Airtel Niger

Les nouvelles du Pays


  • Communiqué du Ministère de la Défense Nationale relatif à l'attaque de la Brigade de Gendarmerie d'Ayorou : treize gendarmes tués et cinq autres blessés

    Communiqué du Ministère de la Défense Nationale relatif à l'attaque de la Brigade de Gendarmerie d'Ayorou : treize gendarmes tués et cinq autres blessés

renaissance nigerLa renaissance s'est embourbée, patinant dans la boue de ses scandales et dans le tourbillon de sa malgouvernance. Elle ne sait plus où donner de la tête tant elle se sent cernée de toute part. Epuisée peutêtre mais stratégique sans doute, l'opposition l'observe se débattre dans ses difficultés, rassurée qu'elle ne puisse plus se plaindre du rôle défaitiste de l'opposition, de ce que les socialistes considéraient comme de la subversion. La renaissance ne peut donc plus plaindre un autre, en tout cas pas l'opposition, sinon que de se plaindre d'elle-même en comprenant aujourd'hui qu'elle est tombée dans son propre piège. Est-il d'ailleurs possible de réussir quand on ne peut pas faire confiance même à des alliés ? C'est donc cela le grand drame de la renaissance qui s'est surestimée et croire qu'elle ne pouvoir être que le seul bon dans le pays. Ainsi, un opposant serait un apatride, et un allié un vulgaire et minable chercheur de pitance, un mendiant politique qui cherche à trouver à manger quand il ne peut supporter de faire de l'opposition.

Comment peut-on expliquer l'échec de socialistes qui ont fait croire qu'ils incarnent l'élite et donc l'intelligentsia nationale pour mieux savoir gouverner que quiconque ? C'est du moins, l'idée qu'ils ont donné d'euxmêmes, toute chose que leur discours tranchant corroborait par ailleurs. Leur conception terriblement livresque de la gestion du pouvoir, se nourrissant à la source de Machiavel ne pouvait pas leur permettre d'avoir un regard plus mesuré sur la délicatesse du pouvoir qui, en Afrique encore plus davantage, se stratifie d'une dimension animiste et mystique qui le rend encore plus délicat, pour savoir se montrer à la hauteur pour gouverner non pas que dans la droiture mais surtout dans la grandeur. Et les camarades à qui le hasard de l'histoire a fait la faveur de gouverner, vont, prenant les rênes du pouvoir, gérer avec un petit coeur d'enfants revanchards qui jouent plus à faire mal à un autre pour lui faire comprendre qu'ils ont le pouvoir et donc la force. Ainsi sont-ils arrivés à bloquer le pays qui vit aujourd'hui les moments les plus incertains de son histoire. Certains observateurs s'accordent même à dire que le pays n'a jamais connu un tel seuil de dérives et de déchirures à l'image de la situation que traverse le pays aujourd'hui.

Après six années de gestion chaotique, désastreuse par-delà quelques béton qu'elle exhibe pour dire sa réussite, la renaissance a conduit le pays au désastre : au plan politique, la méfiance et la haine ont fini par conduire les acteurs à se tourner le dos, incapables d'avoir entre eux, même pour l'intérêt général, un dialogue fécond. Cela fait bien longtemps que le CNDP est en panne, et l'on a même souvent entendu des acteurs majeurs du système professer que le CNDP qui nous avait pourtant valu quelques envies il y a quelques années, ne valait rien et qu'il n'était d'aucune utilité pour le pays. Au plan social, il n'y a plus que de la grogne dans le pays. Partout l'on n'entend que des colères de Nigériens qui se disent trompés et trahis. La pauvreté prend racine dans les couches de la société, l'électricité et l'eau sont incertaines. La faim tenaille, des rêves sont brisés et les revendications s'amplifient. En plus des organisations professionnelles, on observe un éveil de la société civile qui demande des comptes par rapport à des scandales qui auront montré finalement que c'est une mafia qui gouverne. Au plan économique c'est un autre désastre. La crise financière est profonde et ce d'autant plus que le seul combat qui reste au gouvernement de Brigi Rafini est de pouvoir payer des salaires. Et Dieu sait avec quelles difficultés cela se fait. Ces derniers temps, il est même arrivé que ce soit à comptegoutte que l'on paie les enseignants contractuels. A chaque fois, ne sont servis que les premiers qui arrivent.

