Crise au sein du MPR Jamhuriya : Albadé Abouba, victime d’un complot pour avoir rendu visite à Hama Amadou

e La crise au sein du Mpr Jamhuriya a atteint désormais son paroxysme. Après la déclaration tonitruante d’Alma Omarou et consorts qui, depuis, Zinder, disent retirer leur confiance au président du parti, Albadé Abouba, la déflagration semble s’étendre à d’autres compartiments et ressorts du parti. Comme une orchestration répétée de longue date, dès le lendemain de cette déclaration qui voit le Mpr Jamhuriya amputé de sa section de Zinder, Amadou Salifou et ses ouailles de Niamey, désormais organisés dans le cadre d’un tout nouveau parti politique, le RCPR As-Salam, voient leur récépissé d’exercice signé par le ministre de l’Intérieur, le 27 janvier 2020. Et comme si cela ne suffisait pas, Issaka Siradji, secrétaire à la communication du bureau politique national, annonce sur les réseaux sociaux sa décision, à compter du lundi 27 janvier 2020, de migrer volontairement vers le Pnds Tarayya qui, dit-il, a un candidat et un programme remplissant les conditions de son choix. Il explique cette décision par son refus absolu de prendre position dans « la crise ouverte qui oppose le président du parti et le président de la section de Zinder ». Ce ralliement, Issaka Siradji dit l’avoir fait de concert et en même temps que les membres du bureau de la coordination de Tanout qu’il préside. Un coup dur pour Albadé Abouba et le Mpr qui perdent ainsi un fervent militant. Selon des sources généralement bien renseignées, la crise qui secoue le Mpr Jamhuriya a une explication. Ses origines remontent, selon une de ces sources, à des actes de souveraineté répétés par Albadé. Déjà, lorsqu’il a annoncé que le Mpr présentera des candidats à toutes les élections générales à venir, Albadé Abouba a attiré, paraît-il, la foudre des faucons du Pnds sur lui. Selon des informations qui ont fait le tour de Niamey, dans les salons feutrés, il aurait été démarché afin qu’il ne fasse pas cette annonce dans l’allocution qu’il a faite lors du 4e anniversaire de son parti. Mais Albadé est resté de marbre, décidé à s’émanciper de la tutelle du Pnds. De l’avis d’un responsable secondaire du Pnds, la couleuvre n’est pas encore passée du côté de son parti qu’Albadé remet ça. Selon cette source, c’est par pure provocation que le président du Mpr s’est rendu à Filingué, à la tête d’une forte délégation, pour rendre visite à Hama Amadou, le président du Moden Fa Lumana Africa et chef de file de l’opposition nigérienne. Une visite qui serait vue dans les milieux du parti de Mohamed Bazoum comme une volonté délibérée de faire un bébé dans le dos du Pnds dans la perspective des élections de 2021. Par cet acte, Albadé aurait signé sa préférence entre l’opposition et le pouvoir, entre Hama Amadou et le candidat du Pnds.

Il n’y a jamais deux sans trois. Et la goutte d’eau qui a fait déborder le vase va venir à l’occasion du 4e anniversaire du Mpn Kishin Kassa d’Ibrahim Yacoubou, un autre «pestiféré » aux yeux des faucons du Pnds. Une messe politique à laquelle Albadé Abouba, toujours droit dans ses bottes par rapport à sa nouvelle ligne de conduite, a pris part. Pour les milieux du Pnds, c’est la preuve de la mutation d’Albadé Abouba et de son parti politique vers d’autres rives. Et selon les sources du Courrier, les misères d’Albadé Abouba sont parties de là. « Nous allons lui régler le compte », entend-on dans certains cercles du Pnds. Pour le moment, ce pari est en train d’être tenu, le Mpr Jamhuriya étant presque obligé de boire le calice jusqu’à la lie. Une épreuve difficile à laquelle le Mpr Jamhuriya risque de ne pas survivre. Selon des informations recueillies dans les milieux de certains transfuges, l’objectif est de dépouiller totalement Albadé Abouba avant les toute premières échéances électorales. Les élections locales qui ouvrent le bal des élections générales prochaines, sont prévues, en principe, le 29 novembre 2020. C’est dire que le torchon brûle au sein du Mpr Jamhuriya. Et si Albadé Abouba et ses camardes du parti savent d’où viennent les flèches, ils sont toutefois pris au piège. S’il décide de claquer la porte à la Mrn [collectif des partis politiques composant la majorité au pouvoir] il risque fort d’être désavoué par les cadres du parti. En avril 2019, informé sur ce qui se passe à propos du Mpr Jamhuriya, Le courrier avait déjà tiré la sonnette d’alarme sur les misères que pourraient connaître ce parti et son leader. Dans cet article, Le Courrier a évoqué l’arrestation et l’emprisonnement du beau père du président du Mpr Jamahuriya pour des faits supposés relatifs au terrorisme, ce qui suppose, au regard des moeurs du régime, qu’il se trouve désormais dans le viseur d’un pouvoir dont il représente un des piliers. Selon des sources dignes de foi, des mercenaires politiques auraient été recrutés par des tenants du régime en place dans le but d’arracher le Mpr Jamhuriya des mains de son président, Albadé Abouba. Le but, confiet- on, est de mettre le parti dans une situation de conflit judiciaire. Cela afin, soit, de faire disqualifier son leader de la présidentielle de 2021, soit de l’obliger à soutenir le candidat du Pnds. Depuis cette date, les choses semblent évoluer vers une confirmation de ce qui se profilait à l’horizon.

1er février 2020
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique