Orange experience digitale 2

Niger : une centaine de migrants secourus en plein désert

Niger: une centaine de migrants secourus en plein désertUne centaine de migrants ouest-africains, dont des femmes, abandonnés par leur passeur sur la route de l’Europe via la Libye, ont été secourus récemment par l’armée du Niger en plein désert du nord du pays, a rapporté mardi une source sécuritaire à l’AFP.

«Environ cent migrants ouest-africains abandonnés par un passeur ont été secourus ces derniers jours par une patrouille militaire dans le désert» vers la Libye, a déclaré cette source sécuritaire sans donner plus de détails.

Selon le journal en ligne Aïr Info basé à Agadez, ces migrants «ont été sauvés in extremis de la mort par les forces de sécurité» près d’Achegour, une localité qui abrite un puit sur l’axe menant de Bilma à Dirkou en direction de la Libye. «Ils ont subi d’affreuses tortures de la part de leurs passeurs avant d’être abandonnés sans provision d’eau ou de nourriture», souligne le journal, citant une autre source sécuritaire.

À la mi-mai, quarante migrants ouest-africains, abandonnés par leur passeur, avaient été secourus par l’armée en plein désert du nord du Niger.

Début juin, 44 migrants, parmi lesquels des bébés, ont été retrouvés morts en plein désert dans la région d’Agadez, dans le nord du Niger, sur leur route vers la Libye voisine et probablement l’Europe, avaient annoncé des sources locale et humanitaire.

À la mi-mai, l’Italie et l’Allemagne ont réclamé l’ouverture d’une mission de l’UE à la frontière Niger-Libye pour lutter contre l’immigration clandestine vers l’Europe, selon une lettre adressée à la Commission européenne.

Entre janvier et mi-avril, l’Italie a vu arriver 42 500 personnes par la mer dont «97% ont embarqué en Libye», selon cette lettre dont l’AFP a obtenu une copie.

Pour fermer la route migratoire vers la Libye via le Niger, les deux pays prônent «des programmes de développement et de croissance pour les communautés le long de la frontière», «une assistance technique et financière aux organes libyens chargés de lutter contre la migration clandestine» et la formation du personnel libyen à la lutte contre les trafics.

Pour lutter contre les trafiquants, Niamey a voté en 2015 une loi très sévère pénalisant leurs crimes, qui les rend passibles de peines allant jusqu’à 30 ans de prison. Ce durcissement législatif est apparemment loin de décourager passeurs et migrants.

15 juin 2017
Source : http://www.journaldemontreal.com/

Imprimer E-mail

Société