Orange Promo Tabaski

mardi, 14 février 2017 06:51

"Networking ". « C’est un cadre qui permet aux participants de renforcer leur réseau professionnel, d’échanger avec des invités seniors qui partagent leurs expériences et conseillent les jeunes», explique Amadou Boukar.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Fada qui a siégé il y a quelques jours au restaurant "La Cabane" dans le quartier Plateau de Niamey n’a pas dérogé à l’habitude. Parmi les personnalités invitées lors de cette soirée, il y avait M. Aminou Boukari, l’Administrateur Général de Goviex, une société minière, qui était « l’invité sénior ». À 20h30mn déjà, les membres de la fada et les invités ont pris place. Le vice président du collectif ZZ, M. Amadou Boukar qui joue le rôle de modérateur, rappelle le principe de la rencontre, présente l’invité senior. Puis l’une après l’autre les personnes présentes déclinent leurs identités, précisent leurs occupations ou leur secteur d’activité. Ensuite, la parole est donnée à l’invité senior qui entretient l’assistance sur son cursus académique, son parcours professionnel et surtout son expérience.

L’Administrateur général de Goviex répond aux différentes questions des participants. Après le diner les discussions sont allées au-delà de l’intervention de l’invité sénior. Ce jour là, les échanges ont surtout porté sur la question du développement durable, la contribution que les jeunes peuvent apporter dans la construction de leur pays. En fonction de leurs préoccupations, de leurs domaines de compétence, ou tout simplement des constats autour d’eux, les intervenants   formulent des critiques, des observations aussi bien à l’endroit des gouvernants, de la jeunesse et du rôle qu’elle est appelée à jouer, etc. On retient des différentes interventions que la jeunesse doit apporter sa pierre à l’édifice de la construction et du développement du Niger, éventuellement de l’Afrique, s’investir dans la dynamique de changement de mentalité, et vaincre certains préjugés.

« Nous avons eu la chance d’étudier, d’être formés, nous sommes d’une certaine façon des privilégiés, mais qu’est ce que nous faisons pour faire avancer notre pays ? », a lancé une intervenante. Cette prise de position a fait effet chez les participants à la fada qui semblent prendre au sérieux le rôle qu’ils se donnent     pour le changement positif auquel les Nigériens aspirent.    

Souley Moutari(onep)

13 février 2017
Source : http://lesahel.org/