Orange experience digitale 2

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Le jour de la fête est un grand jour pour les femmes et les jeunes filles. C’est en effet un jour pas comme les autres, un jour de dépenses de toutes sortes pour se faire belle. Pour cela,  les femmes et les jeunes filles  prennent d’assaut  les salons de beauté où leur sont proposé  des soins de toutes sortes  sur le visage et tout le corps. Cela à travers le maquillage, les tresses, les coiffures, le gommage, le henné, etc. En cette veille de fête de Ramadan, toutes les femmes veulent plaire à leurs maris et  les jeunes filles, à leurs prétendants. Mais cette année, la demande ne semble pas répondre aux attentes des propriétaires de salons de beauté qui pensent dans leur majorité, que l’année dernière c’est encore mieux.

Mme Ibrahim Azima, responsable du salon de beauté Inès situé au quartier Bobiel non loin de la station Total Bobiel, confie que, « pour la fête, les préparatifs du côté des femmes vont bon train, car les femmes viennent en masse pour  réserver une place pour les tresses ou la coiffure. Les prix des tresses varient selon que la cliente soit une dame,  une jeune fille ou une fillette.

Pour les petites filles par exemple, le coût de la tresse va de 6000 francs à 6500 francs CFA. Pour les dames, la tresse  simple sans mèche est à 3000 francs CFA et, avec un paquet de mèche, 4000 francs CFA. La tresse avec mèche ajoutée revient à 7000 francs CFA avec un bonus gommage et épilage du visage offerts aux femmes. «Nous avons reçu beaucoup de réservations de places pour la tresse, la coiffure, le henné, le maquillage, etc. ainsi que des commandes pour l’attachement des foulards ou «gogoro», nous confie Mme Ibrahim.

Le prix du maquillage varie entre 7000 francs CFA le simple, 15000 francs voire 20000 francs CFA. Les femmes prennent rendez-vous surtout pour la veille de la fête notamment pour celles qui participent aux soirées. D’autres viennent se maquiller pour le jour même de la fête et même le lendemain », déclare Azima.

Selon elle, pour le henné simple traditionnel ou goudron, le prix est de 2000francs CFA ; le tchadien ou henné moderne coûte quant à lui entre 7000 francs et 10000 francs CFA.

Contrairement à l’année précédente, la clientèle connait une grande baisse parce que l’année passée, à pareil moment, il n’y avait même pas de  place ; dix jours avant même la fête, on a commencé à tresser les femmes tandis que cette année, c’est quatre jours avant la fête qu’on va commencer la tresse et le henné,  déplore Mme Azima qui ignore le nombre exact des femmes qui ont pris rendez-vous.

Une cliente du nom de Mme Siti Haoua, trouvée dans le salon, affirme que « les prix du salon de coiffure Inès sont très abordables ; les coiffeuses savent bien tresser. Et les prix  sont à la portée de tout le monde, elles sont très accueillantes et font vraiment de jolies tresses et autres soins du corps».

Au foyer Ibadourahamane, un salon à la mode surtout en cette période de ramadan, Mme Saley Hadjia Hadiza, fondatrice, nous parle sans ambages des activités qu’elle pratique dans le salon. « Les préparatifs de la fête vont bon train. D’ores et déjà, les clientes ont réservé les places pour les tresses et le henné et aussi le soin du visage», affirme-t-elle avant d’indiquer qu’elles ont tellement de réservations qu’elles sont obligées de donner un numéro à chaque cliente. Le prix des tresses varie de 2000 à 5000 francs CFA. « Nous n’utilisons pas de la mèche. En ce qui concerne le tchadien, les prix varient de 5000 francs à 7000 francs CFA. Pour les soins du visage, le prix est compris entre 5000 francs à 7000 francs CFA ou entre 15000 francs et 17000 francs CFA pour tout le corps. Nous proposons à nos clientes divers articles et à des prix imbattables ».

«La fête de l’année passée nous avons connu plus d’activités. A pareil moment déjà, nous étions trop débordées avec les clientes », remarque Mme Saley Hadiza. D’après elle, elles  ont beaucoup de coiffeuses et  tresseuses qui se remplacent selon leur disponibilité ; donc, les clientes n’ont pas à attendre. Elles peuvent être servies toutes en même temps. « Pour le henné, nous avons cinq femmes qui opèrent. Les femmes qui font le maquillage sont au nombre de trois et des fois, je les aide à faire le gommage et le maquillage ».

Aissa Moussa, une cliente, affirme fréquenter ce salon depuis cinq ans : «dès que j’ai besoin de me faire plus belle, je viens ici car le service est soigné et les prix sont abordables ».

 Quant à Zeinabou Boubacar, elle est venue pour se tresser pour la fête et en même temps faire le tchadien pour être en avance et pouvoir s’occuper d’autres tâches pour la fête. Elle confie qu’ « au foyer Ibadouramane, les femmes sont tressées ou maquillées en toute intimité car les hommes n’ont pas accès à l’atelier».

Rabi Assoumane Hamani

23 juin 2017 
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Société