger, c’est Issou Bachar qui, sans aucune intention de plaire à qui que soit, était venu à la radio expliquer que le parti d’Elh Issoufou Mahamdou était « le plus organisé du Niger ». C’est encore lui qu’on avait entendu, deux ans plus tard, mettre le Chef de l’Etat et son camp en garde contre ce que bien d’autres observateurs ont appelé « concassage des formations politiques ». L’Ambassadeur Issoufou Bachar faisait partie de ces hommes d’Etats éclairés qui ont toujours éclairé le peuple des questions importantes qui le concernent.

Avec ce décès, la classe politique vient de perdre un doyen, le peuple nigérien un père aux conseils précieux et les médias une personne ressource importante. Le président de l’ADP-Zumunci laisse un grand vide, surtout dans un pays où la formation politique n’est pas une priorité pour les partis politiques. C’est donc un homme d’une grande sagesse qui n’est plus, une bibliothèque qui vient de brûler.

Reposez en paix M. Le Président. Qu’Allah vous accorde son paradis éternel. Amin !

10 janvier 2018
Source :  http://nigerdiaspora.net

Imprimer E-mail

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Société