Forfait Albarka

Faits divers : Rabi Hima accuse le personnel du Palais des Congrès de l'assassinat mystique d'un agent

Rabi Hima Plus rien ne va entre les travailleurs et la directrice générale. La situation très critique que traverse le Palais des Congrès et la mort d'un agent imputée au personnel par la directrice générale rendent très difficile et austère le climat au niveau de cette boite. Lassés de subir constamment les humiliations et autres calomnies de la directrice générale, les travailleurs de Palais des Congrès de Niamey n'ont pas passé par le dos de la cuillère pour dénoncer et fustiger le comportement et les agissements, dignes de la période coloniale, de Rabi Hima. Depuis son arrivée à la tête du Palais des Congrès, la dame Rabi Hima, selon les agents, semble se trouver en terrain conquis. Autrement, elle se comporte en véritable colonisatrice, bafouant toutes les règles de gestion de ressources humaines et de respect du droit du travail. Selon les travailleurs du Palais des Congrès, Rabi Hima est championne dans le népotisme (recrutement abusif de ses parents et connaissances), le détournement de deniers publics et le déni des droits des travailleurs (dotations en outils et matériels de travail, prise en charge médicale …).

Avec Rabi Hima, selon les travailleurs, le Palais des Congrès qui faisait la fierté des Nigériens est devenu aujourd'hui un véritable dépotoir. Il faut des manifestations et autres cérémonies pour faire la salubrité et trouver de l'encens pour dissiper les mauvaises odeurs et autres puanteurs qui se dégagent et envahissent ce centre de conférences international qu'est le Palais des Congrès. Du reste, pour les agents de cette institution, la gestion de Rabi Hima est le symbole du népotisme, du favoritisme et de la gabegie. Elle brille par une incompétence notoire avec en toile de fonds la mise à sac de l'argent public. Accusant certains agents d'avoir assassiné un de leurs collègues par des voies mystiques, dame Rabi Hima se trouve aujourd'hui dans une situation critique. Car, elle aura à prouver ses propos accusatoires devant les juridictions et donner les noms des agents qui auraient assassiné son employé par des procédés mystiques. Selon des sources dignes de foi, le procureur du Tribunal de Grande Instance de Niamey, Samna Chaibou, aurait été saisi à cet effet par le personnel du Palais de Congrès. Nous y reviendrons !

Adamou

14 juin 2017 
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Société