Réunion du comité Défense et Sécurité format Défense du G 5 Sahel : Apprécier la situation sécuritaire dans l’espace G 5 Sahel

Les professionnels de Défense et Sécurité des pays du G5 Sahel continuent de multiplier les rencontres et réunions de concertation en vue d’apprécier la situation sécuritaire dans cet espace en proie au terrorisme. En effet, la présente réunion du comité Défense et Sécurité qui se tient à Niamey et à laquelle participent les Chefs d’Etat-Major des Armées (CEMA) et les Chefs d’Etat-Major Général des Armées (CEMGA) des pays concernés, le Chef d’Etat-Major des Armées de la République française et le Commandant de la Force Barkhane, s’inscrit dans le même registre. Cette rencontre, qui a été présidée hier matin par le Général de Division Didier Dacko, Chef d’Etat-Major Général des Armées maliennes, vise essentiellement à faire d’une part le point des opérations militaires conjointes transfrontalières, et d’autre part à statuer sur l’état d’avancement des différents projets relevant du pilier Défense et Sécurité du G5 Sahel et, en particulier, l’opérationnalisation du Collège Sahélien de Sécurité (CSS).

La réunion du comité Défense et Sécurité des pays membres du G5 Sahel à Niamey sera opportunément mise à profit par les responsables des Forces de Défense et de Sécurité afin d’évaluer les efforts en cours pour mettre en œuvre les décisions des ministres de la Défense et de la Sécurité réunis à Bamako le 6 février 2017.

En ouvrant les travaux de cette rencontre, le Chef d’Etat-Major de la République du Mali, le Général de Division Didier Dacko a d’abord remercié le Chef d’Etat-Major Général des Armées du Niger, le Général de Corps d’Armées Seyni Garba, pour avoir accepté d’abriter cette réunion avant de saluer les Chefs d’Etat-Major des Armées (CEMA) et les Chefs d’Etat-Major Général des Armées (CEMGA) des pays du G5 Sahel pour la promptitude avec laquelle ils ont répondu aux différentes sollicitations, témoignant ainsi leur intérêt hautement appréciable pour les questions relatives à la sécurité dans cet espace commun.

Cet espace, a dit le Général de Division Didier Dacko, est affecté depuis quelques années par une insécurité multiforme. ‘’Notre vocation commune est d’œuvrer à assurer à nos populations les conditions optimales d’un développement harmonieux auquel elles aspirent légitimement. Nous osons compter sur l’engagement de tous, au cours de la présente réunion, pour des débats francs et directs. Toutes les zones d’ombre devront être discutées en profondeur en vue d’une compréhension partagée, car la survie de cette jeune organisation en dépend’’, a précisé le Général de Divion de l’Armée malienne Didier Dacko.

Par ailleurs, depuis la 2ème réunion du sommet des Chefs d’Etat du G5 Sahel, tenue à N’Djamena en novembre 2015, et qui a jeté les bases de la force conjointe G5 Sahel, des avancées significatives ont été observées dans la mise en place de cette force. Cet élan devra être maintenu pour parvenir à des résultats concrets et fiables, a souhaité le Général de Division Didier Dacko.

Auparavant, le Chef d’Etat-Major Général des Armées nigériennes, le Général de Corps d’Armées Seyni Garba, dans son adresse de bienvenue, a demandé à l’ensemble des participants d’observer une minute de silence à la mémoire de leurs frères d’armes qui sont tombés sur le Champ d’honneur, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Le Chef d’Etat-Major Général des Armées devait ensuite relever le fait qu’en dépit de tous les efforts individuels et collectifs que déploient l’ensemble des Forces de Défense et de Sécurité des pays du G 5 Sahel dans le cadre des opérations transfrontalières, la situation sécuritaire dans cet espace n’a pas cessé de se dégrader, notamment dans la zone des trois frontières Burkina Faso-Mali-Niger où on dénombre plus de victimes parmi les Forces de Défense et de Sécurité.

C’est la raison pour laquelle le Général de Corps d’Armées Seyni Garba a estimé qu’il est important d’accélérer la mise en place de la Force Multinationale dédiée à la sécurisation du Liptako Gourma, décidée par les Chefs d’Etat au Sommet de Niamey tenu du 24 janvier 2017. Une fois constituée, cette Force permanente permettra d’agir de manière spontanée et sur la base de renseignements fiables afin de neutraliser les forces du mal qui opèrent dans cette région.

En ce qui concerne la force conjointe du G5 Sahel qui est une manifestions de la volonté des plus hautes autorités politiques de cet espace, l’idéal serait, à termes, d’avoir une force robuste capable d’intervenir partout où le besoin se fera sentir, notamment pour neutraliser les terroristes qui sévissent au Nord Mali, a rappelé le Général de Corps d’Armées Seyni Garba. ‘’En tout état de cause, le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées, S.E Issoufou Mahamadou, reste résolument déterminé et engagé à combattre le terrorisme et la grande criminalité transfrontalière sous toutes les formes’’, a assuré le Chef d’Etat-Major Général des Armées Seyni Garba.

Hassane Daouda (ONEP)

28 avril 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

La Palmerais Niger Pub 01

Affiche Amintchi Niger SIM Nigerdiaspora Main Botom

Politique