Forfait Albarka

Agadez : Grogne contre la SONICHAR et la NIGELEC

Nigelec Sonichar 01Une fois de plus la société Nigérienne d’électricité (NIGELEC) plonge la ville d’Agadez dans le noir, la coupure a débuté la veille du 57ème anniversaire de l’indépendance de la République et perdure encore. Certains quartiers ont passé 72 heures d’affilées sans électricité. Cette situation a causé beaucoup de désagréments aux abonnés et aux citoyens en général qui ne comprennent pas les raisons de ces longues et interminables coupures d’électricité à Agadez.

Un arrêt de la production de la SONICHAR

La NIGELEC dit regretter cette situation au niveau de la ville d’Agadez et sa périphérie, selon Brah Bouzou MOUSSA, chef secteur NIGELEC Agadez, en technique tout peut arriver, la situation est délicate car les deux tranches de la SONICHAR sont toutes à l’arrêt, ça peut venir même si on sait que nous avons une centrale au niveau de la SONICHAR qui a atteint un certain âge dans l’exploitation, mais même un matériel neuf peut tomber en panne, à plus forte raison un matériel un peu vieillissant, dit-il.

Le chef secteur de la NIGELEC Agadez confie au journal la NATION que des équipes sont à pied d’œuvre jour et nuit, et des efforts sont conjugués entre la NIGELEC et la SONICHAR pour rétablir cette situation le plutôt que possible. Cela nous fait beaucoup de soucis mais on vit à l’image de toute l’Afrique, nous ne sommes pas à la pointe de la technologie, cela, il faut le reconnaître, précise Mr BOUZOU, avant d’ajouter : « Donc, nos équipements peuvent tomber en panne plus facilement que ceux des sociétés sœurs qui sont au niveau d’autres continents qui ont plus la technologie et plus de moyens, parce que malheureusement c’est le même Etat qui doit faire tout : l’école, assurer la centrale et vu la situation économique régionale malgré les efforts de l’Etat, on n’arrive pas à combler le vide, parce que installer une nouvelle centrale demande beaucoup d’argent et nos Etats ne peuvent pas financer à 1OO%.

Poursuivant ses explications, le chef secteur de la NIGELEC Agadez, nous confie que pour l’instant ce qui s’est passé c’est un effondrement de la production, ce qui fait que le peu qu’on arrive à alimenter c’est avec notre production locale ; on arrive à alimenter les services les plus vitaux et ce qu’on peut alimenter, car l’urgence n’est pas la même, dit il. Mr BOUZOU précise que nous faisons de gros efforts pour couvrir au maximum, tout en faisant aussi l’effort de remettre en service de manière conjointe et la NIGELEC et la SONICHAR, personne n’est au repos, dit-il.

  1. Brah Bouzou MOUSSA, chef secteur NIGELEC Agadez, souhaite la compréhension des populations d’Agadez, il confie au journal la NATION que nos populations doivent comprendre que dès qu’il n’y a pas la tension, il y aura coupure, dit il, et au moment de notre entretien, dans les locaux même de la NIGELEC, le courant ne passe pas, Mr BOUZOU profite de l’occasion pour dire ceci : « Vous de la presse, vous êtes présentement à la NIGELEC, vous voyez de vous-mêmes que même nous, on n’a pas le jus à la source ; c’est une occasion pour vous de constater que on ne s’alimente pas pour laisser les autres ; nous espérons que la population va nous comprendre au maximum et de nous aider dans tous les sens.

A la question de savoir à quand la reprise normale de l’alimentation ? Le chef secteur NIGELEC Agadez répond : « On est en dépannage, à tout moment ça peut se rétablir parce que les équipes font de leur mieux, elles sont à pied d’œuvre ; mais il faut savoir qu’en technique vous pouvez prévoir un temps de dépannage et que c’est peut être pendant le dépannage que vous allez constater une anomalie qui peut entrainer l’arrêt du système dans 20H ou plus ; donc autant y remédier, dit il avant de conclure : « Pour le moment la production locale que nous avons ne peut pas alimenter très loin, mais les services qui sont autour du gouvernorat, de la compagnie militaire, le CHR, jusqu’au CSI centre ville, nous arrivons à prendre cette portion, mais on ne peut pas alimenter toute la ville, ça il faut le reconnaitre, et nous regrettons cela mais nous faisons le maximum’’.

Le ras le bol de la population

La population d’Agadez est très remontée par cette situation à laquelle elle n’est pas habituée. Ghabidine ATTAKA pense que la NIGELEC et la SONICHAR jouent avec la conscience des gens, la population n’est pas considérée, ils coupent l’électricité quand ils veulent sans nous avertir, dit il. Ce jeune acteur de la société civile confie au journal la NATION : « Si on demande des explications à la NIGELEC, ils disent c’est la SONICHAR, et de son côté la SONICHAR nous dit le problème se situe au niveau de la NIGELEC ; trop c’est trop ; il faut qu’ils arrêtent leur jeu de ping-pong.

  1. ATTAKA nous dis que le calvaire de la population, on ne peut même pas l’expliquer, faites un tour au marché rencontrer les commerçants des jus, laits frais et autres produits, ils vont vous faire pitié. Ils payent les factures mais toujours la NIGELEC contribue à faire pourrir leurs produits, un manque à gagner les autorités régionales et communales doivent avoir un regard et mettre la politique de côté au nom de l’intérêt général, conclut ATTAKA.

Un autre acteur de la société civile, bien connu à Agadez, Abdourahman INSAR confie au journal la NATION que la population d’Agadez est responsable de son calvaire, nous avons demander à ce que la population refuse de payer les factures, à la NIGELEC et la SONICHAR, ils font ce qu’ils veulent et nous, on croise les bras, dit il, avant d’ajouter : « Aujourd’hui la population d’Agadez doit comprendre quelque chose, la solution ne viendra pas du politique, parce que politiquement on a rien et nos députés s’en foutent, ils n’ont jamais dénoncé cette situation ». Pour Mr INSAR, c’est inconcevable, Agadez a une centrale située à 45KM de vol d’oiseau et à chaque fois la population est dans le noir, et pire la SONICHAR ne communique jamais ; cette société existe depuis 1978, ils doivent normalement songer à changer leur matériel, ils n’ont pas envisager l’avenir car la population augmente, tout est politisé au niveau de ces sociétés, lance t-il, avant de marteler : « Nous en tant qu’acteurs de la société civile, nous demandons à la population de prendre toutes ses responsabilités, on va faire un mois sans payer les factures, l’argent qu’ils gagnent passe où ? se demande enfin Abdourahman INSAR.

A travers un poste sur les réseaux sociaux, le maire de la commune urbaine d’Agadez Rhissa FELTOU exprime aux habitants d’Agadez sa profonde désolation et irritation provoquées par les désagréments importants que causent les longues coupures d’électricité ces derniers jours. Enfin, le président du conseil municipal, maire de la commune urbaine d’Agadez rassure la population : « Nous restons mobilisés avec vous au conseil ; et nous ferons notre possible pour soulager au plus vite cette difficulté ».

Vivement l’installation de la centrale solaire hybride d’Agadez pour mettre fin au calvaire des citoyens, victimes du dysfonctionnement de la SONICHAR et la NIGELEC.

Issouf Hadan (Agadez)

10 août 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Société