Permis biométrique : L'évidence du complot contre Mahamadou KARIDIO

iTout était parti du communiqué du du 19 juillet 2019 du Ministère des Transports qui informait les usagers du démarrage des activités du Centre de Traitement et d’Edition du Permis de conduire biométrique et des Titres de transports sécurisés. Cette information avait donné le sentiment à certaines personnes, qui travaillaient pour des intérêts occultes, qu’il y avait péril en la demeure. Des éléments publiés par la Presse désigneraient certaines personnes, qui jouissent vraisemblablement d’une certaine position dans le système, comme principales instigatrices de toute cette cabale contre le Ministre des Transports, M. Mahamadou KARIDIO. Les Djermas ne disent-ils pas que « tout ce qui pourrit dans l’eau remonte à la surface »? Le Ministre des Transports leur porterait-il ombrage ? De quoi s’agit-il?

Le passage au permis biométrique a été interrompu, en 2015, en raison des difficultés rencontrées dans le processus de la sélection du partenaire et d’attribution du marché. M. Mahamadou KARIDIO, qui s’était résolument engagé dans la concrétisation des projets de réforme et de modernisation du secteur des transports, après sa nomination à la tête du Ministère des Transports en octobre 2017, trouvait qu’il était tout naturel et légitime de s’attaquer au passage à la biométrie du permis de conduire pour se conformer au nouveau Code de la route et aux directives communautaires de l’UEMOA. C’est ainsi qu’à l’issue d’un processus, qui a suivi toutes les procédures en matière de passation de marché public, un partenaire stratégique, HAROUN printing en l’occurrence, a été sélectionné. L’attribution de ce marché s’est faite « dans les règles de l’art », comme l’a confirmé M. Ibrahim HAMANI, le Directeur des Marchés Publics et des Délégations de Service Public du Ministère des Transports, au cours d’une conférence de presse.

D’autres intérêts dans la course

Ce marché d’édition du permis biométrique attribué à HAROUN printing était convoité depuis longtemps par d’autres intérêts qui chercheraient, vraisemblablement, à le fourguer à un autre opérateur, en usant de méthodes peu orthodoxes, en violation de la réglementation en vigueur. On comprend mieux la dimension du complot contre Mahamadou KARIDIO quand la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) entre dans la danse, en faisant croire qu’elle s’était autosaisie. Avec les révélations de la presse, on se rend compte, dès lors, que certaines personnes s’étaient juré de faire payer cash leur frustration au Ministre des Transports.

Que n’avons-nous pas entendu avant cette cabale contre Mahamadou KARIDIO, relativement à certaines affaires mafieuses de malversations ? Et pourtant, la HALCIA n’avait pas daigné lever le petit doigt. Cette institution, même si ses attributions lui permettaient de s’autosaisir et de recevoir des plaintes des citoyens, n’en est pas moins une structure sous-tutelle qui reçoit aussi des instructions de sa hiérarchie. Comment interpréter ce communiqué de presse de la HALCIA, publié quelques jours après l’ouverture du centre, qui stigmatise le Ministre des Transports et annonce pompeusement que le dossier du permis biométrique est transmis au Président de la République et au Procureur de la République ? Car, comme tout le monde l’a compris, les points sur les hydrocarbures et la CENI ne servaient qu’à noyer le véritable dessein de ce communiqué de presse. La HALCIA avait eu, lesquels des personnalités politiques de haut rang étaient présumées compromises. Mais c’est la première fois qu’elle indexe directement un Ministre de la République en fonction en annonçant l’avoir interrogé. L’autre fait troublant est la lecture impromptue de ce communiqué de la HALCIA dans le JT de la télévision nationale. C’est un fait inédit qui ne peut s’expliquer que par des instructions reçues.
M. Mahamadou KARIDIO reste serein. Il n’a que faire des états d’âme et de la frustration de certains chasseurs de prime. Il se consacre à sa mission régalienne pour honorer la confiance placée en lui par le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM ISSOUFOU Mahamadou et surtout qu’il sait, comme le disait si bien Hampaté BA, « En vérité, seuls les arbres chargés de fruits sont secoués ou lapidés ».

A.AGUELASSE

22 octobre 2019
Source : La Hache

Imprimer E-mail

Politique