Les nouvelles du Pays


  • Présentation du PDES 2017-2021 à la Conférence de la Renaissance, à Paris (France) : Sous le thème : « Un Niger renaissant pour un peuple prospère»

    Présentation du PDES 2017-2021 à la Conférence de la Renaissance, à Paris (France) : Sous le thème : « Un Niger renaissant pour un peuple prospère»

Issoufou Soutiens 2017Gouvernance : Le président Issoufou perd des soutiens de taille De notoriété publique, le parti au pouvoir, PNDS-Tarayya, est dit parti des " intellectuels " ou encore parti des " enseignants ". Ce qui n'était pas faux. Aujourd'hui, avec la gouvernance désastreuse des six dernières années, c'est surtout avec cette couche sociale que le régime socialiste a maille à partir. Déjà, qu'avec les enseignants du primaire et du secondaire, les ponts sont coupés depuis belle lurette, ceux du supérieur entrent également dans la danse.

Longtemps restés muets sur les drames sociopolitiques et économiques imposés au pays et à son peuple par une gouvernance catastrophique, le Syndicat national des enseignants chercheurs du supérieur (SNECS) a brisé la glace face à la répression des scolaires et étudiants qu'il qualifie de " sauvage " et de " barbare " avant de prendre le contrepied du gouvernement en déclarant la mort d'un étudiant et réclamant l'ouverture d'une information judiciaire.

L'intersyndical des travailleurs du Niger (ITN) qui regroupe les principales centrales syndicales soupçonnée, à tort ou à raison, d'être de connivence avec le gouvernement a, dans un communiqué de presse, publié le 12 avril, condamné les " crimes odieux et crapuleux " du 10 avril 2017. La CNDH, Commission nationale des droits humains, accusé à tort ou à raison d'être " tendre " avec l'exécutif ou à tout le moins de se montrer muette face aux multiples violations des droits humains par le gouvernement a aussi donné de la voix. Cette fois, ce n'est guère pour plaire au président de la République Issoufou Mahamadou.

Sur le plan politique, la semaine dernière, c'était le PJD-Hakika de Mahamane Hamissou, membre de la majorité présidentielle qui dénon- çait les travers du régime ; notamment, l'embastillement du célèbre journaliste Baba Alpha de la télévision Bonferey et de l'activiste Maïkoul Zodi.

Aujourd'hui, c'est le récent Haut représentant du président de la République qui s'indigne face à la gestion gouvernementale de la crise scolaire et universitaire. Dans un communiqué de presse, l'Alliance pour la République (APR) de Seïni Oumarou s'est indigné face à la violence policière contre les scolaires et étudiants avant de demander qu'une enquête soit ouverte. Les leçons …

Le président Issoufou peut s'estimer heureux et invincible. Il a réussi à désarticuler l'opposition politique dès le premier mandat poussant même à l'exil, le plus redoutable de ses adversaires. Au second mandat, il parvient à ajouter à la trop longue liste de ses alliés, son challenger du premier mandat tout en maintenant hors des frontières, le chef de file de l'opposition. Entre temps, il a réussi à s'octroyer un mandat de plus en organisant les élections les plus tropicalisées que le Niger ait connues sans que rien ne se passe. Il continue à diriger le pays d'une main de fer, décidant de qui doit rendre compte, de qui peut tout se permettre, de qui doit bé- néficier de sa liberté et de qui doit aller en prison. Cela, sans que personne ne s'en émeuve ; pas même cette bonne Dame appelée Communauté internationale, prompte à brandir des menaces en parlant de droits humains, de démocratie et de liberté. Le président Issoufou Mahamadou a réussi là où, Mahamane Ousmane, Baré Maïnassara et Tandja Mamadou ont tous, échoué. Il y a de quoi avoir des ailes, de quoi se croire invincible, et à la limite, tout puissant. Et çà, çà peut donner des idées à la ''Tandja'', ou disons, à la Tazartché. Toutefois, le drame du 10 avril et les réactions/condamnations qui s'en sont suivies est venu comme une alerte du genre : " attention, il y a des limites à ne pas franchir ", au risque de perdre ses soutiens et de se mettre à dos, quasiment tout le monde. C'est cela, le véritable enseignement des douloureux évènements de la semaine écoulée. Seulement, le président de la République peut-il en percevoir les signes ? Oui et non.

Oui ! Parce que sa rencontre avec le Comité-directeur de l'USN, samedi, est un indicateur de sa disposition à transiger, pour une fois. L'on se rappelle que lors des évènements ''anti Charlie-hebdo'' de janvier 2015, le président Issoufou avait laissé son Premier des ministres Brigi Rafini rencontrer les oulémas se contentant d'un simple message à la nation, plutôt, creux et menaçant. Aujourd'hui, il prend les commandes et promet à l'USN, la relaxation de tous les étudiants et scolaires arrêtés dès lors qu'ils auront été entendus par un juge. En agissant ainsi, le président de la République porte un coup dur à la séparation des pouvoirs mais qu'à cela ne tienne, Issoufou Mahamadou tente l'apaisement. C'est ce que nous retenons.

Non ! La leçon n'est pas bien comprise au vu des déclarations des membres du gouvernement et le ton qui transportait lesdites déclarations. Menaces : " force reste à la loi ", mensonges : " l'étudiant mort a fait une chute ", mépris : " les forces de l'ordre ont fait preuve de professionnalisme " ont ponctué les sorties médiatiques hasardeuses des ministres. Et puisque l'on ne peut pas imaginer, dans une situation de crise, que des ministres dé- gagent des positions qui ne sont pas celles de l'exécutif auquel ils appartiennent, il est clair que ces positions sont également celles du président Issoufou. De toutes les façons, que cela soit compris ou non par les gouvernants, la preuve est donné que le président Issoufou peut perdre ses soutiens même, les plus fidèles dès lorsque la situation le commanderait. Alors, prudence doit remplacer arrogance.

23 avril 2017
Source :  L'Eclosion

 

Revue de Presse Labari

Idées et opinions

Interview

Culture

Vient de paraître! Partis politiques, démocratie et État de droit en Afrique : l’exemple du Niger - Par Abdourahamane Oumarou LY

Partis politiques, démocratie et État de droit en Afrique : l’exemple du Niger C’est une évidence de dire que la démocratie en Afrique est en panne. D... ...

Palmarès de la 2ème édition Toukountchi Festival de Cinéma du Niger ( TFCN) 2017

Catégorie fiction et Série télévisuelle : ( Jury: Président Harouna Niandou, Président de l'association des Cinéastes du Niger , ancien ministre, et p... ...

La réalisatrice nigérienne Rahmatou Keïta est marraine de Toukountchi Festival de Cinéma du Niger 2017, Niamey

La réalisatrice nigérienne Rahmatou Keïta, marraine 2017Placée sous le haut patronage de Monsieur Assoumana Malam Issa, ministre de la Renaissance Cul... ...

Zinder : Inauguration du nouveau CCFN, par le président Issoufou Mahamadou

Image d'illustration Tout le monde a en mémoire les tristes événements qui se sont déroulé dans notre pays, consécutivement à l’affaire Charlie Heb... ...

Préparatifs du 18 décembre Tahoua Sakola : Maradi a choisi ses ambassadeurs dans le domaine de la culture

Après la tenue des éliminatoires communales et départementales, les représentants des huit départements de la région et ceux de la commune de Maradi d... ...

Conférence de presse, en prélude au concert de MALI YARO

YOUNBAN c’est le nom du prochain album de l’artiste MALI YARO qui sera vernis le 9 décembre prochain au palais des congres de Niamey. En prélude à ce ... ...

Niger - Aïcha Macky : "J'ai voulu changer le regard sur l'infertilité"

C'est sa 41e récompense. Cette fois, c'est une étoile, celle de la SCAM (Société civile des auteurs multimédias), qui distingue chaque année les 30 me... ...

Portrait d’artiste : Mali Yaro, l’enfant sacré de Sirki Koira

Né en 1973 à Sirfi Koira, dans le département de Téra, année durant laquelle une bonne partie de l’Afrique de l’ouest a connu une disette, DOULAYE BOU... ...

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

La world music, c’est ce mélange d’Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce doma... ...

Politique

Actu africaine

Initiative de l’Afrique sur les énergies renouvelables : Cap sur l’opérationnalisation en 2018

Avec l’appui de tous les chefs d’État et de gouvernement africains, l’initiative a été lancée lors de la COP21 à Paris en 2015. Initiative de l’... ...

Afrique : Zoom sur les 10 pays les plus démocratiques

Les dix pays les plus démocratiques d’Afrique ne sont pas forcément les mêmes selon les deux index de référence mondiaux publiés chaque année. Pour l’... ...

Ethiopie: le futur plus grand barrage d'Afrique inquiète l'Egypte

C'est le futur plus grand barrage d'Afrique en termes de production d'électricité. Le barrage de la « grande renaissance éthiopienne » devra... ...

Emmanuel Macron : 'C’est en Afrique que se télescopent tous les défis contemporains'

Le président  français, Emmanuel Macron, en visite officielle dans la capitale burkinabè, s’est adressé à la jeunesse africaine à l’université Ou... ...

Ouverture à Abidjan du 6e Forum des Affaires UE-Afrique

En prélude au 5eme Sommet Union Africaine, Union européenne, s’est ouvert ce lundi 27 novembre 2017 à Abidjan le 6eme Forum des Affaires UE-Af... ...

Afrique : l’ONU entend soutenir l’industrialisation du continent

Antonio Guterres a réaffirmé, le 20 novembre à New York, le ferme engagement pris par son institution d'appuyer l'industrialisation de l'Afrique e... ...

Tant que l’Afrique restera désunie…

C’est vrai qu’il faut casser le caillou sur lequel on s’est brisé le front en trébuchant. Mais il est plus indiqué de repartir s’enquérir des nouvelle... ...

Sécurité "C'est l'heure pour l'Afrique de se prendre en charge"

Le président sénégalais, hôte du 4ème Forum international sur la paix et la sécurité de Dakar a rendu hommage aux Forces Armées sénégalaise, ici le 1... ...

Forum économique de Malabo : faciliter les échanges commerciaux en Afrique

13% tel est le taux de l’ensemble des activités de commerce sur le continent africain, selon la Commission Economique des Nations-Unies pour l’A... ...