Forfait Albarka

Lutte contre le terrorisme : les FDS vengent les morts d’Ayorou

Lutte contre le terrorisme : les FDS vengent les morts d’AyorouSelon certaines informations non encore confirmées de source officielle, les forces de défense et de sécurité du Niger auraient finalement réussi à neutraliser la colonne de terroristes qui avaient attaqué le camp de gendarmerie d’Ayorou le samedi 21 octobre dernier, aux environs de 5 heures du matin. Cette riposte énergique et foudroyante de notre vaillante armée, si elle venait à se confirmer, constitue un avertissement clair pour tous les terroristes qui vont s’aventurer sur le territoire nigérien pour perpétrer des attaques.

Celle-ci intervient quelques deux semaines après l’embuscade meurtrière tendue à un groupe de militaires nigériens et américains, et qui a couté la vie à 4 G.I’s et 4 militaires nigériens. Le 11 mai dernier, ce camp avait également été attaqué par des assaillants qui avaient réussi à emporter une importante quantité de matériel. Aucune perte en vies humaines n’avait été signalée.

Le déroulé de l’attaque du camp de gendarmerie

Selon un communiqué du ministère de la défense publié quelques heures après les événements, « ce samedi 21 octobre 2017, à l’aube, la brigade de Gendarmerie d’Ayorou à fait l’objet d’une attaque terroriste perpétrée par des éléments armés non identifiés à bord de véhicules et de motos » Selon le communiqué, le bilan est de 13 morts et 5 blessés parmi les gendarmes. Le communiqué du ministère de la défense a poursuivi en indiquant qu’ « une poursuite a été engagée par les forces terrestres et aériennes en vue de neutraliser les assaillants qui se sont dirigés vers le nord ». Quelques heures plus tard, la situation va s’améliorer favorablement avec un communiqué diffusé sur les ondes de la télévision nationale et lu par le Lieutenant-colonel Adamou Samba Gagara, qui annonce qu’« une poursuite engagée par les forces aériennes et terrestres a permis de détruire un véhicule des assaillants et ses occupants en territoire malien ». Le communiqué ajoute que les opérations de ratissage se poursuivent.

Selon nos sources, les assaillants seraient venus à bord de vehicules aux couleurs de l’armée nigérienne. Une tactique qui vise à tromper la vigilance des militaires dans une zone qui est depuis plusieurs mois sous état d’urgence, au même titre que des localités des régions de Tahoua et la région de Diffa. Et selon RFI, les terroristes sont « arrivés du côté est de la ville, en direction des camps des réfugiés maliens de Tabareybarey, et ont envahi samedi à l'aube le camp de la gendarmerie ». Selon la dépêche, « avant de fuir en direction de la frontière malienne, les assaillants ont pillé le magasin de la brigade de la gendarmerie et emporté du matériel de guerre ainsi que trois véhicules de gendarmes ». Fort heureusement, l’unité de parachutistes de Yassen a été immédiatement alertée, ce qui a permis d’engager des poursuites contre les assaillants. Pour ne donner aucune chance de replis aux assaillants, les positions militaires qui se trouvent dans la zone, où sur leur trajectoire supposée, ont été alertés. Et c’est finalement dans la zone d’Inatès, et en plein territoire malien que les militaires nigériens vont atteindre le premier véhicule des terroristes qu’ils vont neutraliser avec l’ensemble de ses occupants. Le reste de la troupe du commando terroriste a été localisé à un point qui leur servit de refuge, lorsqu’ils ont sentis que les militaires nigériens qui sont à leurs trousses n’allaient pas lâcher prise.

Les leçons à tirer

Cette attaque repose la sempiternelle question de la collaboration des populations dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. En effet, cette lutte ne peut être gagnée qu’avec une franche collaboration des populations qui doivent informer les FDS de tout mouvement ou toute présence suspecte à bords de véhicules aux abords de certains camps militaires. De plus, les informations faisant état de l’infiltration des camps de réfugiés, doivent amener les autorités nationales à reposer la question de la collaboration des populations des camps dans ce noble combat. En effet, selon RFI, ces camps constituent des refuges appropriés pour les éléments terroristes pour stocker des armes en vue des futures attaques. Ce qui suppose des complicités internes sans lesquelles cette stratégie ne peut être mise en place.

Il reste cependant que les forces de défense et de sécurité ont infligé une véritable punition aux éléments terroristes qui croyaient pouvoir s’en tirer à bon compte, sans coup férir, et sans grands dégâts, comme ce fut le cas suite aux précédentes attaques. La réplique cinglante des FDS et le probable lourd bilan enregistré du coté de l’ennemi, constitue un avertissement de taille aux nébuleuses terroristes qui écument la bande sahélienne. Le message est clair : si vous attaquez le territoire nigérien, les militaires vous poursuivrons et vous infligeront la punition adéquate.

Garé

23 octobre 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Société