Justice internationale : Le Niger cité en exemple par Fatou Bensouda

fatou bensouda niger"Lors de son récent séjour au Niger, Fatou Bensouda, Procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a prononcé un important discours devant les députés nigériens en mettant en exergue le rôle pionnier que joue le Niger dans le succès de cette juridiction internationale, tout en saluant les efforts des plus hautes autorités. Le Niger est, selon Fatou Bensouda, le premier pays du continent à bénéficier de ce renforcement de connaissance sur la CPI, destiné aux députés nationaux.

Dans son allocution, Fatou Bensouda dit : « je voudrais, en ce moment solennel rendre un vibrant hommage à la République du Niger, pour son leadership et son soutien au travail de la Cour. Je me dois de le rappeler ici : le Niger fait partie des Etats pionniers qui ont permis l'entrée en vigueur du Statut de Rome. Il a déposé son instrument de ratification le 11 avril 2002, soit un peu moins de trois mois avant la date de l'entrée en vigueur du Statut ». De plus, selon Fatou Bensouda, « Le Niger peut depuis être cité comme modèle à la fois de soutien à la Cour et de coopération. Je me réjouis alors de l'excellence de la collaboration que nous avons avec les autorités nationales de votre pays. Votre pays n'a pas seulement mis en œuvre des réformes visant à renforcer la bonne gouvernance et le dialogue social. Il a également déployé des efforts immenses pour la modernisation de sa justice. Il faut se féliciter de ces chantiers importants ».

Elle s’est également félicitée de « la coopération que nous avons bâtie avec votre pays. Depuis l'ouverture des enquêtes de mon Bureau dans la situation au Mali, la Cour a en effet bénéficié d'une coopération pleine et entière des autorités nationales ». Pour illustrer ses propos, elle donne pour exemple l’extradition par le Niger du djihadiste malien M. Ahmad Al Faqi Al Mahdi en septembre 2015. Fatou Bensouda a estimé que « Cette collaboration de très haute qualité nous a valu le succès que nous avons eu dans l'affaire, où M. Al Mahdi a été déclaré coupable et condamné à neuf années de prison pour crime de guerre d'attaque contre les monuments historiques et bâtiments consacrés à la religion dans la belle ville de Tombouctou ».

Alors que de nombreux pays du continent ont exprimé leur intention de se retirer de la CPI, le Niger est de toute évidence dans une dynamique de soutien au traité de Rome qui a permis la création de ladite Cour. Pour preuve, ces mots prononcés par le Président de l’Assemblée nationale Ousseini Tinni, devant la Procureure de la CPI : « Le Niger restant ferme sur ses premiers engagements, partage entièrement la position commune de l'Union africaine sur la CPI, position qui consiste à soutenir cette juridiction, tout en se réservant un devoir de vigilance».

G.A

03 mai 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Orange Campagne Ramadan 2

Politique