Déclaration du Syndicat National des Médecins Spécialistes du Niger (SMES) sur l'affaire Dr Dille

Déclaration du Syndicat National des Médecins Spécialistes du Niger (SMES) sur l'affaire Dr DilleMesdames et messieurs ; Camarades militants et sympathisants des Associations et Syndicats amis ici présents ; Camarades militants du SMES ; Honorables invités,

Permettez-moi tout d’abord de souhaiter la chaleureuse bienvenue à toutes et à tous. Je profite également de la circonstance pour remercier les uns et les autres pour leur présence à cette déclaration que le gouvernement de la 7ème République vient d’imposer une fois encore au Syndicat National des Médecins Spécialistes.

Camarades

Comme vous le savez, l’Affaire des évacuations sanitaires devenue désormais « Affaire Dr Dillé » a fait couler beaucoup d’encres et de salives depuis quelques semaines.

En fait, qui est Dr Dillé ?

Chirurgienne cancérologue de formation, en service à l’HNN depuis 2010, Dr Dillé ayant constaté les dégâts causés par le diagnostic tardif des cancers particulièrement gynécologiques, s’est battue pour que naisse l’ONG SOS CANCER afin de dépister et de prendre en charge précocement la maladie comme en témoignent les campagnes de dépistage de masse qu’elle organise à l’échelle du pays. Son engagement pour une meilleure prise en charge du cancer lui a fait instituer un cadre de concertation pluridisciplinaire hebdomadaire où toutes les spécialités sont représentées (RCP).

Honorables invités

Pour votre information, le Niger ne dispose que de deux chirurgiens détenteurs du Diplôme d’Etudes Spécialisées en chirurgie oncologique appelée chirurgie des cancers dont Dr Dillé. L’ONG qu’elle dirige n’est pas une clinique privée, c’est une structure caritative qui fait le dépistage gratuit et la sensibilisation sur les cancers. Pour mener à bien cette activité et sur demande expresse de ses partenaires, Dr Dillé a demandé et obtenu un détachement de la fonction publique. Et comme l’ONG SOS CANCER ne dispose pas de bloc opératoire, elle a sollicité l’HNN pour opérer ses malades à travers une convention de soins.

Il faut noter que tout se passait bien jusqu’au jour où Dr Dillé a pris son courage pour dénoncer des irrégularités constatées pendant les évacuations sanitaires. Cette dénonciation a suscité la réaction du ministre de la santé et de son équipe pour démentir ses propos.

Vue l’ampleur des évènements, le Syndicat National des Médecins Spécialistes a saisi la HALCIA, le 23 septembre 2019 pour que toute la lumière soit faite sur les évacuations sanitaires.

Quelques jours après cette dénonciation, le Directeur Général de l’Hôpital National de Niamey a envoyé d’abord le chirurgien-chef et son adjoint, puis la Gestionnaire des Ressources Humaines pour demander à Dr Dillé de suspendre ses activités quelques mois, parce qu’il est sous la pression du ministre de la santé publique.

La réponse de Dr Dillé a été sans équivoque. Elle martèle qu’il est hors de question de suspendre de manière officieuse mais que le Directeur Général de l’hôpital peut prendre l’acte administratif mettant fin au contrat.

Après, c’est le DG en personne qui l’appelle pour la supplier de suspendre car son poste est en danger et la même réponse lui fut donnée. C’est ainsi que le 16 octobre 2019, le DG prit la décision de mettre fin au contrat à travers une lettre laconique de trois lignes sans aucune justification.

Cet acte dont la conséquence est la privation de soins vitaux à des centaines de malades, n’est ni plus, ni moins qu’un crime contre l’humanité, de surcroit orchestré par des médecins, j’ai nommé le DG de l’Hôpital National de Niamey et son ministre de la santé.

Face à cette situation, nous invitons l’Ordre des Médecins, Pharmaciens et Chirurgiens- dentistes à statuer urgemment sur le cas de ces médecins qui déshonorent la profession.

Faut-il le rappeler, cette pratique n’est pas singulière. Elle est monnaie courante depuis l’avènement du sieur Illiassou Idi à la tête de ce ministère.

Souvenez-vous qu’en janvier 2019, en prélude à une journée porte ouverte du Centre Hospitalier Régional Poudrière, une de nos collègues qui a osé noter des insuffisances du service des urgences devant les médias, invités par la direction, a simplement été remerciée.

Camarades !

Rappelez-vous encore que le 13 mai 2019 (journée de la femme nigérienne), une autre collègue de l’Hôpital National Lamordé a été aussi remerciée pour avoir référé un patient à l’Hôpital National de Niamey à cause d’une coupure d’électricité sans relais, notifiée comme motif de référence.

Tout récemment encore, le collègue gynécologue qui a osé parler des incohérences dans les affectations du Centre Hospitalier Régional vers l’Hôpital de Référence de Maradi s’est vu remercié de son poste de Conseiller Technique.

Ces cas ne sont que des exemples parmi tant d’autres qui traduisent la gravité de la situation du système sanitaire au Niger.

En d’autres termes, cette situation confirme nos propos antérieurs témoignant que l’actuel ministre de la santé est plus préoccupé par des règlements de compte contre les médecins que par le bon fonctionnement des structures sanitaires.

Sinon, comment comprendre qu’un ministre de la République mette toute son énergie dans des règlements de compte de bas étages en lieu et place des résolutions des vrais problèmes du système de santé ?

Pour preuves :

  • à ce jour, il n’existe aucun appareil de mammographie fonctionnel dans les services publics du Niger ; - la radiothérapie reste encore un mirage, le centre national anti-cancer ne fait que de la chimiothérapie en ambulatoire et sans examen complémentaire faisable au centre (chimiothérapie qui se faisait déjà mieux auparavant à l’HNN) ;

Pire, même une simple radiographie pulmonaire standard est aléatoire dans les hôpitaux publics de Niamey.

Comme si cela ne suffisait pas, le sieur Idi, ministre de la santé, par ailleurs médecin généraliste de son état, a du temps pour des règlements de compte alors que des patients sont fréquemment perfusés sur des nattes, des chaises, des bancs et mêmes sous des arbres par manque de place dans la plupart des services d’urgence, de pédiatrie et maternité.

Mesdames et messieurs ; Camarades militants et sympathisants des Associations et Syndicats amis ici présents ; Camarades militants du SMES ; Honorables invités.

Le système de santé est actuellement caractérisé par une gestion chaotique des ressources humaines notamment un dépouillement total des hôpitaux existants au profit des nouveaux hôpitaux de référence.

Mesdames et Messieurs,

Camarades !

Devant cet échec patent sans précédent, cette incompétence notoire et cet amateurisme flagrant sans égal dans la gestion du ministère de la santé, vous conviendrez avec nous que la situation est suffisamment grave et que le Syndicat National des Médecins Spécialistes se dressera comme un seul homme pour barrer la route aux fossoyeurs du système de santé.

Nous restons solidaires à Dr Dillé et exigeons plus de transparence dans le traitement de ce dossier des évacuations sanitaires. Nous remercions également tous ceux qui ont apporté leurs soutiens multiformes à notre collègue Dr Dillé et nous dirons à ceux d’en face que nous sommes tous Dr Dillé.

Enfin, nous exhortons tous les camarades à plus de vigilance et à se tenir prêts pour les mots d’ordre à venir.

Vive le SMES
Vive le Niger
Je vous remercie
.

SYNDICAT NATIONAL DES MEDECINS SPECIALISTES (SMES)

Contact : (00227)96.51.60.45 E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Imprimer E-mail

Politique