Incendie au marché Karam-karam de Niamey : Près de 280 boutiques réduites en cendres

Incendie au marché Karam-karam de Niamey : Près de 280 boutiques réduites en cendresLe marché de “Karam-karam” situé au quartier Kalley-Est de Niamey est entièrement détruit par un incendie le dimanche soir aux environs de 21h. C’est un marché de meubles, de biens immobiliers et d’électroménagers. Le lendemain matin le spectacle est plus désolant. Les dégâts sont énormes, plusieurs boutiques ont été ravagés, par les flammes. La tristesse et le mécontentement se lisent sur le visage des commerçants qui sont venus tôt le matin pour entamer le nettoyage des décombres.

Le marché compte plus de 280 boutiques, presque toutes ont été consumées par le feu. Certains commerçants qui ont été alertés par les premiers témoins aux premières heures du déclenchement de l’incendie ont pu sauver une partie de leurs biens. Mais, beaucoup ont perdu toutes leurs marchandises. Dans les décombres, on retrouve les restes de biens de valeurs, des résidus de meubles en bois ou en fer à moitié calcinés, des coffres forts, des cuisinières électriques et bien d’autres articles divers…

Le désarroi se lit sur tous les visages des commerçants du marché de «Karam-karam». Ces derniers sont débout sur les décombres de leurs marchandises réduites en cendres. Pendant que certains font semblant de garder le moral, d’autres sont restés tétanisés et incapables de dire un mot devant la gravité de la situation. Jusqu’aux environs de 10h 30, le feu continue encore de consumer au niveau de certaines boutiques et des troncs arbres. Les sapeurs-pompiers continuent encore d’activer jusqu’aux environs de 11h 30 pour éteindre définitivement les derniers foyers de l’incendie sous le regard impuissant des commerçants qui voient leur gagne-pain partir en fumée.

Pour l’instant, l’on ignore les causes ayant provoqué cet incendie. Heureusement, on ne déplore aucune perte en vie humaine mais l’on compte parmi les dégâts, un véhicule calciné par les flammes. Cet incendie est une catastrophe pour les marchands qui y travaillent et voient leurs investissements partir en fumée. Le marché de «Karam-karam» est l’un des principaux centres de la capitale pour se ravitailler en biens mobiliers.

Issoufou A. Oumar(onep)

Lire aussi : Les commerçants demandent le soutien des autorités pour réaménager le marché

Consternation et désolation sont les signes qui se lisent sur les visages des commerçants du marché Karam-Karam, suite à l’incendie qui a ravagé et consumé complètement leur marché. En effet, suite à cette situation affligeante qui s’est produite dans la nuit du 16 au 17 février dernier aux environs de 21h, près de 280 boutiques, un véhicule, et plusieurs articles divers sont partis en fumée laissant les commerçants dans le désarroi total.

Selon le délégué des commerçants Elhaji Abdoul Karim Kadri, le marché Karam-Karam existe depuis près d’un quart de siècle. «Et depuis ces années beaucoup de nigériens font leurs affaires dans ce marché. C’est dans les environs de 21h que j’ai reçu la triste information. Quand je suis arrivé j’ai trouvé les pompiers en train de sauver les personnes et leurs biens. Malheureusement le pompiers étaient impuissants face à la situation car le feu a envahi toutes les voies d’accès. Et ce qui a aggravé la situation, ce sont les tôles et les bouteilles de gaz domestique», a-t-il expliqué. «C’est une épreuve et nous allons la prendre en toute responsabilité. Nous remercions le bon Dieu car nous n’avons pas enregistré des pertes en vie humaine. Mais, nous avons enregistré beaucoup de perte matérielle. J’ai perdu une grande boutique qui a été complètement consumé et des articles de grande valeur. Pour le moment nous ignorons les causes de cet incendie. Nous n’avons aucune preuve concrète de la cause de l’incendie. Nous avons juste eu le vent de ce qui est arrivé comme tout le monde. Nous allons prendre ce mal dans le bon coté que Dieu nous réconforte et qu’il nous assiste davantage dans cette épreuve», précise le délégué des commerçants.

Toutefois, cette épreuve n’entame en rien la volonté de ces vaillants à relancer et à poursuivre leurs activités. «Certes nous avons enregistré des dégâts importants, mais cela ne va pas nous pousser à croiser les bras et à abandonner nos travaux. Nous demandons aux autorités de nous accompagner et de nous aider pour que les commerçants puissent se réinstaller dans ce centre d’échanges le plus vite possible. Ils sont nombreux les commerçants qui ont perdu leurs biens. Pour ce faire, on a besoin du soutien de tous» a déclaré Elhaji Abdoul Karim Kadrin, délégué des commerçants.

Elhaji Kio, un autre commerçant dudit marché, affirme qu’il mène ses activités dans ce marché depuis plusieurs années. «Je suis dans ce marché depuis au temps du feu Ibrahim Baré Mainassara ancien Président de la République du Niger. Et depuis ce jour, c’est grâce à ce marché que nous arrivons à satisfaire tous nos besoins. Je suis resté à la maison quand j’ai appris la mauvaise nouvelle. Lorsque je suis arrivé sur les lieux, le feu n’a pas encore atteint ma boutique. Mais le feu s’est propagé un peu partout au point où on n’y peut rien. Nous avons tenté de rentrer pour voir ce que nous pouvons enlever, mais hélas! Impossible d’accéder. Ce sont les débris de ma boutique ici. J’avais des meubles, des armoires, des tables, des salons et tout ce dont une femme a besoin pour décorer sa chambre» confie ce commerçant qui fonde l’espoir que les autorités vont les accompagner dans cette épreuve.

Pour Moussa Namata, un témoin oculaire de cet incendie ce qui s’est déroulé dans ce marché est un spectacle affligeant. «Quand on voit les tôles calcinés, des marchandises brulés, c’est dire que cette situation nous interpelle tous. Nous devons faire en sorte que le marché soit sécurisé et aider les commerçants dans ces moments difficiles», estime Moussa Namata.

Abdoul-Aziz Ibrahim Souley(onep)

18 février 2020
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique.