Forfait Albarka

Kawar / axe Dirkou-Agadez : L’insécurité persiste toujours

https://www.nigerdiaspora.net/images/Dirkou-Niger.jpgL’insécurité sur l’axe Dirkou-Agadez persiste. Des individus lourdement armés venus d’un pays voisin continuent de faire leur loi dans ce vaste désert de notre pays et souvent à quelques kilomètres de la ville d’Agadez. Pourtant, cette situation a été maintes fois dénoncée aux autorités régionales et nationales.

Des promesses qui se font toujours attendre

A plusieurs reprises, les acteurs de la société civile de Bilma ont lancé un appel aux autorités pour prendre leurs responsabilités et assurer la sécurité des personnes et leurs biens menacés par des bandits armés qui opèrent dans des lieux bien précis entre le village de Latey et Seguidime. Le Ministre en charge de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, Bazoum Mohamed, en visite dans la zone avait promis des mesures rapides pour faire face au banditisme qui sévit dans la zone notamment le renforcement de l’'effectif des éléments d'escorte des convois et l’équipement des Forces de Défense et des Sécurité des casernes de Dirkou et Bilma en armes et logistiques pour faire face à la situation.

 

Mais, force est de constater que rien n’a été fait depuis lors, du moins les mesures annoncées tardent à se concrétiser, selon des sources provenant de la zone concernée. Les individus armées circulent toujours dans la zone et continuent de dépouiller des pauvres citoyens Nigériens de leurs biens sur l’axe Dirkou- Agadez et entre les villages de Latey et Seguidime. La dernière attaque s’est déroulée, la semaine passée, où trois véhicules 4/4 lourdement armés, ont emporté un véhicule HILUX neuf. Cela se passait à une soixantaine de Kilomètres d’Agadez sur l’axe Dirkou. Tous les effets qui se trouvent dans le véhicule ont été emportés. Une source que nous avons contactée précise qu’un militaire de l’armée nigérienne en voyage privé touché par les balles des bandits, est légèrement blessé. La même source nous confirme que les bandits armés ont fouillé hommes et femmes sur cet axe. Tout naturellement, cette situation d’insécurité quasi permanente irrite certains ressortissants du Kawar qui pensent que les autorités tardent à prendre en charge la question. Chégou, un jeune ressortissant de cette zone pense que « L’Etat reste sourd et aveugle et n’a jamais engagé une quelconque poursuite contre ces bandits armés qui dérangent sur cet axe Dirkou – Agadez. Cela fait des années que ces individus armés perturbent la quiétude des citoyens et des usagers dans cette zone et notre Etat ne fait rien, c’est inadmissible », dit-il.

Un autre ressortissant du Kawar de passage à Agadez confie au journal la « NATION » que «  les gens sont remontés par cette situation ». Et toujours lui d’ajouter : « Depuis la découverte de l’or du Djado, ces individus armés et surtout étrangers mènent des attaques sur les axes reliant Agadez au Kawar et ce que je ne comprends pas, c’est ce silence des autorités, on dirait que nous populations du KAWAR ne sommes pas des Nigériens ; le Niger doit assurer notre sécurité où nous allons le faire nous-mêmes ».

Une milice pour combattre les bandits armés

Des sources dignes de foi, nous apprenons que des jeunes ex-combattants du FARS ex-front Toubou et vivant dans le sud Libyen ont décidé de créer une milice armée pour combattre ces étrangers lourdement armés et d’autres bandits qui menacent la sécurité de leurs parents, leurs frères et femmes dans le Kawar. D’après nos informations, c’est un certain Barka SIDIMI ex-combattant du FARS et proche de l’ex-leader de la rébellion Toubou feu WARDOUGOU qui est à la tête de ce groupe d’auto-défense. Basé en Libye, SIDIMI a confirmé sur les réseaux sociaux l’installation de cette milice pour combattre les bandits qui perturbent la sécurité entre les frontières du Niger, de la Libye et du Tchad. Un ex combattant du même front FARS que nous avons contacté nous confie : Barka SIDIMI a des hommes, des armes et des véhicules et qu’il est prêt pour assurer la sécurité dans le Kawar, du moment où les Etats sont dépassés. Il n’est ni contre les Etats du Niger, de la Libye et du Tchad. Il veut collaborer pour assurer la sécurité dans cette zone qu’il maîtrise bien », dit-il. Cet ex-combattant ajoute : « Je suis dans mes affaires, ça marche bien, mais depuis la découverte de l’or, ces étrangers armés et d’autres bandits m’ont attaqué à plusieurs fois. Si moi, je peux me défendre, beaucoup ne le peuvent pas. C’est cette situation qui a poussé ces jeunes à penser à mettre en place une milice juste pour se défendre et assurer leur propre sécurité et celles de leurs frères dans le département de Bilma », conclut-il.

Certains ressortissants du Kawar saluent la mise en place de cette milice même si cela est contraire aux lois. Un acteur de la société civile de Bilma de passage à Agadez nous confie que : « C’est contraire à la loi, mais je pense que c’est une bonne chose, c’est une alternative pour assurer la sécurité.  Barka devrait s’approcher des autorités de notre pays pour cela. C’est un citoyen et il veut juste combattre les bandits. Il n’est pas contre le Niger. Je pense que l’armée doit collaborer avec lui pour mettre fin à cette insécurité. Du moment où nous apprenons qu’il a les moyens logistiques ».

En attendant, les bandits armés et étrangers lourdement armés opèrent paisiblement dans cette vaste zone de notre pays malgré les promesses du ministre de l’intérieur pour venir à bout de cette insécurité le plus rapidement.

Issouf Hadan (Agadez)
15 août 2017
Source : La Nation

 

Imprimer E-mail

Société