Terrorisme au Niger : Faudrait-il repenser nos stratégies de lutte ?

Terrorisme au Niger : Faudrait-il repenser nos stratégies de lutte ?Depuis un certain temps, les attaques et les enlèvements dans notre pays ne font que prendre de l’ampleur. Les régions les plus touchés sont celles de l’Ouest et de l’Est, notamment la région de Diffa et de Tillabéry. A l’heure actuelle, nombreuses sont les populations qui ont abandonné leurs habitats, certaines familles dispersées et d’autres entre les mains des ‘’bandits armés’’. Dans certaines zones de la Tillabéry, les écoles ont fermé leurs portes. Et tout cela à cause de la terreur que sèment ces individus sans foi ni loi. Notons sur ce, que la situation dans laquelle végètent les habitants de ces zones conflictuelles est de plus en plus alarmante. Nous aurions appris grâce à des résidents de certaines localités telle celle de Djagourou à Téra que les terroristes depuis un certain temps opèrent des descentes dans quelques villages voisins de leur localité. Il y a justement une semaine de cela que le chef de village de Dolbi a été enlevé par des individus. Après l’irruption des terroristes, les habitants de ladite localité ont tous fuit, seules sont restées cinq personnes d’après le message que nous livre l’un d’entre eux. Récemment suite à une attaque orchestrée par les éléments de la secte Boko Haram, une vidéo en rapport avec l’attaque qui a circulé sur les réseaux sociaux nous montre les images des populations en débandade. Triste il est, de voir à travers cette vidéo ces femmes et ces enfants qui courent dans tous les sens à la recherche d’un refuge.

Est-ce à dire de ce fait que les terroristes ont su s’implanter et s’installer dans ces zones ?, du moment où les attaques sont constantes. Il est important de reconnaitre que si ces bandits armés arrivent à semer la terreur sans être facilement dénichés, c’est parce qu’ils bénéficient de la complicité de certains citoyens nigériens. Il y a un autre facteur qui renforce la persistance de ces bandits, c’est la non association des citoyens notamment les réelles victimes aux prises de décisions sécuritaires, justifie un habitant du département de Téra. Un autre estime que les populations ont souvent envi de coopérer avec nos FDS, mais celles-ci avancent qu’elles craignent pour leur sécurité. Alors pouvons-nous croire que cette sécurité ne leur est pas garantie ? A cet effet, un habitant d’une localité voisine de Djagourou nous a confié que la dernière fois qu’ils ont reçu la visite de ces bandits, ils les ont interdit de les dénoncer auprès de nos autorités sous peine d’être exécuté sans pitié. Sommes nous d’accord qu’à l’impossible n’est tenu ? D’ailleurs certains nigériens avancent que même si vous alertez les autorités d’un quelconque soupçon lié à l’insécurité et à ces hommes qui l’attisent, celles-ci ne prennent même pas en compte votre appel. Disons alors qu’un tel traitement de la part de nos autorités compétentes à l’égard du peuple, ne peut qu’inciter les citoyens censés collaborer, divulguer certaines informations à être plus réticents. Au cours de l’intervention de notre magistrat suprême sur RFI, certains observateurs auraient décelé de par ses propos l’impuissance de nos Etats face à la lutte contre ce phénomène sadique, celui bien évidemment du Terrorisme. Faudraitil de ce fait repenser les pistes qui puissent nous amener à éradiquer ce phénomène qui de jour en jour endeuille nos populations et les brutalise ?

Par Mohamed El Shakur

1er décembre 2019,
Publié le 18 novembre 2019
Source : L'Actualité

Imprimer E-mail

Politique.