Forfait Albarka

Maladies tropicales négligées dans la région Zinder : Evaluation de la campagne de masse de distribution des médicaments

Après 4 mois de traitement dans les districts sanitaires de la région de Zinder, le responsable de la santé de la région vient de faire le point de la campagne de masse de distribution de médicaments contre les maladies tropicales négligées (MTN) à savoir la bilharziose, les géo helminthes, le trachome et la filariose lymphatique. 

Les maladies tropicales négligées constituent aujourd’hui une préoccupation partagée par la communauté internationale, et constitue un problème planétaire au regard des fortes morbidités qui leur sont attribuées. La campagne de masse de distribution des médicaments prévue initialement pour une durée de un mois, a duré 4 mois pendant lesquels les districts sanitaires ont distribué les médicaments contre la bilharziose, les géo helminthes, le trachome et la filariose lymphatique. Au niveau des districts, dans la région on a traité globalement 100 personnes sur 100, soit 100% de couverture. Ces résultats sont contenus grâce à l’appui multiforme apporté par le centre Carter et HKI.

Dans son intervention le gouverneur de la région de Zinder, Issa Moussa a montré que, chaque année, on dénombre des milliers de cas de ces maladies dans le monde, de surcroît en Afrique subsaharienne. Au Niger ces maladies constituent un problème de santé publique au point où de mériter, selon le gouverneur, une attention particulière. Dans la région de Zinder, malgré les multiples efforts engagés dans la lutte, la prévalence du trachome ‘’cécitant’’ chez les enfants de 1 à 9 ans a atteint 14,14% au niveau du district sanitaire de Mirriah. De 2011 à 2016, la région a enregistré plus de 500 cas d’hydrocèle et 42 cas d’éléphantiasis à l’occasion de la semaine de quête des cas de complication de la filariose lymphatique et des campagnes de traitement de masse contre les MTN (maladie tropicale négligé). Ces chiffres malheureusement ne représentent qu’une infime partie de la réalité sachant que pour les complications de la filariose, beaucoup les considère comme étant encore des maladies honteuses. Ces MTN sont aussi et surtout un fléau social qui freine le développement économique des pays endémiques comme le Niger. Puisque le trachome non traité conduit au trichiasis qui rend aveugle et l’hydrocèle et l’éléphantiasis sont des facteurs de rejet au sein des communautés. La bilharziose et les vers intestinaux provoquent l’absentéisme des enfants au niveau des écoles.

Selon Maman Soffo, coordinateur régional du programme de lutte contre les MTN à la direction régionale de la santé publique, il y a 17 MTN à travers le monde. Au Niger, il en existe 10 mais des campagnes de masse sont organisées dans la lutte contre 5 qui sont : la bilharziose, les géo helminthes ou vers intestinaux, le trachome, la filariose lymphatique et l’onchocercose ou cécité des rivières.

Il est surtout recommandé l’appui aux régions pour la prise en charge chirurgicales gratuite de tous les cas d’hydrocèle notifiés lors des campagnes de traitement de masse.

Amadou Mahamadou (Zinder)

12 octobre 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Société