Programme de l’éducation nationale : Le Ministre Daouda Marthé menotte les enseignants, élèves et leurs parents

dVisiblement le Ministre de l’enseignement primaire, de l’alphabétisation,de la promotion des langues nationales et de l’éducation civique ne va pas changer sa façon de faire et d’agir dans un secteur pourtant stratégique pour le développement du pays. Il affirme maladroitement à qui veut l’entendre, que sa réforme suicidaire sur le même fameux programme qui ne fait pas l’unanimité entre les acteurs éducatifs, va se poursuivre. C’est pour la première fois qu’un programme éducatif nigérien fait face à une maladie de couper –coller, poussant les responsables éducatifs à tout faire et tout de suite, sans aucune planification préalable. Du programme d’urgence en passant par le PNM ou encore, celui dit rénové, tous, favorisent des pertes du temps scolaire. La qualité de l’éducation n’est visiblement pas pour demain. Cette jungle aveugle des reformes de Daouda Marthé met à rudes épreuves l’enseignement en général et en particulier, emprisonne les enseignants pour une durée indéterminée. Depuis le début de la mise en oeuvre desdits programmes, aucun indicateur encourageant n’est encore disponible, à plus forte raison exprimer un besoin secondaire, qui puisse rendre heureux les élèves et leurs parents, mais également les autres acteurs éducatifs. Bien que Ministre de l’éducation nationale, monsieur Daouda Marthé ne connais pas encore que la perte du temps scolaire est une véritable catastrophe pour la qualité de l’éducation et une mise à terre globale du système éducatif. Quoi qu’il en soit, l’histoire retiendra que les enseignants ne sont pas comptables de la situation actuelle, puisque, n’ayant pas été associés aux réformes. Et même s’ils le sont, ce n’est qu’à des occasions éphémères d’atelier de validation. Malheureusement, les propositions que les différents syndicats de l’éducation apportent au cours de la validation, ne sont pas prises en compte. Un véritable travail arabe. Alors, pourquoi le Ministre Daouda Marthé choisit toujours de menotter les pauvres enseignants dans la mise en oeuvre d’un programme qui ne fait pas l’unanimité, qui n’aspire pas la confiance des élèves et de leurs parents ? Pire, cette année, notre puissant Ministre a doublé le nombre de conseillers pédagogiques pour rien, puisque, certains d’entre eux, ont du mal à se déplacer pour faute de moyens roulants et logistiques, à plus forte raison, sillonner les écoles à leurs charges. Rares sont les Conseillers pédagogiques qui disposent présentement d’un bureau. C’est lamentable. Depuis des années, les acteurs éducatifs réclament la tenue d’un état de lieu totalement rationnel du système éducatif nigérien. Sur ce sujet précis, les médias ne cessent d’attirer l’attention du gouvernement mais en vain. Pourtant, même la Représentation nationale est favorable à la tenue des états généraux de l’éducation.

On se rappelle que le Samedi 8 Avril 2018, c’est tenu à l’Assemblée Nationale, un débat sur l’école nigérienne à la suite de l’interpellation du Premier Ministre par les députés. Cette interpellation, initiative des députés Saadou Dillé (PNDS) et Nassirou Halidou (Lumana FA) a permis un fructueux débat d’intérêt national. Les députés avaient à l’unanimité reconnue la nécessité de sortir l’école nigérienne de l’ornière dans laquelle elle végète. « Kaitcho ! ». L’ancien Président de la République du Niger feu Diori Hamani disait en juin 1974 aux élèves du Lycée National je cite, « L’école n’est pas au service de cette somme de frères dont le total forme la Nation. L’école dans un pays comme le nôtre, ne saurait être une institution dont l’objet est de produire une poignée de privilégiés coupés du peuple. Un homme arraché de l’ignorance est un homme sauvé de la misère et de la maladie. Votre objectif premier doit être de servir cette élite, le pays ne la veut pas imbue de ses droits mais consciente de ses devoirs », fin de citation. Qui viendra au secours de notre système éducatif et libérer au passage les enseignants, élèves et leurs parents des menottes du Ministre Daouda Marthé ? Une journée de jeûne et prière en faveur du Ministre Daouda Marthé est plus que jamais nécessaire.

Par Salifou Hachimou

1er décembre 2019,
Publié le 18 novembre 2019
Source : L'Actualité

Imprimer E-mail

Politique.