Médecine traditionnelle : La mise en garde de Dr. Hima Mahamane

Médecine traditionnelle : La mise en garde de Dr. Hima Mahamane Dr. Hima Mahamane, Consultant en Santé et Environnement, a bien voulu donné son avis relativement à cette question. Selon lui, des précautions doivent être prises afin de ne pas mettre la vie de certains patients en danger du fait des agissements des vendeurs d’illusions.

Docteur Hima Mahamane souligne que « la force ou l’intérêt de la médecine traditionnelle, c’est qu’elle s’exerce au sein d’une communauté et de ce fait elle se base sur la culture et les croyances religieuses et mystiques. Ainsi, la communauté y adhère et elle devient le premier recours pour la majorité de la population rurale. Cependant, elle a des moyens diagnostiques très limités et incertains. On constate aussi une prolifération de « vrais-faux thérapeutes », de véritables marchands d’illusions, voire de la mort ». En effet dit-il, « ils prétendent guérir toutes sortes de maladies (cancer, insuffisance rénale et diabète) jouant ainsi sur la crédulité des uns et le désespoir des autres. Ils prennent ainsi les malades en otage, et mettent leurs vies en danger. Ils parviennent seulement à retarder la prise en charge des malades par la médecine moderne ouvrant ainsi la voie à une aggravation de leur état de santé, des complications et même des décès. » Selon Docteur Hima Mahamane, l’identification et l’encadrement des tradipraticiens et la circonscription de leurs activités est obligatoire pour les pouvoirs publics.

Lire également  : Niger : La médecine traditionnelle reste le premier recours de 80% de la population

Docteur Hima Mahamane a ajouté que « la médecine traditionnelle n’est pas forcement la panacée pour tous les problèmes de santé. Elle peut être un leurre aux conséquences irréversibles ».

Une mise en garde qui vaut son pesant d’or dans un contexte marqué par une propension de la population pauvre à avoir recours aux tradipraticiens pour certaines maladies réputées incurables.

Garé Amadou

05 septembre 2017
Source : La Nation

Imprimer