Élections présidentielles de 2021 : Qu’est-ce qui fait courir les partisans de Bazoum Mohamed ?

Élections présidentielles de 2021 : Qu’est-ce qui fait courir les partisans de Bazoum Mohamed ?Image d'illustration Ainsi que l’écrivait une internaute il y a déjà quelques mois, les partisans du ministre de l’Intérieur et candidat du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS-TARAYYA) sont plus pressés que tous les autres Nigériens pour le départ du Président Issoufou Mahamadou du pouvoir. Et ils ne le cachent pas, au fur et à mesure qu’on s’approche des échéances de 2021. Alors que toute l’attention des Nigériens est tournée vers la pandémie de la maladie à coronavirus, eux ont l’esprit tourné vers les élections. C’est ainsi qu’ils continuent à recruter, on ne sait à quel prix, des militants d’autres partis politiques pour les rallier à leur cause. Au cours de la semaine passée, ils ont réussi à rallier un responsable régional du Mouvement patriotique pour la République (MPR-Jamahoriya) de Maradi et un maire d’une des communes de Zinder. Sur les réseaux sociaux, les partisans de Bazoum Mohamed se particularisent aussi des autres militants du PNDS-TARAYYA, à travers une campagne permanente par le truchement de laquelle ils soutiennent à tue-tête que rien ne pourra empêcher à leur homme de remplacer le Président Issoufou Mahamadou en 2021. A les en croire, rien ne peut empêcher la tenue des élections de 2021, alors même qu’il n’y a pas longtemps, un réseau sous-régional avait lancé le débat sur l’avenir des élections de 2020 et 2021 dans les pays de la Communauté économique des stat de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), en raison de la pandémie du coronavirus. Dans leur rêve fou de voir leur homme à succéder au Président Issoufou, les partisans de Bazoum Mohamed s’en prennent de manière permanente à tout leader politique qu’ils considèrent comme un obstacle à la réalisation de leur entreprise. C’est ainsi que depuis sa sortie de la prison de Filingué, Hama Amadou est devenu leur principal cauchemar. A longueur de journée, ils ne cessent de le vilipender et de le présenter comme l’ennemi public numéro 1. C’est dans ce cadre qu’il faut situer les écrits orduriers d’un certain Dr Manzo Haboubacar, enseignantchercheur qui, sans la moindre prudence intellectuelle et scientifique, a accusé Hama Amadou et des cadres de son parti d’être les commanditaires des violences ayant émaillé certains quartiers de Niamey, relativement aux mesures préventives contre le coronavirus. D’autres internautes notoirement connus proches de Bazoum Mohamed continuent à s’en prendre à Hama Amadou sur les réseaux. C’est à peine s’ils n’en veulent pas au Président Issoufou Mahamadou d’avoir signé le décret de remise de peines aux 1500 prisonniers et qui a permis à Hama Amadou de quitter la prison de Filingué. Le président du Mouvement patriotique nigérien (MPN KIISHIN KASSA), un autre potentiel adversaire de Bazoum Mohamed, est aussi régulièrement pris à partie sur les réseaux sociaux par les mêmes internautes qui célèbrent déjà une victoire non encore acquise. De l’avis de plusieurs analystes, ce sont les agissements de ses partisans qui risquent de créer de sérieux ennuis au candidat Bazoum Mohamed dans son rêve d’accéder à la magistrature suprême. Non seulement ils peuvent le mettre en conflit avec beaucoup des cadres du PNDS-TARAYYA – qui lui reprocheront d’avoir déjà constitué sa «garde rapprochée» en cas de victoire – mais aussi avec beaucoup d’autres partis politiques, aussi bien de la majorité que de l’opposition qui peuvent s’entendre pour barrer sa candidature même en cas d’un éventuel deuxième tour. C’est à se demander si l’homme est au courant des actes que certains énergumènes posent à son nom et s’il est réellement conscient des conséquences qu’ils représentent pour sa candidature dans un pays où rien n’est acquis d’avance en politique.
I.B

10 mai 2020
Source : Le Monde d'Aujourdhui

Imprimer E-mail

Politique.