Forfait Albarka

Lutte contre la toxicomanie à Maradi : Les jeunes s’engagent contre la consommation du chicha

Chicha toxicomanie MaradiImage d'illustrationLe conseil régional de la jeunesse de Maradi a organisé le dimanche 5 novembre 2017 une grande conférence-débats autour de la problématique de la consommation des substances psychotropes qui tend à se banaliser.

Le constat est aujourd’hui amer, car dans les fadas les jeunes s’adonnent à la consommation de substances de toutes sortes : cigarettes, l’alcool et même de la drogue dure pour certains. Mais de plus en plus, c’est la consommation du chicha qui est en train de prendre de l’ampleur dans la ville de Maradi. Nombreux sont les jeunes qui s’y adonnent sans en mesurer la gravité. Quoi que suffisamment nocive, ce n’est pas tant la consommation du chicha qui est le problème. Le véritable problème, c’est l’association qui est faite entre le chicha et d’autres substances encore plus nocives pour la santé. En plus de l’origine douteuse de ces produits, les jeunes ne connaissent ni la composition ni le dosage, d’où les overdoses fréquentes chez les jeunes. Rien que la semaine dernière, aux environs de la petite gare appelé « Tashan Achura », un jeune drogué a rendu l’âme probablement des suites d’une overdose.

Face à ce fléau, les jeunes entendent eux-mêmes se mobiliser pour stopper l’hémorragie, car si cela devait continuer c’est l’avenir de la société qui serait compromis, étant donné que la jeunesse représente l’avenir de la communauté. Mais si cette jeunesse est droguée et délinquante, elle ne serait pas en mesure de jouer pleinement sa mission. Conscient de ces enjeux, le conseil régional de la jeunesse a organisé cette rencontre d’échange avec les jeunes afin que des réflexions et des débats francs puissent permettre de mieux comprendre le phénomène et de se donner les moyens de l’endiguer.

La participation massive des jeunes à cette conférence est la preuve qu’ils ont pris conscience des enjeux de la consommation des substances dangereuses comme le chicha. Cela témoigne également de leur disponibilité à faire tout ce qui est en leur pour pouvoir pour aider à combattre ce fléau dévastateur. Beaucoup d’entre eux reconnaissent que cette conférence leur a permis de mieux comprendre les choses. C’est le cas de Moussa Aliou, un jeune amateur du chicha. «  J’ai commencé à prendre le chicha juste par plaisir, juste parce que tout le monde en prenait dans la fada. Progressivement, je m’y suis habitué au point d’en être accros. Mais je n’ai aucune idée de la composition du produit. Maintenant j’ai bien compris les risques auxquels je suis exposé et je pense que dorénavant je ne vais plus en consommer ». Comme lui, beaucoup n’ont pas la moindre idée des risques qu’ils encourent à consommer le chicha. Ils voient seulement autour d’eux des gens montrer des signes de nervosité, tomber malades au jour le jour et s’évanouir. Au sortir de cette conférence, les jeunes ont compris tous ces comportements ont une explication rationnelle et savent désormais à quoi s’en tenir.

L’initiative du conseil régional de la jeunesse est à saluer dans la mesure où elle témoigne d’une prise de conscience des jeunes et leur détermination à trouver des solutions aux problèmes qu’ils rencontrent. Ainsi, cette conférence a permis à la jeunesse de comprendre que la consommation du chicha et des substances associées n’est nullement un signe d’aisance, de bourgeoisie, pas plus qu’elle n’est un symbole d’évolution. C’est juste de la toxicomanie et comme telle, elle doit être combattue. Et que ce soit la jeunesse elle-elle qui initie une telle démarche, c’est là toute la beauté de cette initiative qu’il convient d’appuyer en apportant aux jeunes l’aide nécessaire à l’atteinte de leur objectif qui est d’endiguer la toxicomanie à Maradi.

Garba Boureyma.

 07 novembre 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Société