Politique / Après la pagaille créée dans le Jamahuriya de Albadé, le même sort serait réservé au MNSD par Bazoum Mohamed et ses partisans

Politique /Après la pagaille créée dans le Jamahuriya de Albadé, le même sort serait réservé au MNSD par Bazoum Mohamed et ses partisansLes coups bas et les complots machiavéliquement ourdis contre le MPR Jamahuriya de Albadé Abouba pour recruter voire " acheter " des mercenaires politiques visaient à le fragiliser, le déstabiliser, et anéantir le parti dans la perspective des prochaines consultations électorales. Cela, pour son indépendance d'esprit et son intention de briguer la magistrature suprême. Des droits légitimes qui ont valu à son parti des assauts destructeurs et des critiques de tous genres de la part des partisans et autres mercenaires engagés pour la cause. Les mercenaires sont à l'oeuvre pour faire disparaitre le Jamahuriya (République en français) d'Albadé dans l'objectif de balayer, dégager la route à l'homme hanté et fortement heurté, ennuyé et tourmenté par l'article 47 de la Constitution. Après donc cette cabale politique contre le parti d'Albadé, c'est le baobab de Seini Oumarou qui risque de connaitre les affres des coups de hache des " bûcherons " de Bazoum. Selon des sources politiques dignes de foi, des mercenaires seraient recrutés à l'interne comme à l'externe du parti pour disperser le MNSD et créer une sorte de rébellion à son sein qui le fragilisera totalement. A cet effet, des moyens colossaux seraient mobilisés et les mercenaires seraient à pied d'oeuvre pour démolir le MNSD-Nassara. La stratégie sera d'infiltrer le parti pour ensuite utiliser abondamment des canaux de communications (réseaux sociaux et les autres médias classiques) pour dénigrer le président du parti et ses fideles. Mais, à en croire certaines personnes consultées pour l'exécution du complot, le sieur Bazoum se trompe. Car, pour ces personnes, ses camarades l'ont jeté en hibernation dans une entreprise sans lendemain construite sur la base de la fausseté et de la tromperie. Du reste, une réelle incertitude rabote la candidature de Bazoum fortement contestée par des nombreux caciques du PNDS qui ne comptent consentir aucun sacrifice pour le soutenir. Malgré donc toutes les stratégies et stratagèmes mis en places par ses partisans pour déstabiliser les des partis alliés, la prospérité de sa candidature devient de plus en plus aléatoire et sera, d'ailleurs, un véritable cauchemar de la tromperie qui découle de la haute complotite.

Pour les analystes politiques, Bazoum Mohamed souffre actuellement dans sa chair. Alors même que des dossiers l'ébranlant n'ont pas encore commencé à s'ébruiter. Pour ces analystes, il vaut mieux pour lui abandonner en se retirant que de rester et subir des humiliations politiques auxquelles il n'aurait jamais pensé. Ses partisans pensent naïvement que tout est acquis. Alors même qu'il y a des choses qui sont en train de se tramer et se tisser contre lui. Il doit savoir que rien n'est irrévocable. Le temps joue vraiment en sa défaveur. Surtout son cas qui est fortement contesté. Une situation qui pourrait entrainer l'éclatement du PNDS. D'ores et déjà, des grands ténors du parti expriment leur refus de faire un saut dans l'inconnu. Surtout que le joker est, à tout point de vue, un grand tocard. C'est ce qui explique, d'ailleurs, selon nos sources, des affidés de Bazoum seraient sur le point de peaufiner des insanités et autres délations contre des opérateurs économiques du PNDS sur les réseaux sociaux et les médias acquis à la cause.

11 juillet 2020
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique.