Orange experience digitale 2

Préparatifs de la fête à Niamey : Hausse du Prix de la volaille

Pintade NigerActuellement, les prix des volailles sur les marchés inquiètent sérieusement les Nigériens, particulièrement les populations de Niamey. Comment comprendre que dans un pays comme le Niger où l'agriculture et l'élevage constituent les principales activités de plus de 80% de la population, que les volailles coûtent excessivement chères ? Surtout en cette veille de la fête de ramadan. En effet, le prix de la volaille connaissent une hausse considérable en cette période. Tel est le constat qui se dégage, lorsque nous nous sommes entretenus avec quelques vendeurs de volaille, que nous avons rencontrés, au nouveau marché de Niamey. Cet état de fait se répète chaque année. En tout cas il est très difficile voire impossible pour un nigérien moyen de se procurer des volailles. Les prix ont connu une hausse vertigineuse en quelques temps et connaitront sans nul doute une augmentation à l'approche de la fête.

Le prix de la volaille varient selon qu'il s'agisse de pintade et ou du poulet et en fonction de leur taille. Selon un vendeur, les prix des pintades sont compris entre 3.750F et 4.000F, tandis que celui du poulet se situe entre 2.500F à plus, en fonction de la taille. Selon le même vendeur cette hausse des prix se justifie par le fait que les volailles ne sont pas disponibles sur les différents marchés comme celui de Torodi, Makolondi, Téra, Baléyara où ils vont se ravitailler. Cette situation peut engendrer une hausse du prix de la volaille d'ici la fête de ramadan.

Pour les clients les vendeurs doivent revoir leurs prix, pour permettre à tout le monde d'avoir ces volailles, comme en témoigne Nafissa, une jeune femme que nous avons rencontrée au marché, " les vendeurs doivent revoir leurs prix, pour que tout le monde puisse disposer de ces produits pour la fête " a-t-elle martelé. Elle va plus loin en disant que " les autorités doivent revoir ces prix et exiger aux vendeurs de cesser cette pratique en prenant des mesures idoines comme nous avons l'habitude de le voir à Niamey, un préfet maire descendre sur le marché et cassé les prix pour que les volailles soient à la disposition de tous " a- telle conclu. Même son de cloche chez une autre cliente qui estime que " les vendeurs exagèrent, chaque année, ils augmentent les prix au détriment des populations " a-t-elle dit.

Cette situation doit interpeller les autorités qui ont en charge la question des prix et les autorités communales qui doivent veiller pour que ces genres de pratiques cessent au Niger.

Balkissa Hamidou

20 juin 2017 
Source : La Nation 

Imprimer E-mail

Société