Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Les nouvelles du Pays


  • Niger : Ce 25 mai marque les deux mois de détention de 26 activistes et membres de la société civile

    Niger : Ce 25 mai marque les deux mois de détention de 26 activistes et membres de la société civile

Issoufou Soutiens 2017Gouvernance : Le président Issoufou perd des soutiens de taille De notoriété publique, le parti au pouvoir, PNDS-Tarayya, est dit parti des " intellectuels " ou encore parti des " enseignants ". Ce qui n'était pas faux. Aujourd'hui, avec la gouvernance désastreuse des six dernières années, c'est surtout avec cette couche sociale que le régime socialiste a maille à partir. Déjà, qu'avec les enseignants du primaire et du secondaire, les ponts sont coupés depuis belle lurette, ceux du supérieur entrent également dans la danse.

Longtemps restés muets sur les drames sociopolitiques et économiques imposés au pays et à son peuple par une gouvernance catastrophique, le Syndicat national des enseignants chercheurs du supérieur (SNECS) a brisé la glace face à la répression des scolaires et étudiants qu'il qualifie de " sauvage " et de " barbare " avant de prendre le contrepied du gouvernement en déclarant la mort d'un étudiant et réclamant l'ouverture d'une information judiciaire.

L'intersyndical des travailleurs du Niger (ITN) qui regroupe les principales centrales syndicales soupçonnée, à tort ou à raison, d'être de connivence avec le gouvernement a, dans un communiqué de presse, publié le 12 avril, condamné les " crimes odieux et crapuleux " du 10 avril 2017. La CNDH, Commission nationale des droits humains, accusé à tort ou à raison d'être " tendre " avec l'exécutif ou à tout le moins de se montrer muette face aux multiples violations des droits humains par le gouvernement a aussi donné de la voix. Cette fois, ce n'est guère pour plaire au président de la République Issoufou Mahamadou.

Sur le plan politique, la semaine dernière, c'était le PJD-Hakika de Mahamane Hamissou, membre de la majorité présidentielle qui dénon- çait les travers du régime ; notamment, l'embastillement du célèbre journaliste Baba Alpha de la télévision Bonferey et de l'activiste Maïkoul Zodi.

Aujourd'hui, c'est le récent Haut représentant du président de la République qui s'indigne face à la gestion gouvernementale de la crise scolaire et universitaire. Dans un communiqué de presse, l'Alliance pour la République (APR) de Seïni Oumarou s'est indigné face à la violence policière contre les scolaires et étudiants avant de demander qu'une enquête soit ouverte. Les leçons …

Le président Issoufou peut s'estimer heureux et invincible. Il a réussi à désarticuler l'opposition politique dès le premier mandat poussant même à l'exil, le plus redoutable de ses adversaires. Au second mandat, il parvient à ajouter à la trop longue liste de ses alliés, son challenger du premier mandat tout en maintenant hors des frontières, le chef de file de l'opposition. Entre temps, il a réussi à s'octroyer un mandat de plus en organisant les élections les plus tropicalisées que le Niger ait connues sans que rien ne se passe. Il continue à diriger le pays d'une main de fer, décidant de qui doit rendre compte, de qui peut tout se permettre, de qui doit bé- néficier de sa liberté et de qui doit aller en prison. Cela, sans que personne ne s'en émeuve ; pas même cette bonne Dame appelée Communauté internationale, prompte à brandir des menaces en parlant de droits humains, de démocratie et de liberté. Le président Issoufou Mahamadou a réussi là où, Mahamane Ousmane, Baré Maïnassara et Tandja Mamadou ont tous, échoué. Il y a de quoi avoir des ailes, de quoi se croire invincible, et à la limite, tout puissant. Et çà, çà peut donner des idées à la ''Tandja'', ou disons, à la Tazartché. Toutefois, le drame du 10 avril et les réactions/condamnations qui s'en sont suivies est venu comme une alerte du genre : " attention, il y a des limites à ne pas franchir ", au risque de perdre ses soutiens et de se mettre à dos, quasiment tout le monde. C'est cela, le véritable enseignement des douloureux évènements de la semaine écoulée. Seulement, le président de la République peut-il en percevoir les signes ? Oui et non.

Oui ! Parce que sa rencontre avec le Comité-directeur de l'USN, samedi, est un indicateur de sa disposition à transiger, pour une fois. L'on se rappelle que lors des évènements ''anti Charlie-hebdo'' de janvier 2015, le président Issoufou avait laissé son Premier des ministres Brigi Rafini rencontrer les oulémas se contentant d'un simple message à la nation, plutôt, creux et menaçant. Aujourd'hui, il prend les commandes et promet à l'USN, la relaxation de tous les étudiants et scolaires arrêtés dès lors qu'ils auront été entendus par un juge. En agissant ainsi, le président de la République porte un coup dur à la séparation des pouvoirs mais qu'à cela ne tienne, Issoufou Mahamadou tente l'apaisement. C'est ce que nous retenons.

Non ! La leçon n'est pas bien comprise au vu des déclarations des membres du gouvernement et le ton qui transportait lesdites déclarations. Menaces : " force reste à la loi ", mensonges : " l'étudiant mort a fait une chute ", mépris : " les forces de l'ordre ont fait preuve de professionnalisme " ont ponctué les sorties médiatiques hasardeuses des ministres. Et puisque l'on ne peut pas imaginer, dans une situation de crise, que des ministres dé- gagent des positions qui ne sont pas celles de l'exécutif auquel ils appartiennent, il est clair que ces positions sont également celles du président Issoufou. De toutes les façons, que cela soit compris ou non par les gouvernants, la preuve est donné que le président Issoufou peut perdre ses soutiens même, les plus fidèles dès lorsque la situation le commanderait. Alors, prudence doit remplacer arrogance.

23 avril 2017
Source :  L'Eclosion

 

Revue de Presse Labari

Idées et opinions

Société

Interview

Culture

Numériser les anciens chants traditionnels pour sauvegarder le patrimoine culturel

Le Niger, vaste pays du Sahel, est composé de plusieurs groupes ethnolinguistiques ayant chacun hérité d’un important capital culturel. Chaque groupe ... ...

Musique - Retour sur scène de Safiath, la voix d’or de la chanson nigérienne

 Dix ans de carrière musicale dont huit passés au sein du groupe KAIDAN GASKIYA ; une nouvelle carrière solo ; plusieurs mois de travail en couli... ...

Niger: le grand griot zarma, Djilbo Badjé, s'est éteint à près de 80 ans

Djibo Badjé, dit Dialba, était le plus grand griot historien zarma encore vivant, il s'est éteint à près de 80 ans. © © Gustave DeghilageIl était la ... ...

Rahmatou Keïta Visiteur Illustre du « Centro de Saberes Africanos, Americanos Y Caribeños » Au Venezuela

Rahmatou Keïta - dont les festivals ne tarissent pas d’éloges sur son nouveau film Zin’naariyâ ! - est nommée « Visiteur Illustre » d... ...

Port du turban : Signe de matérialisation de la culture nomade

Image d'illustrationDans les sociétés africaines, particulièrement au Niger, l’identité culturelle est fondamentale. Les accoutrements, les parures so... ...

Niger : lancement de la 25ème édition de la fête nationale de l'artisanat à Niamey

Image d'illustration Les festivités de la 25ème édition de la fête nationale de l'artisanat ont été officiellement lancées dimanche au Village Artisan... ...

Au plus loin dans le noir : Quand un acteur porte un film par son talent

Une des dernières réalisations du désormais vétéran du cinéma nigérien, le film Au plus loin dans le noir constitue avec La quatrième nuit noir, les t... ...

Vient de paraître! Itinéraire d’un combat ! Décryptage des dossiers brûlants au Niger : par Moustapha KADI OUMANI

Préface d’Albert Michel WRIGHT Dans cet ouvrage, l’auteur met en évidence des questions d’actualité sur le Niger. Il nous invite à lire les événements... ...

Vient de paraître! Partis politiques, démocratie et État de droit en Afrique : l’exemple du Niger - Par Abdourahamane Oumarou LY

Partis politiques, démocratie et État de droit en Afrique : l’exemple du Niger C’est une évidence de dire que la démocratie en Afrique est en panne. D... ...

Politique

Actu africaine

Des migrants africains secourus au large des côtes du Brésil

Vingt-cinq migrants africains ont été secourus, le week-end dernier, par des pêcheurs au large des côtes du Brésil. Ces Sénégalais, Guinéens, Nigérian... ...

L’Afrique par l’éducation : Par Dr Farmo Moumouni

Pendant plusieurs siècles, l’Africain été soumis à l’action de forces étrangères. Il n’est pas sorti indemne de ces rencontres. Cela est hors de toute... ...

L’Asie, nouvelle terre de financement des entreprises en Afrique

Citée par « Jeune Afrique », l’économiste zambienne et auteure du livre Dead Aid, Dambisa Moyo déclare : « Les pays africains ont besoi... ...

L’Afrique de l’Ouest détient le tiers des réserves de pétrole et de gaz du continent

L'Afrique de l'Ouest détient le tiers des réserves de pétrole et de gaz naturel du continent, a annoncé lundi 7 mai à Abidjan le commissaire Énergies ... ...

«L’Afrique subit une pollution pétrolière provoquée et entretenue par les multinationales»

M. Mahaman Louan Gaya, secrétaire général de l'Organisation des Producteurs de Pétrole AfricainsLa pollution aux hydrocarbures est endémique sur le Co... ...

Les 30 Jeunes Entrepreneurs Africains les plus prometteurs en 2018

Les jeunes entrepreneurs africains ne cessent de faire bouger les choses. Ils prennent plus de risques que jamais et montent des entreprises phénoména... ...

Fin du forum Mo Ibrahim pour une meilleure gouvernance en Afrique

Ce forum, qui a pris fin à Kigali dimanche, veut encourager les bonnes pratiques en politique. Vendredi soir Ellen Johnson Sirleaf a reçu le prix de l... ...

Au Sénégal, quand la diaspora revient

L'Afrique n'est pas qu'un continent que l'on veut quitter à tout prix à bord d'une embarcation de fortune. C'est aussi une terre où l'on revient s'ins... ...

Industrie textile : l’Afrique s’organise pour barrer la route aux friperies

Les vêtements de seconde main occupent une place importante sur le marché du continent. Pour nombre d’analystes, ce phénomène serait la com... ...