Forfait Albarka

Lutte contre les migrations irrégulières : formation de 50 médiateurs

Flux migratoires illégaux vers l'Europe - AgadezSous le parrainage du gouverneur de la région d’Agadez, le conseil régional de la jeunesse,  en partenariat avec The African Network of Germany (TANG),  un réseau des Africains de l’Allemagne à travers  la phase 2 du projet LOST DRHAMS au Niger,  dans le cadre d’une campagne de prévention des migrations irrégulières, a organisé,  ce Mardi 22 Août 2017,  un atelier de formation au profit  de 50 médiateurs pour la lutte contre les migrations irrégulières
Un engagement de la région
Procédant à l’ouverture des travaux, le gouverneur de la région d’Agadez a souligné que les autorités régionales d’Agadez sont résolument engagées à respecter et faire respecter les lois et règlements de notre pays avec la rigueur requise. Depuis un certain temps,  nous sommes confrontés à la lutte contre la migration illicite qui nous demande beaucoup d’efforts, des moyens, des équipements et des ressources humaines. Ce sont bien souvent des moyens que nous prenons sur les moyens opérationnels de nos forces de défenses et de sécurité que nous détournons un peu ainsi de leur devoir régalien, ceci est très important à noter, dit-il.
Poursuivant son allocution,  le gouverneur de la région d’Agadez précise que c’est en cela que cet atelier revêt tout son sens dans la mesure où il contribuera sans nul doute à une sensibilisation de la jeunesse à mieux comprendre les dangers liés à la migration clandestine,  dit-il avant d’ajouter que c’est le lieu d’encourager le conseil régional de la jeunesse à s’investir davantage  dans le travail de sensibilisation et de formation de la jeunesse en situation de sans-emploi et de chômage au risque des tentations diverses et aux pratiques des activités illicites de la migration.
Selon M. Sadou SOLOKE,  gouverneur de la région, le manque de qualification et d’expérience ne facilite pas à nos jeunes leurs intégrations dans la vie active ;   mais cela ne constitue pas pour nous une raison suffisante pour s’exposer à la rigueur de la loi qui réprime les activités illicites liées à la migration,  souligne M. SOLOKE avant d’ajouter qu’il  demande, par conséquent,  aux jeunes de s’impliquer pleinement pour la réussite de cette formation. Il conclut en remerciant les partenaires techniques et financiers qui accompagnent la région d’Agadez dans le cadre de la lutte contre la migration irrégulière.


Agadez, porte d’entrée et de sortie des migrants
Pour DR Sylvie NANTCHA, présidente du réseau des Africains de l’Allemagne, on ne peut pas parler de la migration irrégulière sans venir à Agadez qui constitue la porte d’entrée et de sortie des migrants ;  On s’est rendu compte que c’est très important de sensibiliser les jeunes d’abord dans les pays d’origine ;  c’est pour cela dit-elle que nous travaillons avec dix (10) Pays qui sont les tops d’origine des migrants Africains, confie DR SYLVIE au journal la NATION, avant d’ajouter :  « Nous sommes dans la deuxième phase de notre projet ; on a fait plusieurs campagnes dans le cadre de la première phase ; on a projeté des films que nous avons produits dans les télévisions nationales de tous les 10 Pays et cette deuxième c’est une sensibilisation de proximité ;  nous formons des médiateurs communautaires ; nous formons des jeunes qui justement seront informés par rapport aux risques et dangers que les jeunes migrants illégaux, les migrants clandestins prennent pour traverser le désert , la mer méditerranée ou la barrière barbelée du Maroc,  dit-elle.
Selon la présidente du réseau des Africains de l’Allemagne,  le deuxième point sur lequel seront formés les jeunes, c’est par rapport à la réalité de la vie en Europe.  Beaucoup de jeunes qui viennent, le font pour avoir une vie meilleure, parce qu’ils se disent que l’Europe c’est un paradis, c’est un eldorado. « Nous voulons parler avec des jeunes de la réalité de la vie en Europe et le 3ème  point est axé sur les voies et moyens légaux pour pouvoir venir en Europe parce que notre but n’est pas de lutter contre la migration vers l’Europe,  mais de lutter contre la migration clandestine et  irrégulière vers l’Europe.
DR Sylvie NANTCHA,  présidente du réseau des Africains de l’Allemagne confie au journal la NATION que :  « Nous allons leur proposer tous les moyens qu’ils ont pour obtenir un visa et  pour venir légalement en Europe ; donc c’est la première partie de la formation de ces jeunes pour qu’eux-mêmes puissent ventiler ces informations à d’autres jeunes qui sont candidats à la migration irrégulière ; et dans un deuxième temps leur apprendre les techniques de communications ; comment communiquer avec une personne candidate à la migration irrégulière ; comment communiquer avec un groupe de personnes et le troisième point c’est de leur dire avant toute communication, avant toute sensibilisation,  il faut faire l’étude des milieux et je crois qu’ici à Agadez on a une situation très particulière, dit-elle avant d’ajouter qu’à Agadez, on n’est pas dans un pays d’origine de la migration comme au Nigeria, au Cameroun , ou bien au Sénégal ;  nous avons des jeunes qui sont en route déjà pour l’Europe, donc c’est pour cela que nous avons introduit dans ce programme deux journées de migration.  Ce mardi c’est la formation et après  nous allons rentrer dans dix ghettos pour rencontrer ces jeunes et faire des sensibilisations ici à Agadez »,  conclut DR Sylvie NANTCHA présidente du réseau des Africains de l’Allemagne.
Les jeunes bénéficiaires de cette formation se disent très édifiés sur les risques et dangers que traversent les migrants dans le désert.  Les 5O médiateurs formés lancent un appel aux autorités pour créer les voies et moyens pour lutter contre la migration en trouvant du travail aux jeunes. Ils ont également demandé à leurs frères candidats à la migration irrégulière de renoncer et chercher les voies légales pour gagner leur vie.
Enfin, les 50 médiateurs qui ont bénéficié de la formation disent être disponibles pour apporter leur contribution à travers des sensibilisations aux niveau des jeunes qui sont tentés par cette mésaventure qui a fait beaucoup de morts, pourtant,   bras valides de l’Afrique.
ISSOUF HADAN

24 août 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Société