Orange experience digitale 2

Préparatifs de la fête à Niamey

Préparatifs de la fête à NiameyEn cette troisième décade du mois béni de ramadan, les préparatifs de la fête préoccupent la population de Niamey. En effet, hommes, femmes et enfants, ont envahi comme une nuée de sauterelles, les marchés de la capitale pour se procurer des habits. Pendant ce temps, d'autres se rendent chez les tailleurs pour récupérer leurs habits et ou pour vérifier si le tailleur est en train de coudre leurs habits. Certaines s'activent pour se faire belles, en envahissant les salons de coiffures pour se tresser et ou mettre du henné (femmes et jeunes fille), et les hommes pour se coiffer. En tout cas, on peut dire sans risque de se tromper que les préparatifs vont bon train à Niamey, sauf que certaines personnes déplorent le coût exorbitant des produits. C'est le constat qui se dégage lorsque nous avons fait le tour de certains marchés, ateliers et salons de coiffure de la capitale.

Les marchés de Niamey sont submergés de personnes de tous âges, venant de tous les quartiers de Niamey pour acheter des habits de fête. A l'exemple du grand marché de Niamey, qui est plein à craquer de monde, venu de tous les quartiers de la capitale pour payer des habits. Pour mieux cerner les prix des produits nous avons approché quelques vendeurs et clients. Pour les vendeurs que nous avons interrogés, les prix sont abordables comme en témoigne Idrissa un vendeur d'habits que nous avons rencontré au grand marché de Niamey. " Les prix des habits sont restés stables. On y trouve les habits pour toutes les bourses " a-t-il précisé. Même son de cloche chez Hamissou un vendeur de chaussures. " J'invite les gens à venir acheter, il y a des chaussures pour tout le monde. Chacun en fonction des ses moyens peut trouver de quoi se mettre ", a-t-il affirmé Cet avis n'est pas partagé par les clients qui trouvent que les habits coûtent chers.

C'est le cas de Mamata une jeune femme venue payer des chaussures pour ses enfants : "tout coûte cher sur le marché et nous n'avons pas d'argent. Regardez ces chaussures que je suis en train de marchander pour mon bébé de 10 mois, le vendeur me demande de donner 3.000 FCFA à prendre ou à laisser et pour les autres qui sont plus âgés que lui à combien je vais les payer ? Que Dieu nous vienne en aide ", a conclu la jeune dame. Ce coût est aussi déploré par un homme que nous avons rencontré dans une boutique d'habits pour enfant. " Les habits coûtent chers. Pour trouver des habits de qualité, il faut au minimum disposer de 7.000F CFA et plus. Ce qui n'est pas le cas avant ", a- t- indiqué. Cette situation se retrouve chez les tailleurs. Pour les clients que nous avons croisés, les prix de couture sont en hausse. "La couture coûte chère à Niamey. Moi le modèle que j'ai choisi, le tailleur m'a dit qu'il le fait à 40.000 F CFA " a-t-elle dit. Une autre dame qui est venue récupérer les habits de ses enfants nous précise la même chose. "J'ai payé 5.000F par personne pour chaque ensemble. Alors que c'est pour des enfants de moins de 10 ans et ce sont des coutures simples" a -t- elle affirmé. Pour les tailleurs, la raison de cette hausse des prix est toute simple : c'est le matériel qui coûte cher sur les marchés, surtout en cette période.

Au niveau des salons de coiffure, les prix varient à la demande. Pour les clients que nous avons rencontrés, les prix de la tresse et ou de la coiffure restent stables. Pour une cliente que nous avons trouvée dans un salon de coiffure " les prix restent les mêmes, maintenant tout dépend de ce que veut le client. Ma tresse coûte 2.500F et c'est le même prix que je paye à chaque fois ", a mentionné la jeune dame.

Dans l'ensemble, les préparatifs de la fête se déroulent normalement à Niamey, en témoigne l'ambiance qui règne autour des marchés, des salons de coiffure, des tailleurs etc. Malgré le manque d'argent que certaines personnes déplorent, les préparatifs continuent au grand bonheur des commerçants qui voient leurs chiffres d'affaires augmenter considérablement.

Balkissa Hamidou

19 juin 2017 
Source :  La Nation 

Imprimer E-mail

Société