Amères vérités / La justice pour les fondes détournés de l’armée ? : Il faut certainement attendre un autre soleil que celui de la ‘’renaissance’’

justIssoufou Mahamadou n’est pas un bon président pour le Niger, pour ne pas dire un président pour le Niger. Son parti pris est notoire et il ne s’en cache pas, ne s’en gêne guère. Depuis neuf ans qu’il dirige le Niger, il a fourni la preuve à tous points de vue. Et il faut être clair là-dessus. Issoufou Mahamadou est le symbole de tout ce que les Nigériens dénoncent, fustigent et condamnent. Comme par magie, ils s’attendent à voir le noir virer au blanc, la nuit devenir jour, le faux et le mensonge s’ériger en vérité. Dans cette douloureuse affaire de détournements des fonds destinés à l’armement et à l’équipement de l’armée, Issoufou Mahamadou ne peut prétendre ignorer d’où vient le mal. Mais, ne lui demandez surtout pas d’agir afin que la vérité soit connue des Nigériens et que la justice fasse sa parti de travail. Issoufou Mahamadou n’a jamais travaillé pour que la justice soit une réalité au Niger et que les Nigériens se sentent dans un Etat de droit, égaux devant la loi.

Oui, nous sommes bel et bien dans un Etat où la justice qui prévaut est à la carte, une justice qui frappe certains et qui épargne d’autres. C’est une traite réalité que nous devons à Issoufou Mahamadou et ça n’a pas commencé avec l’audit des fonds de l’armée.

Oui, nous sommes dans un pays où le gouvernement s’immisce manifestement et sans précaution aucune dans des procédures judiciaires ; un pays dans lequel le gouvernement se donne le droit, qu’il n’a pas, de décider à la pace de la justice et des juges assermentés ». Y a-t-il des risques, si justice n’est pas faite, que des citoyens se fassent justice ? Ce n’est pas, loin s’en faut, la préoccupation de gouvernants qui savent parfaitement que, si ce sont tels et tels qui sont impliqués dans les détournements des fonds de l’armée, ce sont par contre tels et tels autres qui sont impliqués dans le scandale des 200 milliards, des 15 000 tonnes de l’aide alimentaire pakistanaise, des six milliards de la Société de raffinerie de Zinder (Soraz) ou encore des huit milliards de la Centrale d’achat d’intrants et de matériels agricoles (Caima).

En somme, lorsqu’on égrène le chapelet des affaires, on se rend aisément compte que la gouvernement d’Issoufou Mahamadou est un scandale permanent de détournements et de corruption qui s’étale sans fin. Dans ce système pourri de la racine au cerveau, il n’y a guère que quelques individualités tel que le Pr Issoufou Katambé, qui sont en mesure de revendiquer que justice soit faite. Toute la communication développée autour de cette affaire, et parfois par des personnes, morales et physiques non indiquées, vise à étouffer l’affaire, exactement comme toutes celles que l’on connaît mais qui n’ont jamais connu de suite judiciaire. Pourquoi feindre d’être étonné par l’attitude du Président Issoufou qui sait parfaitement, depuis toujours qu’il est à la tête de l’Etat, les pratiques mafieuses instituées par des individus, dans tous les rayons de l’Etat, pour se faire des fortunes immenses sur le dos du peuple nigérien.

Il ne sert à rien d’espérer d’Issoufou Mahamadou un acte de la même veine que celle que le Pr Katambé a posé. Issoufou Mahamadou ne peut pas, ne veut pas et ne fera jamais suite au voeu du ministre Katambé. Avec cette énième affaire, qui est sans doute la plus douloureuse parce qu’elle a généré mort d’homme à coups de milliers, militaires et civils, les Nigériens ont désormais une expérience suffisante pour comprendre d’où vient le mal. Tout le monde sait, eu égard à la nature réelle du régime, que ce n’est pas Brigi Rafini qui a inspiré et validé ce communiqué du gouvernement. Encore moins le porte-parole qui l’a rendu public. Tout le monde sait que le communiqué du gouvernement est la traduction de la volonté d’Issoufou Mahamadou dont on rappelle d’ailleurs l’engagement à ne céder à aucun chantage, aucune menace, d’où qu’elles viennent. Ça fait sourire, n’est-ce pas ?

Le communiqué du gouvernement est sans conteste une insulte à l’endroit du peuple. Mais, il est pire que ça puisqu’il martèle, comme pour contester la version du ministre de la Défense nationale et de l’ancien chef d’Etat-major général des armées, Mohamed Ahmed, que, de toute leur histoire, les Forces de défense et de sécurité n’ont jamais été mieux équipées que sous Issoufou. La volonté de s’opposer à toute poursuite judiciaire ne fait pas de doute et il n’y a pas de surprise là-dedans. Si Kalla Moutari, Karingama et d’autres sont sacrifiés, au nom d’un principe qui ne justifie pas sous ce régime et que Issoufou Mahamadou ne peut défendre de toute façon, eux détiennent sans aucun doute des choses explosives que le Président Issoufou ne voudrait pas voir sur la place publique.

Si justice doit se faire, aussi bien à propos des crimes perpétrés au ministère de la Défense nationale qu’en ce qui concerne ceux qui ont eu cours ailleurs, à la Caima, à la Soraz, dans les 1000 milliards d’Eximbank de Chine, dans l’achat de l’avion présidentiel, dans le transfert des 200 milliards dans un compte bancaire à Dubaï, etc., il faut certainement attendre un autre soleil que celui de la ‘’renaissance’’. Kalla Moutari, Karingama ainsi que tous les autres savent qu’il ne s’agissait que de la volonté du Président Issoufou, ils peuvent dormir tranquilles. Et I Issoufou ‘instruit pas le Parquet, tout le monde sait, là également, qu’il n’y aura pas d’autosaisine comme dans les cas d’affaires visant des opposants politiques.

Bonkano  

14 mars 2020
Publié le 02 mars
Source : Le Canard en Furie

Imprimer E-mail

Politique.