Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

La tauromachie, une tradition séculaire annonçant la fête à Maradi

La tauromachie, une tradition séculaire annonçant la fête à MaradiCoutume dont l’origine remonte à la nuit des temps, la tauromachie communément appelée « hawon kaho » est une tradition hausa propre au Katsina. Elle se pratique à Maradi devant le Palais Royal Dankassawa deux fois par an, soit la veille des deux grandes fêtes musulmanes, le Ramadan et la Tabaski. La cérémonie de « Hawon Kaho » est un moment d’intense communion entre la population et les autorités administratives et coutumières. C’est sous leurs regards que se déroule la grande parade mettant aux prises un taureau géant choisi pour son agressivité et son extrême irritabilité et les bouchers, sûrs de leurs pouvoirs mystiques ou tout simplement pleins d’audace et d’insouciance. La veille de la cérémonie, le chef des bouchers se charge de préparer l’animal en lui administrant des décoctions et du piment pour le rendre plus agressif. Il reçoit également les jeunes bouchés qui désirent affronter l’animal dans l’arène et leur prodigue les conseils d’usage. Lorsque tout est prêt le matin, la bête est introduite dans l’arène où l’attendent déjà les bouchés gonflés à bloc. Déjà en transe, ces bouchers se mettent à trembler à la seule vue de l’animal, impatients de l’affronter.

Malgré tous les rites et les préparations mystiques qu’il implique, le « Hawon Kaho » est en réalité un divertissement, c’est un jeu consistant à défier un taureau, à l’irriter par des gestes provocateurs afin de le pousser à attaquer pour ensuite lui sauter sur le cou et s’y maintenir le plus longtemps possible. Le but visé est donc de tester chez le jeune boucher certaines qualités comme l’adresse, la souplesse, l’endurance et le courage. Et du courage, il en faut pour affronter une bête enragée, rendue encore plus folle par les sons des tamtams et les cris stridents d’une foule nombreuse dont la seule présence est perçue par l’animal comme une menace.

Les jeunes bouchers rivalisent d’ardeur pour réaliser le meilleur chrono suspendu entre les cornes du furieux taureau. Ils sont aidés en cela par les encouragements du public et surtout des griots qui maîtrisent le secret des airs de musique envoûtants, propres à réveiller les pouvoirs mystiques des jeunes bouchés. Car la veille de la cérémonie, un notable de la cour du nom de « Yari » le régisseur et le chef de la caste des bouchés ont fait la préparation mystique nécessaire, sous la bénédiction du Sultan. Cette préparation mystique explique pourquoi personne ne se blesse que rarement pendant la cérémonie, et ce malgré l’irritabilité de l’animal et la violence de ses coups de cornes. En temps normal, un tel animal peut facilement blesser ou même tuer. Mais des heures durant, la bête va se débattre en vain, devant un public totalement conquis. Ainsi, au-delà de son aspect sportif, le « Hawon Kaho » est devenu une identité culturelle du Katsina. Cette tradition a pu fort heureusement résister à la vague de modernisation qui sape lentement les fondements culturels de nos sociétés.

Sani Habou Magagi, historien de la cour du Katsina pense que pour conserver encore longtemps cette tradition, il faudra nécessairement explorer de nouveaux mécanismes permettant de lui donner une dimension nationale, voire internationale. Ainsi, on peut la revaloriser en créant des rencontres, des festivals internationaux de tauromachie. Si de nombreux pays vivent du tourisme par exemple, pourquoi ne pas créer l’engouement nécessaire à l’internationalisation de cette fête des bouchers du Katsina ?

Au moment où la vague de modernisation emporte petit à petit les cultures traditionnelles africaines, il est heureux de constater que les bouchers du Katsina ont su perpétuer cette tradition qui fait la fierté des Maradaoua. Aux pouvoirs publics de lui donner une dimension susceptible d’en faire « Hawon Kaho » une des plus grandes rencontres culturelles du continent.

Garba Boureyma (Maradi)

05 septembre 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Société