Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Inondations : le fleuve Niger réclame son lit

Inondations  Le fleuve Niger réclame son lit Vraisemblablement, les jours prochains ne seront pas de tout repos pour le gouvernement, principalement pour le ministère en charge de la gestion des catastrophes et les autorités régionales et communales de Niamey. En tout cas, le fleuve Niger ne cache pas ses légitimes intentions de réclamer ce qui lui appartient : son lit.

En 2012, alors que l’on ne l’attendait pas dans une aussi grande colère, il est arrivé engloutissant maisons, rizières et jardins potagers sur son passage, débordant même de son lit. Trop tard pour limiter les dégâts, la montée du niveau du fleuve Niger avait alors atteint le pic de 618 cm, c’est-à-dire l’alerte rouge. En cette année 2017, techniciens et experts veillent au grain et les autorités préparent la riposte. En guise d’informations, le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, certainement en lien avec les services de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN) vient de publier les niveaux de montée des eaux du fleuve aux dates du 10 septembre et du 11 septembre 2017 qui se présentent comme suit : matin et soir du dimanche, respectivement, les niveaux 593 cm et 594 cm et matin du lundi, 595 cm. Comme quoi, on est déjà dans le seuil orange, alors même que la montée se poursuit et le ciel est loin d’avoir livré sa dernière goutte d’eau. « Cette année, le fleuve va incontestablement déborder.

C’est le contraire qui sera une surprise », fait observer , au micro du journal, « La Nation », Amadou Baba, un sexagénaire, habitant le quartier Kirkissoye qui, se fonde sur son intuition rejoignant ainsi les prévisions des techniciens. Plus loin, un riziculteur du quartier Gawèye très inquiet nous confie : « Cette année, il ne faut pas compter d’avec une quelconque production de riz, pas dans l’immédiat pour nos aménagements qui sont déjà inondés ». Les exploitants des jardins potagers qui jouxtent les bords du fleuve lorgnent, lorgnent, eux vers des lopins situés sur la terre ferme, loin du lit du fleuve pour espérer quelques productions en légumes. « Les cultures de contre-saison sont perdus pour cette année » ; Dixit Malam Adamou, saisonnier au Marché de la Rive Droite, sis rond-point Harobanda, qui gagne sa vie dans la vente des laitues et tomates qu’il se fournisse directement aux abords du fleuve chez les exploitants des jardins potagers des quartiers Nogaré et de Neini Goungou.

Chez les autorités, on ne désarme pas de pouvoir contenir les prochains débordements du fleuve. Selon, les propos du Ministre en charge de la gestion des catastrophes Laouan Magagi, en visite dans le 5ème arrondissement de Niamey au chevet des sinistrés de la saison 2017, rapportés par le quotidien gouvernemental « Le Sahel », la situation est sous contrôle. Certes, on peut constater sur les berges du fleuve, des grands travaux en cours, notamment la construction des digues et d’autres ouvrages afin de contenir les vagues déferlantes et destructrices annoncées à l’horizon, mais attendons de voir les lendemains des jours difficiles des occupants du lit du fleuve Niger avant toute congratulation.

Oumarou Kané

13 septembre 2017
Source : La Nation

 

Imprimer E-mail

Société