Divulgation de documents compromettants sur les détournements des fonds de l’armée : Le Président Issoufou, désormais dos au mur

Divulgation de documents compromettants sur les détournements des fonds de l’armée : Le Président Issoufou, désormais dos au mur Cela fait des semaines qu’on en parle, avec plus ou moins de pièces à conviction. Mais, les choses semblent s’accélérer depuis que le ministre de la Défense, Issoufou Katambé, est allé en Russie s’enquérir personnellement de la fiabilité de certains dossiers de commandes d’armements et/ ou de maintenance. Si les révélations de la presse quant à la destination des fonds destinés à l’armement des Forces de défense et de sécurité (Fds) et les auditions des chefs militaires par la commission Défense et sécurité de l’Assemblée nationale ont déjà levé un coin du voile noir qui recouvre cette affaire sensible, les documents qui font, depuis trois jours, les choux gras des réseaux sociaux et des médias en ligne ont fini de convaincre les plus sceptiques de l’ampleur des crimes commis. Deux documents essentiels prouvent l’usage de faux par des personnes en charge de la sécurité, pour détourner, sur plusieurs années, des milliards à la pelle. Rien de plus facile. On monte un dossier de commande d’armements et/ou de maintenance de matériels militaires au profit d’une entreprise fictive avec un compte bancaire appartenant à un complice étranger et le tout est joué. Les dépenses liées à la défense et à la sécurité étant déclarées prioritaires, faire sortir l’argent indiqué sur les fausses factures n’est qu’un jeu d’enfant. Surtout que l’affaire implique des chefs militaires logés à la bonne enseigne.

Des documents compromettants pour les fossoyeurs de l’armée nigérienne

Le premier document qui circule sur les réseaux sociaux peut paraître quelque peu douteux, mais recèle toutefois de renseignements précieux sur l’histoire de deux aéronefs, avec indication de lieu et de date, voire de personnages concernés. Pas plus. Les noms des officiers Karingama et Boulama y sont mentionnés, tout comme celui d’un individu de Gintautas Barauskas, présenté comme étant un citoyen letonien, mais le document reste totalement muet sur ce que ces deux officiers pourraient avoir avec l’affaire évoquée. Par contre, le second document qui est une lettre du directeur du marketing de la société SPA « Motot Sich » au ministre de la Défense, Pr Issoufou Katambé, se révèle une véritable mine d’informations croustillantes dont la révélation met à nu le mode opératoire essentiel qui a été utilisé pour détourner les fonds dédiés à l’armement et à l’équipement des Forces de défense et de sécurité. Ce document est-il authentique ?

2014, une période où Karidio Mamadou, devenu très riche depuis, se trouvait encore à la tête du ministère de la Défense nationale

Dans cette lettre adressée à Issoufou Katambé le 14 février 2020, la société SPA « Motot Sich » indique en substance qu’elle n’est, ni de près ni de loin, impliquée, de quelque façon que ce soit, à des factures qu’on lui impute. Des factures liées à des commandes de camions de moteurs d’avions, pour un montant de 3 732 400 000FCFA, à des services de maintenance ou des achats d’armements et de munitions. C’est le cas de la commande n° 026/14/MF/DGCMP/EF d’un montant de 6 766 852 412 FCFA en 2014. Une période où Karidio Mamadou, devenu très riche depuis, se trouvait encore à la tête du ministère de la Défense nationale.

Un silence troublant du côté du gouvernement

Depuis trois jours, ce sont ces documents qui sont au centre de toutes les conversations. Dans les salons feutrés, dans les bureaux de l’administration publique et privée, dans les véhicules de transport, partout. Et pourtant, malgré la gravité des informations contenues dans ces documents et les débats qu’ils suscitent, avec un fort accent de soupçons prononcés de haute trahison, le gouvernement se complaît dans un silence assourdissant. Aucun commentaire ! Pas même un communiqué laconique pour prendre position par rapport à ces documents qui pourrissent davantage un climat sociopolitique déjà tendu. Ni le ministre de la Défense, aujourd’hui entre le marteau et l’enclume, ni la hiérarchie militaire, n’a pipé mot par rapport à ces documents. Une attitude qui tend, pour une bonne partie de l’opinion nationale, à accréditer la thèse de la haute trahison. Déjà, avant la publication de ces deux documents, plein d’autres informations ont fuité sur ces détournements successifs et presque systématiques des fonds destinés à l’armement et à l’équipement militaire. Outre les montants faramineux mis en cause, il y a bien l’état des Fds, fait, notamment, par l’ancien chef d’État major général des armées, Ahmed Mohamed ; Des Fds qui manquent, entre autres, de carburant, de pneumatiques et dont les armements commandés ne correspondent pas aux spécificités indiquées.

Le Président Issoufou doit sévir…

Chef suprême des armées, le Président Issoufou ne peut continuer à fermer les yeux sur ce déballage dont on le dit être l’initiateur. Selon des informations qui ont fuité, c’est lui qui a personnellement instruit par écrit le ministre Katambé pour auditer la gestion de Kalla Moutari. Cependant, selon toute vraisemblance, des dossiers plus vieux, mais portant sur les mêmes détournements des fonds de l’armée sont en train d’être exhumés. Au grand dam des prédécesseurs de ce dernier. Le Président Issoufou est plus que jamais dos au mur. Il est face à une alternative claire : sévir durement, sans faire de quartiers ou laisser pourrir le sentiment, déjà répandu, qu’il est parfaitement au courant de ces affaires qui ont saigné les finances publiques et maintenu les Fds dans un dénuement matériel incroyable.

Doudou Amadou

26 février 2020
Publié le 17 février 2020
Source : Le Canard En Furie

Imprimer E-mail

Politique.