Présidence du parti Moden-Fa/Lumana-Africa : Jusqu’où veut aller Oumarou Noma?

Présidence du parti Moden-Fa/Lumana-Africa : Jusqu’où veut aller Oumarou Noma?Dans un communiqué de presse publié dans l’après-midi du samedi 21 décembre, l’ancien président par intérim du Mouvement démocratique nigérien pour une fédération africaine (Moden-Fa/ Lumana-Africa), M. Oumarou Noma a contesté la conférence nationale extraordinaire du parti tenue le même jour au Centre culturel Oumarou Ganda de Niamey. Il déclare haut et fort que c’est lui et lui seul qui est habilité à convoquer une instance du parti Moden- Fa/Lumana-Africa, s’appuyant sur la décision de justice niant toute qualité à Hama Amadou, dont il assurait l’intérim, à assurer la présidence du parti. Cette sortie de M. Oumarou Noma a surpris jusqu’au- delà des seuls militants de son parti. Non seulement, le congrès qu’il a convoqué à Dosso a montré à la face du monde que l’homme est seul dans son aventure, car n’ayant obtenu le soutien d’aucune structure du Moden-Fa/ Lumana-Africa; mais aussi et surtout, beaucoup de Nigériens pensaient qu’avec le retour de Hama Amadou au pays suite au décès de sa maman et sa reconduction à la prison civile de Filingué, lui Oumarou Noma allait modérer ses prises de position, à défaut de faire la paix avec son parti. L’homme semble visiblement décidé à poursuivre dans sa logique visant à déstabiliser le Moden-Fa/ Lumana-Africa et à amplifier les douleurs d’un Hama Amadou qu’il disait pourtant aimer plus que tout autre militant de son parti. Et pourtant, des sources dignes de foi rapportent que certains de ses compagnons ont même lâché M. Oumarou Noma dans son entreprise de déstabilisation d’un parti qui, grâce à la foi et à la détermination de ses militantes et militants, a su faire face à tous les assauts externes dont il a été l’objet depuis plus de six (6) ans. La question que bon nombre d’observateurs se posent désormais est de savoir ce que cherche réellement M. Oumarou Noma dans cette action où il n’arrive même pas à embarquer une seule sous section du parti. Si hier Abdou Labo de la Convention démocratique et sociale (CDS-RAHAMA) et Albadé Abouba du Mouvement national pour la société de développement (MNSD-NASSARA) avaient réussi à attirer l’attention de l’opinion nationale et même d’une partie de l’opinion internationale sur eux, c’est parce qu’ils avaient le soutien des pans importants de leurs partis. Mais être seul et vouloir s’opposer à toutes les structures de son parti relève d’un manque de vision politique, même lorsqu’on pense avoir les faveurs de la justice.

Salifou Hamidou

28 décembre 2019
Source : Canard En Furie

Imprimer E-mail

Politique