Point de presse du Premier ministre, Chef du gouvernement : Vers la relance du dialogue et l’instauration d’un climat politique apaisé

Point de presse du Premier ministre, Chef du gouvernement : Vers la relance du dialogue et l’instauration d’un climat politique apaiséLe Premier ministre, Chef du gouvernement, SEM. Brigi Rafini, président du Conseil National de Dialogue Politique (CNDP), a animé hier après-midi un point de presse dans la Salle des Banquets de la Primature. Il s’agissait pour le Président du CNDP de faire le compte-rendu de la réunion qui s’est tenue le mardi 20 Octobre dernier sur la question de la situation politique de notre pays. Il en ressort que cette réunion, qui s’est déroulée dans une ambiance empreinte de chaleur et de vives convivialités, augure des perspectives prometteuses permettant d’aboutir à un climat politique apaisé au Niger

Notons que la réunion a surtout, enregistré le retour de l’opposition politique sur la table de dialogue politique national. A travers sa participation à la réunion du mardi dernier, l’opposition politique a exprimé sa volonté de contribuer à la restauration d’un climat politique apaisé dans notre pays.

A l’entame de ses propos, le Chef du gouvernement a d’abord annoncé au peuple nigérien que le mardi dernier dans la nuit, notre pays a été endeuillé par une attaque barbare de la secte de Boko Haram sur une position militaire avancée des Forces Armées Nigériennes à Bilabrim, non loin de N’Guigmi, dans la région de Diffa. Cette attaque s’est malheureusement soldée par des pertes en vies humaines, et des blessés. A cette douloureuse circonstance, SE Brigi Rafini a présenté, au nom du Président de la République, Chef de l’Etat, et du gouvernement, ses sincères condoléances aux familles des victimes et au peuple nigérien tout entier, avant de souhaiter un prompt rétablissement aux blessés.

Revenant sur l’objet de point de presse, le Chef du gouvernement s’est réjoui des nouvelles avancées enregistrées au niveau au sein de la classe politique de notre pays. Notons que cette réunion ayant regroupé les leaders des partis politiques le mardi 20 Octobre dernier a pour objectif de rechercher ensemble les moyens appropriés pour créer les conditions d’un apaisement politique au Niger. Il s’agissait précisément de la redynamisation de notre dialogue politique. Après consultations, a indiqué le Premier ministre, les leaders politiques ont convenu de relancer le dialogue politique dans un sursaut patriotique, estimant que le pays fait actuellement face aux défis qui commandent une union sacrée des citoyens nigériens. Au nombre de ces défis, SE. Brigi Rafini a évoqué les menaces sécuritaires, la réussite des élections à venir dans notre pays.

Parlant des résultats auxquels ils ont abouti lors de la rencontre, le Chef du gouvernement a confié avoir assisté à des discussions franches et sereines ayant conduit à un consensus sur les modalités du déroulement de ce dialogue politique. Concernant ces modalités, SE Brigi Rafini a mentionné, entre autres, la question de l’ordre du jour, de l’accompagnement du climat qu’il faut créer pour que le dialogue puisse être avancé, du format, c'est-à-dire sur lequel ce dialogue va-t-il se dérouler, et enfin la question du calendrier.

S’agissant de l’ordre du jour, le Premier ministre a déclaré que les participants se sont principalement entendus sur quatre points à savoir les élections, la CENI, le CNDP, et l’accès équitable aux médias publics.

Des discussions sereines…

Pour ce qui est du format, il a été retenu, selon le Chef du gouvernement, que le groupe des différentes parties prenantes va regrouper 38 personnes parmi lesquelles 10 représentants de la majorité politique, 10 représentants de l’opposition politique, 10 représentants des partis non affiliés, 5 représentants des centrales syndicales représentatives, 3 représentants de la Société Civile. A ceux-là s’ajoutent 3 grands témoins qui sont l’Association des Chefs Traditionnels, l’Association Islamique du Niger, et l’Eglise, et 3 observateurs internationaux à savoir les représentants du Système des Nations Unies, de l’Union Européenne et de NDI.

« Au cours de discussions les participants ont pris des mesures consistant à accompagner ce dialogue afin de créer un climat d’apaisement sur l’ensemble de notre territoire », a-t-il souligné. SE. Brigi Rafini a confié que le gouvernement a, à ce titre été interpellé pour qu’il fasse des actes qui vont dans le sens de l’apaisement de climat politique. A cet effet, il a été demandé au Premier ministre, Chef du gouvernement, que l’accès aux médias publics se passe dans le respect des lois de la République.

Le Premier ministre a annoncé que les participants se sont donnés un mois en vue d’examiner les différentes questions notamment l’ordre du jour, et de déposer leurs travaux dans le délai. Il a noté que toutes les discussions se sont déroulées dans un climat de franchise absolue et de sérénité.

Volonté affichée des différents acteurs d’œuvrer dans le sens de la relance du dialogue politique

Par ailleurs, il a dit avoir noté la volonté très affichée de l’ensemble de parties prenantes à contribuer effectivement à la création des conditions nécessaires à l’apaisement tant souhaité par les Nigériens. SE.Brigi a formulé les vœux pour que ce processus qui vient d’être amorcé puisse se dérouler dans les meilleures conditions et atteindre ses objectifs. Le Chef du gouvernement a précisé que cette première rencontre qui a enregistré la participation de cinq leaders de chaque groupe, sera prochainement élargie à dix représentants par groupe politique.

Pour sa part, M. Seini Oumarou, président du MNSD-Nassara (membre de la majorité au pouvoir) est revenu sur le rôle que la presse doit jouer avant d’appeler les médias à plus de responsabilité pour que ce processus qui vient d’être engagé soit soutenu. Il a en outre demandé aux différents acteurs d’accompagner ce processus pour qu’ils puissent aboutir aux résultats escomptés par tous.

Pour M. Cheffou Amadou, président RSD-Gaskiya (un autre parti de la majorité), le dialogue politique que le gouvernement a pris l’initiative de relancer, est extrêmement important pour notre pays, parce qu’il s’agit de faire avancer la transition politique au Niger et, à terme, espérer la mise en place d’un système de régulation et de stabilisation des élections. Il a espéré que le dialogue politique que les acteurs ont décidé d’entreprendre avec sincérité et responsabilité puisse avancer notre transition démocratique. M. Cheffou Amadou a par ailleurs souligné que ce dialogue politique concerne toutes les franges de la société qui doivent accompagner ce processus qui doit s’effectuer dans la sincérité, dans la sérénité, et dans un esprit de responsabilité.

Représentant les partis de l’opposition politique, M. Amadou Djibo dit Max a dit avoir évoqué au cours de la réunion des mesures de décrispation entre autres l’accès équitable aux médias publics, la cessation de harcèlement contre les membres de l’opposition, la revue de la législation sur les manifestations. Il a enfin souligné que le grand gagnant de l’aboutissement d’un climat politique apaisé, est le Président Issoufou Mahamadou.

Laouali Souleymane(onep)

31 octobre 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique