Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Les nouvelles du Pays


  • Communiqué du Conseil des ministres du vendredi 16 février 2018

    Communiqué du Conseil des ministres du vendredi 16 février 2018


Vernissage du livre


affrontements etudiants forces de l ordre 10 avril 2017Trop c’est trop, tels sont les mots du PNDS Tarraya dans une récente déclaration. L’objectif étant de signifier à toutes les voix dissidentes de faire attention. Les évènement de ce 10 avril n’entre-t-il pas dans ce cadre ? C’est un drame qui vient de se dérouler, ce malheureux lundi 10 avril 2017, au lendemain de la commémoration de l’Assassinat du Président Baré. Suite à l’expiration d’un ultimatum lancé au gouvernement il y a quelques jours, suivi d’une déclaration de presse rappelant son exigence de la prise en compte de sa plateforme revendicative, l’USN, Union des scolaires nigériens, a voulu manifester sa colère face à la nonchalance du gouvernement dans le payement des bourses, l’aide sociale et les allocations, entre autres. Mais très vite, les forces de l’ordre ont envahi les rues et écoles pour tenter de disperser les scolaires. La violence policière a été sans commune mesure. Pas de bilan officiel 24 heures après les évènements, mais l’on semble faire l’unanimité sur au moins un (1) étudiant tué. Information qui n’est pas encore confirmée par le gouvernement. Et du côté de l’USN, l’on dit ne pas encore connaître le nombre exact de mort. L’heure est, donc, au comptage des blessés et des éventuels morts. Sur les réseaux sociaux, des images suivies de communiqués de personnes portées disparues circulent. Pour l’instant, nul ne peut dire s’il s’agit de disparitions proprement dites ou de simples cachotteries.

Le gouvernement, visiblement, ne veut pas communiquer sur la situation. En dehors du ministre des Enseignements supérieurs Mohamed Ben Omar qui s’est invité dans le 20h30 de télé-sahel, la télévision nationale, pour menacer les scolaires et justifier l’utilisation abusive de la violence contre les scolaires, en particulier, et les citoyens en général – puisque des bombes lacrymogènes ont été tiré dans le centre de santé intégré Dan Gao de même qu’un journaliste de Canal3 Niger a été agression dans l’exercice de son métier –le gouvernement demeure silencieux. Même RFI n’est pas parvenu à arracher une réaction aux membres du gouvernement concernés par les évènements. Mais une chose est sûre, que ce genre de drame arrive sous la Renaissance du président Issoufou n’est guère étonnant. L’on se rappelle que suite aux évènements Charlie-hebdo de 2015, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Hassoumi Massoudou avait publiquement affirmé qu’ils (ndlr, leur régime) prenait entièrement la responsabilité des tirs à balles réelles sur des manifestants et la mort qui s’en est suivie.

Donc rien d’étonnant qu’un Ben Omar ne fasse preuve d’aucun remords après tant de scènes de violence et de désolation. Rien d’étonnant aussi que ceux qui sont à l’origine des bavures policières dorment sur leurs deux oreilles sans aucune crainte de répondre de leurs actes sous le ciel de la Renaissance.

La violence, est-ce la solution ?

L’année scolaire 2016-2017, c’est un secret de polichinelle, est compromise. Aucun maquillage ne pourra lui enlever ses allures de vieille femme. Le volume des cours sans perturbation ne dépasse guère 45 jours à en croire les syndicalistes. Quarante-cinq jours sur un programme de 9 mois, autant dire que c’est dérisoire. Pourtant, l’on est sûr que le gouvernement ne l’entendra pas de cette oreille. Déjà, le ministre des enseignements primaires Daouda Mamadou Marthé parle de programme exécuté à plus de 60% et espère atteindre les 80% d’ici à la fin de l’année. Entre lui, qui est dans son bureau climatisé avec tout le confort dû à son rang, et les enseignants qui sont perpétuellement en grève pour réclamer leur pitance appelée pécule, et qui sont dans la chaleur des salles de classes sans ventilateur, qui connaît les réalités profondes de l’école publique ?

Quoi qu’il en soit, l’année en cours ne sera pas « verte ». Qu’on s’arrange lui trouver une couleur, autre, que le blanc tant redouté, ne sera qu’une question d’artisanat intellectuel. Et les artistes, surtout en matière de peinture, excellent dans l’imaginaire. Mais dans les faits, ce sera et ça restera une année vidée de ses cours, disons, de sa substance, peu importe les résultats des examens de fin d’année qui répondent plus à un souci de statistiques qu’à déterminer le niveau réel des élèves.

Et maintenant, avec la tragédie de ce 10 avril 2017, loin d’apporter un tant soit peu l’apaisement si indispensable pour le sauvetage, ne serait-ce que, de façade de l’année, ça vient enfoncer davantage la situation. A un trimestre des grandes vacances et des examens de fin d’année, difficile d’exécuter le programme annuel dans les conditions actuelles.          

Ibrahim Amadou

13 avril 2017 
Source : Le Monde d'Aujourd'hui 

Société

Interview

Culture

Elhadji Magori Sani nommé directeur du Centre national de la Cinématographie du Niger (CNCN)

Au titre du ministère de la Renaissance culturelle, des arts et de la modernisation sociale, Monsieur Elhadji Magori Sani, réalisateur et producteur, ... ...

Au plus loin dans le noir : Quand un acteur porte un film par son talent

Une des dernières réalisations du désormais vétéran du cinéma nigérien, le film Au plus loin dans le noir constitue avec La quatrième nuit noir, les t... ...

Vient de paraître! Itinéraire d’un combat ! Décryptage des dossiers brûlants au Niger : par Moustapha KADI OUMANI

Préface d’Albert Michel WRIGHT Dans cet ouvrage, l’auteur met en évidence des questions d’actualité sur le Niger. Il nous invite à lire les événements... ...

Vient de paraître! Partis politiques, démocratie et État de droit en Afrique : l’exemple du Niger - Par Abdourahamane Oumarou LY

Partis politiques, démocratie et État de droit en Afrique : l’exemple du Niger C’est une évidence de dire que la démocratie en Afrique est en panne. D... ...

Palmarès de la 2ème édition Toukountchi Festival de Cinéma du Niger ( TFCN) 2017

Catégorie fiction et Série télévisuelle : ( Jury: Président Harouna Niandou, Président de l'association des Cinéastes du Niger , ancien ministre, et p... ...

La réalisatrice nigérienne Rahmatou Keïta est marraine de Toukountchi Festival de Cinéma du Niger 2017, Niamey

La réalisatrice nigérienne Rahmatou Keïta, marraine 2017Placée sous le haut patronage de Monsieur Assoumana Malam Issa, ministre de la Renaissance Cul... ...

Zinder : Inauguration du nouveau CCFN, par le président Issoufou Mahamadou

Image d'illustration Tout le monde a en mémoire les tristes événements qui se sont déroulé dans notre pays, consécutivement à l’affaire Charlie Heb... ...

Préparatifs du 18 décembre Tahoua Sakola : Maradi a choisi ses ambassadeurs dans le domaine de la culture

Après la tenue des éliminatoires communales et départementales, les représentants des huit départements de la région et ceux de la commune de Maradi d... ...

Conférence de presse, en prélude au concert de MALI YARO

YOUNBAN c’est le nom du prochain album de l’artiste MALI YARO qui sera vernis le 9 décembre prochain au palais des congres de Niamey. En prélude à ce ... ...

Politique

Actu africaine

« La manne de la diaspora africaine peut être davantage investie dans les entreprises du continent »

Transformer les transferts de fonds en capitaux structurés dynamiserait la création de richesses et d’emplois sur le continent, expliquent trois exper... ...

Le Nigeria lance la construction du plus grand port d'Afrique

Les travaux du plus grand port en eau profonde du continent (plus de 16,5 mètres) viennent d'être lancés. Ce hub maritime construit sur 90 hectares se... ...

L'explosion démographie de l'Afrique : "Une fatalité et un défi" pour l'Europe

Pour l'universitaire Stephen Smith, invité mercredi d'Europe 1, l'aide au développement en Afrique est devenue un levier pour l’émigration vers l... ...

Business - Baba Danpullo : « Ceux qui restent en Afrique gagneront »

Jusqu'en 2015, Baba Ahmadou Danpullo, dit « Baba Danpullo » (fils de Peul), 68 ans, était inconnu. Et il adorait ça. Ce milliardaire à la tê... ...

Israël menace d'expulser des Africains

Les autorités israéliennes ont commencé dimanche à distribuer des lettres à des milliers de migrants africains en situation irrégulière. Dans ces lett... ...

Discours mémorable du président du Ghana à Dakar lors de la conférence sur l'Éducation en Afrique (Vidéo)

Un discours qui tranche avec le discours habituel de partenariat et d'aides sans aucun résultat. Nana Akufo-Addo dit {xtypo_quote}"...nous avons la po... ...

Conférence de Dakar sur l'Education : 2,3 milliards de dollars mobilisés

Une enveloppe de 2,3 milliards de dollars a été mobilisée lors de la 3ème conférence du Partenariat Mondial pour l'Education ( PAM), tenue jeudi et ve... ...

Repenser la démocratie en Afrique (1&2) : Par Moumouni Farmo

À vous qui ne dédaignez pas la lecture, voici l’ouverture de la réflexion que je mène depuis quelques jours sur la démocratie en Afrique 1. La voix... ...

Paul Kagamé prend la présidence de l'Union africaine

Le président rwandais, Paul Kagamé, a pris, dimanche à Addis-Abeba, la présidence de l’Union africaine (UA) lors des travaux de la 30ème session ordin... ...