Forfait Albarka

Hadj/2017 : 3.533 pèlerins dans des conditions difficiles à Mina

Hadj/2017 : 3.533 pèlerins dans des conditions difficiles à MinaContrairement à ce qu’on croyait, l’édition 2017 du pèlerinage en Terre Sainte ne sera pas une exception. Comme quoi, les problèmes dans l’organisation du Hadj ont encore de beaux jours devant eux.
Le Commissariat à l’Organisation du Hadj et de la Oumra (COHO), objet de toutes les critiques, depuis sa création, ne sera pas, cette année aussi, épargné. Et pour cause, 3.533 pèlerins en situation d’abandon à Mina en Arabie Saoudite. Cette fois, il ne s’agit pas de problèmes liés au retour de pèlerin au bercail, mais des conditions de vie très précaires. Selon des informations diffusées sur les réseaux sociaux, confirmées et relayées par la radio locale Anfani rapportant des témoignages recueillis sur les Lieux Saints, les pèlerins concernés sont laissés à eux-mêmes, sans nourriture ni logement alors même qu’ils se sont acquittés auprès du COHO des frais de restauration et d’hébergement y afférents qui s’élèveraient à 180.000 FCFA par personne. Si l’on prend la calculette, c’est un détournement de la bagatelle somme de 639 millions 540 mille FCFA qui serait reproché au COHO. Aussi, les pèlerins ‘’grugés’’, de même que leurs agences réclament-ils le remboursement de leurs frais versés. Pour survivre, les ‘’laissés pour compte’’ vivraient de l’aumône en attendant leur retour au bercail.

Comme on peut le constater, l’organisation de l’édition 2017 du Hadj qu’on croyait « clean » enregistre aussi ses problèmes. Pourtant, tout était bien parti pour un pèlerinage sans faute. Contrairement aux années précédentes, le COHO a, cette année, conduit et clôturé l’acheminement des pèlerins à temps, sans le moindre couac. Chose inhabituelle, on a même évoqué un vol de ratissage pour les retardataires, d’où des fleurs jetées sur le nouveau responsable de l’organisation du Hadj, Mr Djibrilla Boukari dont le coup d’essai fut un coup de maître avant que cette affaire de mauvais traitement de 3.553 pèlerins ne vienne « mettre du sable dans son plat ».

En attendant la réaction du COHO face à cette grave accusation, chacun va de son commentaire quant aux responsables de ce ‘’mauvais traitement’’.

Ce n’est pas la première fois que des pèlerins nigériens se plaignent d’avoir été ‘’spoliés’’. Généralement, ce sont les agences qui sont pointées d’un doigt accusateur pour avoir fait mains basses sur les ressources des pèlerins.

Oumarou Kané

05 septembre 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Société