CAN U20, Niger 2019 : Quelques 107 millions des hôteliers toujours en souffrance

CAN U20, Niger 2019 : Quelques 107 millions des hôteliers toujours en souffranceLa coupe d’Afrique des nations des moins de 20 ans qui s’est déroulée du 2 au 17 février 2019 au Niger a laissé de bien vilaines traces et cela n’a rien à voir avec l’élimination prématurée du Mena junior, mais plutôt avec les hôteliers et restaurateurs retenus pour assurer l’accueil, l’hébergement et la restauration des membres de la CAF, des invités d’honneur, des officiels, des arbitres ainsi que les équipes participantes. Ils sont au nombre de 16, dont 10 à Niamey et six à Maradi. Sollicités pour cette prestation, ces hôteliers et restaurateurs attendent toujours une bonne partie de leurs dus, près d’un an après la fin de l’évènement. Sur un montant total de 397 millions de francs CFA représentant les factures dues par l’Etat, 290 millions leur ont été payés sous forme d’avances en deux tranches. Le solde à payer, d’un montant de 107 millions, est toujours en souffrance. Selon des informations dignes de foi, déjà en mars passé, précisément le 4, le président de l’Association nigérienne des professionnels du tourisme et de l’hôtellerie

(Anpth), a saisi le ministre du Tourisme et de l’Hôtellerie pour un recours hiérarchique. Dans cette lettre pathétique, Dr Laouel Kader Mahamadou a souligné au ministre Boto que les impayés des hôteliers s’élèvent à 14 532 376 FCFA tandis que ceux de Niamey totalisent 74 284 938 FCFA. A l’époque, les créanciers de l’Etat auraient eu vent d’une somme de 60 millions disponibles pour eux au Trésor. Mais ils ne pouvaient guère y accéder sa,s l’ordre du ministre de la Jeunesse et des Sports auquel le paiement est assujetti. Aussi, ontils sollicité du ministre de tutelle qu’il intercède auprès de son homologue Kassoum Moctar afin que les hôteliers rentrent dans leurs droits.

Brigi Rafini à la rescousse, mais…

N’ayant pas obtenu gain de cause, un mois après ce recours hiérarchique adressé au ministre du Tourisme et de l’Hôtellerie, l’ANPTH revient à la charge, en adressant une autre lettre, cette fois-ci, au Premier ministre, Brigi Rafini. Dans cette lettre, Laouel Kader informe que le paiement du reliquat de 107 millions à payer aux hôteliers et restaurateurs « rencontre un refus total et catégorique du ministre en charge des Sports, alors même que les ressources prévues à cet effet sont disponibles au Trésor national auprès du ministre en charge des Finances ». Le président de l’ANPTH a indiqué, en outre, que « malgré toutes les tentatives et les démarches visant à régulariser la situation des hôtels qui font face à de lourdes charges de fonctionnement et de dépenses liées au fonctionnement… », le ministre en charge des Sports, écrit-il, n’a pas donné suite à leur requête.

Aucune explication et/ou justification du ministre de la Jeunesse et des Sports quant à son refus d’autoriser le paiement des 107 millions des hôteliers

Considérée comme un ultime recours des hôteliers auprès du chef du gouvernement, cette lettre de l’ANPTH a été initiée dans la perspective de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine. Elle sollicitait expressément du Premier ministre son intervention dans le dossier en ordonnant le paiement des factures en souffrance. On ne peut dire qu’ils aient été entendus puisqu’à ce jour, les hôteliers attendent toujours d’être mis dans leurs droits. L’angoisse des hôteliers est grande. Ils ne savent plus à quel saint se vouer. Le Premier ministre, Brigi Rafini, aurait-il oublié de donner une suite à la sollicitation des hôteliers ? Rien n’est exclu, l’intéressé ayant été particulièrement bousculé au cours de la période indiquée. Le problème, c’est que dans trois jours, c’est la fermeture de l’exercice budgétaire 2019. Or, le ministre de la Jeunesse et des Sports n’a toujours pas daigné donner son accord pour que les hôteliers soient payés. Selon nos sources, aucune raison n’a été avancée par le ministre Kassoum Moctar pour expliquer et justifier son refus d’autoriser le paiement des 107 millions que l’Etat reste devoir aux hôteliers.

Laboukoye

30 novembre 2019
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique.