Point de presse du ministre de la Santé Publique sur l'épidémie d’hépatite virale ‘’E’’ dans la région de Diffa : 86 cas enregistrés dont 25 décès au 19 avril dernier, mais la situation est sous contrôle selon Dr Idi Illiassou Maïnassara

Idi Illiassou MainassaraLe ministre de la Santé publique, Dr Idi Illiassou Maïnassara a animé, hier dans l'après-midi à son cabinet, un point de presse pour déclarer officiellement l’apparition de l’hépatite virale ‘’E’’ dans la région de Diffa. A cette occasion, le ministre de la Santé Publique a présenté la situation de l'épidémie à la date du 19 avril 2017 où 86 cas ont été enregistrés dont malheureusement 25 décès. Le point de presse s'est déroulé en présence des Partenaires Techniques et Financiers du secteur de la santé et du staff technique du ministre de la Santé Publique.

Depuis quelques temps, des cas d'ictères (coloration jaunâtre des yeux), sont enregistrés dans les formations sanitaires de la région de Diffa dont la majorité des patients vus sont des femmes enceintes selon le ministre de la Santé publique. « Dès l'apparition des premiers cas, nos équipes se sont attelées à la recherche systématique de tous cas d'ictère », a confié Dr Idi Illiassou Maïnassara. Au regard de l'augmentation des cas le district sanitaire de Diffa a, selon le ministre, entrepris une investigation poussée. C’est ainsi que, des échantillons ont été prélevés et transmis au laboratoire de l'Institut Pasteur de Dakar. Les résultats confirment l'hépatite virale ‘’E’’.

Face à la situation, l'Etat et ses partenaires en l'occurrence l'Organisation Mondiale de la Santé, Médecin Sans Frontière et l'UNICEF ont pris un certain nombre de dispositions. Il s’agit selon le ministre de la Santé Publique, de l’activation du comité national et du comité régional de gestion des épidémies ; la mise en œuvre du Plan de Contingence des Urgences et Epidémies au niveau de la région de Diffa; la réalisation d'une investigation préliminaire par le district sanitaire de Diffa ; la prise en charge gratuite des malades; la sensibilisation de la communauté pour un recours précoce aux soins et une investigation plus approfondie composée de tous les ministères sectoriels impliqués dans le cadre de l'approche "Une Seule Santé" composé du Ministère de la Santé Publique, du Ministère de l'Hydraulique, du Ministère de l'Environnement et du Ministère de l'Elevage avec l'appui des partenaires techniques et financiers.

Dr Idi Illiassou Maïnassara de préciser que, l'hépatite   virale ‘’E’’ est une maladie du foie qui se transmet le plus couramment par la consommation de l'eau contaminée par les excrétas humains et les mains salles. Les principaux signes de l'hépatite virale ‘’E’’ sont la fièvre, les maux de tête, les vomissements, l’ictère, les douleurs abdominales associés à une perte d'appétit. Chez les femmes enceintes, on note des douleurs du bas ventre. En outre, la personne affectée peut présenter des urines foncées. « L'hépatite virale ‘’E’’ est une maladie qui entraine plus de décès chez les femmes enceintes. J'en appelle donc, les populations à plus de vigilance face aux signes que nous venons de décrire et de se rendre dès leur apparition dans un centre de santé le plus proche pour recevoir le traitement gratuit. A l'heure actuelle la situation est sous contrôle malgré quelques cas sporadiques enregistrés dans la région de Diffa », a déclaré le ministre de la Santé publique.

Seini Seydou Zakaria (ONEP)

20 avril 2017

Source : http://lesahel.org/

ImprimerE-mail

La Palmerais Niger Pub 01

Politique