Allocution de monsieur le ministre de l’emploi, du travail et de la protection sociale à l’occasion de la fête du travail

Ben Omar Fete Travail NigerNigériennes, Nigériens mes chers concitoyens ;
Demain, 1er mai 2017, notre pays, en communion avec la Communauté Internationale, célèbre la Fête du Travail qui, elle-même, consacre le 131ème anniversaire des évènements de Chicago considérés universellement comme le 1er jalon de la conquête de droits par les travailleurs.
Cette fête, symbolique à plus d’un titre, est pour le Gouvernement et les partenaires sociaux, l’occasion de jeter un regard rétrospectif sur l’état des rapports professionnels au cours de l’année écoulée et, par la même occasion, d’évaluer les grands chantiers sociaux qui focalisent nos intelligences et nos énergies.
L’année écoulée a été marquée par d’importantes mutations au plan socio-économique et la consolidation des acquis démocratiques au plan politique. La commémoration de cette journée historique intervient, donc, dans un contexte de stabilité qui a favorisé un apaisement des tensions sociales plus propice à l’épanouissement des actions génératrices d’une croissance économique durable et de progrès social.

Ainsi, conformément à sa politique de promotion du dialogue social dans la gestion des relations professionnelles, le Gouvernement de la 7ème République, n’a-t-il de cesse d’impliquer tous les acteurs du dialogue social dans les réflexions visant la recherche de solutions consensuelles aux préoccupations des partenaires sociaux.
En effet, nous demeurons profondément convaincus que le dialogue social constitue la voie la plus pertinente pour le règlement des tensions ou conflits qui affectent les rapports entre partenaires sociaux, mais aussi et surtout pour construire ensemble le monde du travail de demain.
A cet égard, un certain nombre de cadres de concertation regroupant aux côtés des pouvoirs publics, les organisations d’employeurs et de travailleurs et dans certaines situations, les représentants de la société civile œuvrent tous ensemble, pour la sauvegarde de la paix sociale et la pérennisation des acquis sociaux.
Au demeurant, la culture de dialogue aujourd’hui ancrée dans les mœurs sociales et la concertation permanente entre partenaires ont permis d’apporter des réponses satisfaisantes à de nombreuses préoccupations et attentes des travailleurs nigériens, en témoignent les différents accords conclus avec les différentes centrales de travailleurs.
Mesdames et Messieurs,
Comme vous le savez, l’événement coïncide, cette année, avec le premier anniversaire du deuxième mandat de son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l’Etat, ce qui nous donne, de ce fait, l’occasion de faire un état des lieux des réalisations faites pendant cette période.
Sans que cela ne soit exhaustif, on peut citer, entre autres :
Dans le domaine de l’emploi, la création de quatre-vingt-dix mille quatre cent onze (90 411) emplois dont 20 944 emplois permanents et 69 467 emplois temporaires. Quatre-vingt-cinq pour cent (85%) de ces emplois ont été créés dans le secteur public, ce qui signifie que l’Etat demeure le principal employeur ;

l’initiation à l’élaboration de micro-projets à l’intention de soixante-neuf (69) jeunes diplômés issus des huit (8) régions du pays dans le cadre de l’autonomisation socio-économique de cette frange importante de la population nigérienne qu’est la jeunesse ;

la poursuite de la mise en œuvre de l’accord signé entre le Royaume d’Arabie Saoudite et le Niger, relativement au recrutement de la main d’œuvre nigérienne ;

l’élaboration et la transmission de la fiche du Programme d’appui à l’emploi des jeunes à la Commission de la CEDEAO

l’élaboration du Programme de maitrise de la migration par la promotion du travail décent

D’autres perspectives en matière de création d’emploi sont ouvertes à travers notamment la poursuite des travaux du troisième échangeur de Niamey et la construction d’un troisième pont sur le fleuve Niger, dont la pose de la première pierre a été faite par SEM le Président de la République, Chef de l’Etat.

Dans le domaine du travail et du dialogue social, nous pouvons citer, entre autres :

la poursuite des négociations avec les centrales syndicales sur leurs plateformes revendicatives soumises au Gouvernement ;

l’établissement des rapports sur les conventions internationales de l’OIT ratifiées par le Niger ;

le lancement du processus d’élaboration de la politique Nationale du travail ;

Par ailleurs, afin de déterminer la représentativité des centrales syndicales, la Commission Nationale des Elections Professionnelles (CONEP), créée à cet effet, est à pied d’œuvre en vue d’organiser les élections.

Dans le domaine de la Protection Sociale, des avancées significatives ont été enregistrées, à travers, notamment :

la poursuite du processus de mise en place de la mutuelle de santé des agents de l’Etat ;
l’élaboration du programme de réinsertion socio-économique des victimes de travail forcé ;
l’élaboration du document de projet « bâtir un socle de protection sociale pour le Niger » ;
l’élaboration du document de programme sur la migration
Mesdames et Messieurs,
Ces réalisations, nous les devons aussi à l’importante contribution des partenaires sociaux qui ont œuvré assidûment à nos côtés et à l’appui des partenaires au développement, notamment le Bureau International du Travail et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), qui nous accompagnent constamment dans toutes nos actions d’amélioration des conditions de vie et de travail de nos laborieuses populations, en général, et celles des travailleurs, en particulier.
Aussi, devons-nous fonder l’espoir que toutes ces actions réalisées en synergie avec l’ensemble des acteurs susciteront une grande motivation des agents de l’Etat et favoriseront l’accroissement de leur rendement individuel et collectif en vue d’atteindre une plus grande efficacité dans l’Administration Publique.
Mesdames et Messieurs,
Traditionnellement, la fête du travail est aussi l’occasion, pour les pouvoirs publics de reconnaître et de distinguer les travailleurs les plus méritants, afin de les inciter à davantage d’efforts dans l’optique de rendre les principes de la productivité et du rendement plus palpables aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé.
Plus qu’une simple distinction honorifique, la nomination des récipiendaires à la médaille d’honneur du travail est un encouragement pour plus d’efforts au travail et un facteur d’émulation pour les autres travailleurs.
A vous-mêmes et à tous les autres, je présente au nom du Président de la République et du Gouvernement toutes mes félicitations et formule l’espoir que les nominés de cette année, inciteront encore plus l’ensemble des travailleurs pour que la culture de l’excellence soit dorénavant et exclusivement la référence dans nos structures productives tant dans le secteur public que dans le secteur privé.
Car, nous devons garder à l’esprit l’ouverture de notre pays sur le reste du monde, situation qui nous impose, si nous voulons survivre, de consacrer la culture du travail bien fait, ce qui permettra à notre pays de jouer valablement sa partition sur l’échiquier social, politique et économique mondial.
Mesdames et Messieurs,
Avant de terminer, je voudrais, en cette veille de saison pluvieuse, formuler le vœu que Le Tout Puissant, Le Tout Miséricordieux gratifie notre pays d’un hivernage fécond, afin que soit banni à jamais le spectre de la faim et de la pauvreté.
Bonne Fête du Travail à tous ! 
Vive le Niger ! 
Je vous remercie de votre aimable attention.

Imprimer E-mail

Orange Campagne Ramadan 2

Politique