Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Fête de l'Aïd El-Kebir : Le Chef de l'Etat et des milliers de fidèles participent à la grande prière

Fête de l'Aïd El-Kebir : Le Chef de l'Etat et des milliers de fidèles participent à la grande prière Les fidèles musulmans de notre pays ont célébré, samedi dernier, la fête de tabaski ou Aïd El-Kebir dans la joie et l'allégresse. Comme à l'accoutumée, le Président de la République, chef de l'Etat SE Issoufou Mahamadou a effectué le déplacement de la grande mosquée de Niamey où il a pris part à la prière. Ce sont des milliers de fidèles qui ont pris d'assaut l'enceinte de la grande prière de Niamey afin d'assister à la prière. L'on notait également la présence du Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini, du 2e vice-président de l'Assemblée Nationale, M. Liman Ali Mahamadou, des présidents des institutions de la République, des députés nationaux, des membres du gouvernement, des représentants du corps diplomatique accrédités dans notre pays, des responsables régionaux et municipaux, ainsi que des responsables coutumiers et religieux.
Au terme de la prière, l'imam de la mosquée des grandes prières de Niamey, Cheick Djabiri Ismaël, a prononcé un sermon avant de dire une ''fatiya'' pour que le Tout-Puissant, le Clément, le Miséricordieux protège le Niger et son peuple. Il a ensuite procédé à l'immolation du bélier donnant ainsi le coup d'envoi aux fidèles pour l'accomplissement du rite d'Abraham.


Après avoir assisté à la grande prière, le Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou, s'est rendu au Palais de la Présidence de la République où il a reçu les vœux de bonne fête du Premier ministre, du 2eme vice-président de l'Assemblée Nationale, des présidents des institutions de la république, des membres du gouvernement, des corps constitués et des personnalités politiques, coutumières et religieuses.

Les grands moments de la journée de la tabaski
Quelques instants plus tard, les fidèles rentrés chez eux, ont procédé à l'abattage des animaux (moutons, cabris et même des bœufs) pour consacrer à cette tradition religieuse, observée depuis le prophète Ibrahim. Au Niger, un pays d'élevage, ce sont des milliers de têtes de bétail qui sont abattus chaque année à l'occasion de cette fête. Pour la journée du samedi, les rues de la capitale ont, pour un instant, pris l'allure d'un gigantesque abattoir à ciel ouvert. Une situation qui fait l'affaire des bouchers professionnels ou occasionnels ou tous ceux qui savent dépiécer les moutons. En effet, le prix minimum pour le travail est de 1000 F et en cette journée, ceux qui savent le faire s'en sortent bien.
Après avoir débarrassé les moutons de leurs peaux, commencent alors une autre pratique très observée ici à Niamey et dans la majorité des localités du pays, à savoir la grillade. Le plus souvent des voisins s'associent pour griller leurs moutons ensemble autour d'un même feu. Un support en bois ancré dans le sol tout autour du brasier sert à maintenir les carcasses de moutons bien fixées sur des piquets en forme de croix. Un autre moment de communion. Pendant que les adultes et les adolescents s'affairent à maintenir le brasier actif au moyen de gros morceaux de bois ou avec du charbon d'une part et d'autre à assaisonner la viande, les jeunes enfants eux s'activent à leur hobby favori du moment : le barbecue.
Le tout se déroule sous une ambiance de fête, musique et thé à gogo. Ce qui permet de sublimer la pénibilité de ce travail qui dure toute la journée. Le lendemain de la fête, comme de tradition, les femmes prennent le relais pour frire la viande grillée. C'est aussi, le jour des visites et de distribution de la viande. C'est ainsi que tôt le matin, des jeunes enfants, plateaux à la main ou sur la tête, sillonnent les rues et les concessions pour distribuer la viande, au préalable découpée, en petits morceaux.

Laouali Souleymane(onep)

04 septembre 2017
Source : http://lesahel.org

Imprimer E-mail

Société