Alors que le front du terrorisme s'est quelque peu estompé, la renaissance doit faire face à une multitude de fronts qui s'ouvrent dans beaucoup de secteurs de la vie nationale et ce à un moment où l'argent lui fait gravement défaut pour accéder à la kyrielle de revendications qui l'assomment de toute part. Mais étant donné que jusqu'aux dernières élections trafiquées, elle a fait comprendre que tout allait mieux dans le pays, qu'elle aurait réussi à transformer le pays en un Dubaï sahélien, elle ne peut tenir un langage de vérité aux Nigériens, comme pour se dédire, pour revenir à dire que ça na pas, qu'il y a des problèmes, qu'elle a des difficultés. Prise au piège de ses vanités, elle vit douloureusement son incapacité à faire face à une situation. Pourtant, tous les Nigériens sont unanimes à reconnaitre que le régime fait face à d'énormes difficultés. On se rappelle d'ailleurs que l'Honorable député Nassirou Halidou, avertissait les Nigériens pendant les dernières vacances d'été que le Niger marchait inexorablement vers une cessation de paiement. La parole de l'opposant, prise pour malveillante, n'était pas prise au sérieux et aujourd'hui, pour avoir tenu un discours contraire, se refusant le courage de reconnaitre la gravité de la situation, elle se fait surprendre par le marasme. C'est après avoir usé et abusé de bons de trésor et autres emprunts obligataires que le pays tombe finalement dans la débâcle financière avec un trésor où les finances publiques se gèrent au jour le jour, contentant tel groupe aujourd'hui, un autre demain. Est-il d'ailleurs possible de gérer un Etat de cette façon ? Et jusqu'à quand peut-on continuer dans cette gestion ? L'ancien ministre des Finances avait lui aussi annoncé zéro investissement pour 2017, comme pour témoigner de la gravité de la situation d'un pays qui tombe en faillite. La bonne preuve aujourd'hui est que l'école est à terre, les services de santé malades, le commerce agonise, et l'administration tourne presque au ralenti. Il va sans dire que par la situation actuelle du pays, il y en qui regrettent même leur nomination car ne pouvant pas trouver ni les moyens de travailler efficacement, ni ceux pour vivre décemment ainsi que pouvait le faire mériter un poste que la logique des partage leur aura concédé. Certains n'hésitent même pas à dire qu'aujourd'hui certains ministres souffrent d'être à la marge d'un gouvernement inutilement pléthorique. Certaines mauvaises langues s'accordent à dire d'ailleurs que tellement les ministres dans la petite république du Niger sont tellement nombreux que pour les connaitre, et fixer chaque visage, le premier ministre se voit obligé de les réunir par groupe de dix. Ils sont tellement nombreux aujourd'hui que les Nigériens ne les connaissent pas et n'ont jamais vu en activité certains tant leur rôle est confus, s'il n'empiète à celui d'un autre. Mais le devoir de faire de la place à tout le monde ne donnait pas d'autres choix. C'est d'ailleurs cela qui fait le drame d'Issoufou Mahamadou, qui a dû contenter chacun des leaders des partis qui l'ont soutenu et dont la majorité est au gouvernement, pour ne plus avoir le pouvoir de réduire la taille de l'équipe pourtant indispensable aujourd'hui au regard de la situation difficile du pays, ni même congédier quand un ministre ne se montre pas à la hauteur.

Est-il donc possible de sortir de ce engrenage ?

C'est malheureusement difficile quand on sait que le gouvernement continue à maintenir des promesses, à prendre des engagements pour lesquels il n'éprouve en vérité que difficulté. Pourtant, ainsi que l'avait dit un ancien ministre des Finances, " la plus belle fille du monde ne donnera que ce qu'elle a ". La renaissance a aujourd'hui l'obligation de tenir un langage de vérité aux Nigériens ". En continuant dans cette voie, le régime ne fera que s'enfoncer et conduire le pays à l'irréparable. D'ailleurs, sur quel soutien peut-il compter espérer trouver les moyens qui le sortiront de la situation qu'il traverse ? Peut-il croire que les institutions de Breton Woods lui seront d'un certain secours ? Ce n'est pas évident quand on sait qu'à ce niveau il y a des critères à satisfaire pour être éligible à ses programmes de soutien. Déjà, la maitrise de la masse salariale reste un problème sérieux, alors même que de nombreux jeunes à qui le gouvernement a promis l'entrée à la fonction publique, sont à la porte à taper depuis des mois, sans qu'on ne leur réponde mais en restant toujours à promettre que tout est en bonne voie. Jouer balle à terre… C'est la seule alternative qui reste au régime. Le pays vit aujourd'hui des moments d'incertitude. C'est à l'occasion de la fête de la concorde du 24 avril que l'on a pu entendre, tant chez des politiques que chez des acteurs de la société civile - mais est-ce sincère ou hypocrite - la nécessité d'aller à l'apaisement pour oeuvre à l'entente de l'ensemble des filles et des fils de la nation, pour que la nation retrouve ses forces en faisant participer toutes les forces et toutes les intelligences à l'oeuvre de construction nationale. Dans la fragilité que vit le pays, ceci doit être une urgence car à entendre certains, on aura compris que tout le monde semble avoir prix conscience des périls graves que court le pays et pour lesquels, ensemble les Nigériens doivent, en taisant leurs divergences et leurs rancunes, se serrer des coudes pour affronter les défis auxquels ils font face. Cela demande à chacun de tempérer ses ardeurs, et en se faisant violence, avec un esprit de tolérance, que chacun accepte l'autre dans sa différence, avec ses opinions.

