Forfait Albarka

30 ans après sa mort, l’histoire donne raison à Seyni kountché

30 ans après sa mort, l’histoire donne raison à Seyni kountchéTrente (30) ans séparent Seyni Kountché de ce pays qu'il a tant aimé. Á la volonté de Dieu, on ne peut que se soumettre. Trois décennies suffisent pour faire un recul dans le passé et comprendre les agissements et les agitations de certains concitoyens qui, à l'époque, étaient les opposants clandestins à son régime. Il est mort d'une belle mort parce que c'est fini entre lui et son pays pour l'amour du quel, il n'hésite pas à taper très fort pour peu qu'il te suspecte de trahison vis-à-vis du Niger. Il n'a jamais eu besoin de prêter serment pour servir son pays. Sa profession de foi et son ambition démesurée de voir le pays aussi développé que libre suffisent comme serment pour se mettre au service de son peuple. Ce serment est resté intrinsèque et secret entre lui et son créateur. C'est ainsi qu'il se mit résolument au travail et sans relâche jusqu'à atteindre l'incapacité physique et intellectuelle lui permettant de vaquer à sa passion qui consiste à servir son Niger avec plaisir et abnégation sans rien demander en retour. Seyni Kountché a aimé son peuple. Et à l'époque, beaucoup le taxaient pour être un dictateur tellement il a tapé très fort sur ceux qui ont osé transgresser l'intérêt général. Une fois par an, il se donne le devoir de se rendre dans le Niger profond pour être en contact direct avec son peuple sans donner la chance aux intermédiaires et autres conseillers tapis à l'ombre des institutions pour dire les vraies réalités que vivent les Nigériens. À bord de sa Land-Rover, Seyni Kountché Sillonne villes, villages et hameaux du Niger tout entier. Il échange en direct avec tous villageois du Niger sans exception. Quand Seyni Kountché prend sa canne de pèlerinage pour parcourir le monde, c'est que l'hivernage n'a pas ré- pondu à l'attente des paysans. Il a insufflé son amour du travail partout dans les compartiments de l'appareil de l'État. Il surveillait tout et au grain. C'est ce qui a fait penser à beaucoup de Nigériens qu'il est présent partout et en même temps dans tous les services publics du Niger. Ainsi le service public était rendu dynamique et au bénéfice de tous les Nigé- riens sans oligarchie ni népotisme. Il a fait du mérite le seul pont pour accéder aux postes de responsabilité nationale, sous régionale et internationale. Aujourd’hui, 30 ans nous séparent de sa gouvernance. Et c'est maintenant que nous devons nous servir de cette célèbre phrase de son successeur, le Général Ali Saïbou qui disait à la Conférence nationale souveraine : " L'histoire va nous juger ". Et l'histoire a jugé vite ceux-là qui le dénigraient et mentaient sur sa gouvernance.

Ils l'ont suspecté d'avoir mis de côté 85 milliards à l'époque. Pour ce, ils l'ont poursuivi jusque á sa tombe pour la profaner. Malgré que l'histoire démontait tout leur mensonge à son endroit, les camarades roses, (c'est d'eux qu'il s' agit) n'ont pas lâcher leur campagne de dénigrement contre ce digne fils du Niger bien qu'il ne soit plus vivant. C'est ainsi que Hassoumi Massoudou, ministre des Finances dans son dernier speech à l'hémicycle a pris tout son temps pour l'accuser d'avoir, lui aussi prélever l'impôt sur l'héritage. Le ministre n'avait pas tenu compte de l'avènement des NTIC qui ont relayé automatiquement un discours de Kountché en audio sur l'héritage dans lequel ils menaçaient les mauvaises intentions de toucher indûment dans l'héritage des ayants droit. L'histoire s’est chargée d'elle même pour la défense de feu Seyni Kountché. Et toujours l'histoire nous a permis de connaître les vrais mobiles de l'adversité des camarades contre Seyni Kountché, même mort. Les Nigériens ont surtout eu l'occasion avec le temps et l'avènement des guristes au pouvoir qui ne parlent que du mal de lui de comparer les résultats des gouvernances sous Kountché dans un État d'exception et sous IM dans un régime purement démocratique. La différence est nette. Kountché, intègre et téméraire est mort pour laisser sa famille comme il a laissé tous les Nigériens sans rien accumuler après 13 ans de règne sans partage. Quant à nos démocrates, les Nigériens les ont découverts en seulement quelques petites années au pouvoir avec des richesses énormes et une mal gouvernance médiocre et incomparable à tous égards. Seyni Kountché a demandé à l'armée française de quitter le Niger à sa prise de pouvoir pour affirmer et confirmer notre indépendance. IM après avoir pris goût au pouvoir s'est donné plus de devoir à servir l'occident que son pays. Ainsi, il autorise l'armée française à reprendre sa place du colon et même d'autres comme les Us army, l'Allemagne et l'Italie à piétiner notre souveraineté en installant leurs bases militaires comme ils veulent sur notre sol. Les Nigériens, aujourd’hui, savent la différence entre Seyni Kountché et ses ennemis tous plus riches qu’aucun régime ne s’est illicitement servi comme les renaissants. Cependant, l’histoire continue à écrire …

10 novembre 2017
Source : L'Eclosion

Imprimer E-mail

Société