Forfait Albarka

Route Tahoua-Arlit : Le cauchemar des voyageurs

Tahoua Artlit CauchemarLe cauchemar des nombreuses personnes d’Agadez est aujourd’hui cette route appelée dans le temps la Route de l’Uranium. Construite, il y a plus de 37 ans, la Route Tahoua-Arlit (RTA) est aujourd’hui dégradée. Des nombreux usagers n’ont plus envie de voyager sur cet axe surnommé à Agadez, « Route Tikrakit Arkanay » (RTA) (‘’route de la honte et du calvaire’’). Les populations de la Région d’Agadez pensent qu’ils ne méritent pas  tout ce calvaire et dénoncent le silence complice de certains leaders de la Région pourtant bien placés pour défendre les droits des citoyens.
Une route oubliée
Ce dernier temps l’état de la route Tahoua-Arlit est sur toutes les lèvres à Agadez. BAHI, un voyageur venant d’Arlit, confie au journal « La Nation » : ‘’La route Tahoua-Arlit est vraiment oubliée par le régime de la 7ème République, nous avons appris que le président de la République en personne a lancé les travaux, mais depuis rien n’est fait’’. Et, il poursuit : ‘’ Sur la  route, nous avons croisé des gros camions qui transportent notre richesse. C’est notre uranium. Et dire qu’il n’y a pas de route de là où partent ces tonnes d’uranium. C’est injuste’’. Cet autre habitant d’Agadez Mohamed ALI nous confie : ‘’ Je trouve anormal que nos autres frères de la société civile au niveau national ne s’intéressent pas à ce calvaire. Ils dénoncent tout sauf cet oubli de l’état de la route Tahoua-Arlit. Ils font semblant d’ignorer même ce calvaire. Irrité, Mohamed ALI charge : ‘’ La route Tahoua-Arlit est aujourd’hui la honte de tous ces grands boubous, tous ces politiciens, nos élus à l’assemblée qui n’ont jamais lever le doigt pour parler de cette route qui a tout donné au Niger grâce aux richesses qui ont transité par elle’’.  


Un autre jeune engagé dans la société civile d’Agadez évoque le calvaire en parlant de cette route ‘’ Pour rallier Agadez à Tahoua, on a l’impression de revivre l’antiquité. J’ai très mal au cœur quand je vois l’Etat de la route Tahoua-Arlit.  C’est pour cela nous préférons l’appeler Route Tikrakit Arkanay (RTA) autrement dit ‘’route de la honte et du calvaire’’.
Madame Mariama est une femme leader de la région, elle pense ceci : ‘’ Il est grand temps que les autorités bougent, elles savent bien que cette route n’existe plus, on nous dit que les travaux sont en cours, mais on ne constate aucun changement. Rien n’est encore fait depuis le lancement fait par le président ISSOUFOU. Tout l’argent gaspillé dans SOKNI aurait dû être débloqué pour reprendre cette route’’, dit-elle. Madame Mariama confie au journal « LA NATION » : ‘’Même les hommes souffrent en empruntant cette route à plus forte raison nous les femmes’’
Au conseil régional de la jeunesse d’Agadez, on est préoccupé par l’état de dégradation de cette route et on dénonce le silence complice des hommes politiques de la région. Pour Abdourahman KOUTATA président du dit conseil : ‘’ Agadez ne mérite pas ces routes dégradées et quasi inexistantes. Il est temps que les autorités chargées de la réhabilitation de cette route comprennent que cela a trop durée et que trop c’est trop. Agadez se retrouve enclavée  carrément coupée des autres régions à cause des routes dégradées. Il est important de savoir que les voies de communication constituent le socle de tout développement économique. Agadez est doublement enclavée dans un pays enclavé. Il faut mettre fin à ce calvaire’’. Elhaj Ahmad RHISSA âgé aujourd’hui de 70 ans a perdu tout espoir. Il confie au journal « LA NATION » : ‘’ La reprise de cette route est un rêve. Ecoute mon fils de la presse, dites a ces politiciens d’arrêter de nous faire rêver, depuis que le mot élection est apparu tout celui qui veut être élu nous promet de faire du problème de cette route sa priorité mais toujours rien, Pourtant notre BRIGI a promis cette route depuis 2013 lors du Festival de l’AÏR organisé à TIMIA’’.
Une visite éclair qui n’a pas convaincu  
Le 06 Aout dernier, le ministre de l’équipement, lors d’une visite éclair à Agadez, s’exprimant face aux medias reconnait l’état de délabrement des routes qui relient Agadez aux autres régions du pays et à Arlit.  ‘’ Les axes Zinder- Agadez et surtout la route Tahoua- Arlit sont dans un état de délabrement. Pour la route Tahoua Arlit, des travaux sont en train d’être exécutés en deux lots. Il s’agit de la première partie qui s’étale d’Agadez à l’embranchement d’Ingall et la deuxième de l’embranchement à Tamaya ‘’  reconnait-il, avant de préciser : ‘’ Tous ces deux tronçons ont été financés par AREVA mais retardés par des difficultés d’ordre juridiques dans l’affaire AFRICARD- Etat du Niger. Mais, je pense que très bientôt les travaux vont reprendre et je vous promets que cet état de délabrement sur cette route ne le restera pas longtemps’’. Parlant du Kori TELWA qui coupe chaque année la circulation sur la route Tahoua-Arlit, le ministre Kadi ABDOULAYE avait dit que ‘’ Le Telwa, c’est une préoccupation pour les gens d’Agadez mais au-delà pour tous les Nigériens parce que c’est la voie qui va permettre le trafic intense dans les années à venir avec la transsaharienne (…) On envisage de transformer à ce niveau le dalot en un ouvrage plus efficace qui va permettre le passage de gros camions’’. Le ministre Kadi ABDOULAYE a promis lors de cette visite à Agadez que ‘’ En plus de Telwa, la plupart des ouvrages sur cette voie Agadez-Arlit doivent être étudiés de la même façon pour qu’ils répondent aux normes’’.
Plus d’un mois après cette visite, les populations de l’Aïr et les usagers de la route Tahoua-Arlit ne voient aucun changement venir. En attendant la réalisation de toutes ces longues et vieilles promesses des politiques, les citoyens continuent de  prendre leur courage à deux mains pour affronter chaque jour ‘’la route de la honte et du calvaire’’.
Issouf Hadan (Agadez)

12 septembre 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Société