Cependant, il faut souligner que tout cela ne peut être possible que lorsque les gouvernants, et en première ligne, le président, se mettent au dessus de la mêlée pour analyser les problèmes du pays, sans parti pris, en laissant à chacun sa place dans la nation et dans la démocratie. Même lorsque bien d'observateurs ne pensent pas que les socialistes soient capables de cette élévation, il faut espérer, qu'un vent de sagesse vienne les habiter pour comprendre qu'ils gouvernent pour un pays et son peuple, non pour eux-seuls. Autrement, les haines vont continuer à se cristalliser pour conduire à des situations difficiles. Faut-il donc être pessimiste qu'on ne peut sauver la renaissance ?

Peut-être faut-il espérer qu'Issoufou et son système qui s'essouffle d'ailleurs, ont déjà pensé à préparer l'après Hollande, conscients qu'une situation changera et les affaiblira pour ne plus tenir dans le même esprit de harcèlement.

A des temps nouveaux, des moeurs nouvelles…

ISAK.

29 avril 2017
Source : Le Nouveau  Républicain

Le Nigérien de la semaine


Anne Rachel Inne
 
 
 
 
 

Revue de Presse Labari

Idées et opinions

Société

Interview

Culture

Agadez : le Bianou, l’unité dans la ferveur

Le samedi 30 septembre 2017, Agadez a vibré aux sons, rythmes et danses de la fête de Bianou. Des moments de joie et de communion Une fête religieuseF... ...

In ’Gall : la grande fête annuelle des éleveurs nomades du Niger

L’édition 2017 de la Cure Salée s'ouvre aujourd’hui à In‘Gall. A l'’instar des années antérieures, ce sont des milliers d’éleveurs, venus d’horizons... ...

4ème édition du festival international de danse « Rue Dance Niger» : Promouvoir le patrimoine culturel à travers la danse

La 4ème édition du festival international de danse « Rue Dance Niger» a débuté hier après midi à Niamey. La cérémonie officielle d’ouverture de cette ... ...

Le festival de Kazan à l'heure du Niger : Projection du film Zin'naariyâ! de Rahmatou KEÏTA

Pour la première fois, un film Nigérien en compétition au Festival International du Cinéma Musulman de Kazan (Tatarstan - ... ...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son do... ...

Portrait/Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné artiste plasticienne nigérienne : 23 ans et déjà grande artiste

« Aux âmes bien nées, la valeur n'atteint point le nombre d'années », dit-on à la jeune artiste plasticienne ni... ...

8èmes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou Yaou Alla reconnue par le publ…

Les cinq finalistes du concours de conte sont connus. Il s'agit des conteurs du Liban, du Congo Brazzaville, du Canada, de la Guinée et de la F... ...

"Les gens ne lisent plus au Niger"

Le constat est amer. Les gens ne lisent plus au Niger. Et là où le bât blesse est que même les scolaires ont perdu cette hab... ...

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d’Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or du concours de littérature

Le Niger vient de décrocher sa première médaille aux 8èmes jeux de la Francophonie qui battent leur plein depuis à ... ...

Politique

Actu africaine

L'Afrique doit doubler ses investissements dans les infrastructures

Le nouveau tramway construit par une entreprise chinoise à Addis Abada, en Ethiopie L'Afrique doit au moins doubler ses investissements dans les infra... ...

Les 4 leçons d’Aliko Dangote sur ce qui fait fonctionner l’Afrique

Présent au sommet africain du Financial Times le lundi 9 octobre dernier, le magnat nigérian a livré quelques enseignements sur la « méthode Dangote »... ...

30 ans après son assassinat : Sankara, le mythe qui défie le temps

Ce 15 octobre 2017, cela fera trente ans que le père de la révolution burkinabè, Thomas Sankara, a été assassiné. Sur le plan judiciaire, le dossier a... ...

La base chinoise inquiète le Pentagone

Les responsables militaires américains ne cachent pas leur inquiétude suite au lancement effective de la base militaire chinoise à Djibouti. Une prése... ...

« L’Afrique peut devenir l’usine du monde à l’horizon 2050 »

Pour Mihoub Mezouaghi de l’AFD, l’industrialisation du continent est une priorité. La Chine, les énergies renouvelables et les technologies pourraient... ...

Sénégal: tournée du Fatah pour contrer l'influence d'Israël en Afrique

Pour essayer de contrer la volonté d'Israël de développer ses relations avec l'Afrique, le Fatah, le mouvement de libération de la Palestine du présid... ...

Comment développer l'entrepreneuriat et l'industrialisation en Afrique

Le 17e Forum économique international sur l’Afrique organisé par l’OCDE s’est tenu la semaine dernière à Paris. Une rencontre de débats d’idées et d... ...

L'Afrique , prochain eldorado de la croissance mondiale !

L’Afrique est sans aucun doute le prochain territoire de croissance mondiale et de développement des entreprises ! Forte de cette conviction, la d... ...

Migrants en Algérie : "on est face à une xénophobie d’État"

L’Algérie est un pays de transit pour beaucoup de migrants désireux de rejoindre l’Europe. La plupart de ces exilés subsahariens entrent par le sud du... ...