Orange experience digitale 2

Célébration de la Fête de l’Aïd El-Fitr à Zinder : Interpellation des fidèles retardataires

Zinder Interpellation fideles retardatairesA Zinder, l’apparition du croissant lunaire marquant les 2 grandes fêtes religieuses Ramadan et Tabaski a très rarement fait l’unanimité des fidèles. Malheureusement cette fois si aussi pour la fête de l’AID EL FITR du dimanche 25 juin 2017 n’a pas fait exception. Malgré l’annonce officielle de l’apparition du croissant lunaire dans plusieurs localités du pays : MAINESAROA, TESKER … à la télévision nationale et sur les réseaux sociaux, dès 19H 30, certains (ils étaient nombreux à Zinder) ont observé le jeûne, le dimanche 25 juin, quand le Niger était officiellement en fête. De sorte que le lundi 26 juin 2017, le lendemain de la célébration officielle de la fête de ramadan, lorsqu’ à la mosquée de Garin Malam (le quartier de marabout à Zinder), venu pour prier le traditionnel « IDI », l’Imam qui dirigeait la prière et ses nombreux fidèles sont arrêtés par les forces de l’ordre. La raison de cette célébration de la même fête en deux jours différents dans le même pays est inacceptable. Des dizaines de fidèles sont arrêtés et conduits à la gendarmerie, avant d’être libérés quelques heures après. Parce que selon le gouverneur ISSA MOUSSA, au nom de ces fidèles interpellés, une délégation de personnes a présenté ses excuses aux autorités et se sont engagées à ne plus recommencer. C’était la condition de leur libération. ISSA MOUSSA a appelé la population au calme et l’a invitée à respecter les lois de la République. Malgré la présence remarquée des gendarmes aux abords de la mosquée de Garin Malan, la situation reste vive. Devenue une affaire entre deux famille maraboutique, elle reste encore très préoccupante selon les riverains de la mosquée.

On se rappelle, les années antérieures de l’intervention musclée de la police au village de Korin Bakoy à 15 km de Zinder pour disperser des fidèles musulmans qui célébraient la grande fête de la Tabaski au lendemain de la date officielle. Tout comme on n’a pas oublié aussi les provocations de Malam Maï Guidan Kara. Quelques années que ces pratiques ont cessé, elles ressurgissent à nouveau.

AMADOU MAHAMADOU

28 juin 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Société