Lancement de la phase pilote de l’enrôlement biométrique à Kargui Bangou : Tester la fiabilité et l’efficacité du dispositif technique en prélude au démarrage imminent de la confection du fichier électoral

Lancement de la phase pilote de l’enrôlement biométrique à Kargui Bangou : Tester la fiabilité et l’efficacité du dispositif technique en prélude au démarrage imminent de la confection du fichier électoralLa Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a procédé, hier au lancement de la phase pilote de l’enrôlement biométrique. C’est la commune rurale de Kargui Bangou, dans la région de Dosso, située à plus de 160km de Niamey, qui a abrité cette étape décisive entrant dans le cadre de la confection du fichier électoral biométrique dont le démarrage est prévu pour le 1er Octobre prochain sur toute l’étendue du térritoire. C’est le président de la CENI, M. Issaka Souna qui a présidé la cérémonie, en présence du gouverneur de la région de Dosso, M. Moussa Ousmane, des répresentants des partis politiques, des responsables des FDS, de la société civile, des diplomates et de plusieurs autorités administratives coutumières de la région de Dosso.

Cette opération vise à tester la fiabilité, la capacité et la performance des ordinateurs, tablettes et leurs accessoires qui seront utilisés lors du processus d’enrolement des électeurs. Il y avait une forte mobilisation de la population de Kargui Bangou pour la circonstance. Les opérateurs d’enrôlement, la brigade de vigilance et la commission administrative ; tout était bien installé à l’arrivée de la délégation de la CENI, pour permettre une simulation parfaite de l’enrôlement. Outre les outils de travail rélatif à la confection du fichier électoral biométrique, il a été question de vérifier aussi, les capacités des agents, avec la vingtaine de kits déployés pour l’exercice. Ainsi, le gouverneur de la Région de Dosso et le maire de la commune rurale de Kargui Bangou, ont exprimé leur gratitude et leur fierté pour le choix porté sur leur localité, pour abriter cette phase pilote.

Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a salué la belle organisation et la mobilisation massive de la population du village de Kourgui Bangou. « La cérémonie de ce jour, est une étape décisive du chemin, dans notre progression vers la confection de la première liste électorale biométrique du Niger», a déclaré Me. Issaka Souna. La technologie numérique comprenant entre autres la biométrie, offre un champ technique et scientifique, de formidables perspectives pour la transparence et la clarté d'un fichier électoral, a expliqué le président de la CENI. C'est pour cela, d’ailleurs, qu'elle est aujourd'hui au cœur des systèmes électoraux et d'identification en Afrique et dans le reste du monde, a-t-il souligné. Selon Me. Issaka Souna, c'est aussi avec la claire conscience de privilégier un dispositif de sécurité et de confiance que la classe politique a souhaité l’intégration de la biométrie dans le système électoral du Niger, à travers notamment la Loi n° 2019-38 du 18 juillet 2019 modifiant la Loi Organique n° 2017-64 du 14 août 2017.

«Ce nouveau système d'établissement et de gestion du fichier électoral procure un net avantage en matière d'identification et de sécurité, comparé au système de fichier alpha numérique en cours jusque-là. Ce système il faut le reconnaitre, au-delà de sa nouveauté, exige une technicité et une maitrise parfaite de l'outil informatique. Il est onéreux, sensible, chronophage et nécessite une attention particulière tout au long de sa confection », a relevé le président de la CENI, avant de lancer un pressant appel à toutes les parties concernées par le processus électoral pour une adhésion patriotique à la confection de ce fichier électoral biométrique.

Le président de la CENI a ensuite invité les citoyens à une forte mobilisation pour faire face au défi de l'enrôlement biométrique. « Sans inscription sur la liste électorale biométrique, personne ne pourrait participer au vote et donc ne pourrait soutenir ni son candidat, ni son programme. N'acceptez donc pas de n'être que des électeurs virtuels. Tous les votes et toutes les voix comptent», a insisté M. Issaka Souna. Le président de la CENI a, par la même occasion annoncé à ceux qui n'ont pas encore leurs documents d'identification; que les audiences foraines ont été prolongées jusqu'à la fin de l'enrôlement biométrique, afin de permettre au plus grand nombre d'obtenir leurs pièces d'état civil et faciliter ainsi l'enregistrement régulier sur le fichier électoral biométrique.

S’adressant aux partis politiques, Me Issaka Souna a appelé les partis politiques à mobiliser massivement leurs militants. Il a appelé la société civile à jouer son rôle de «conscientisation et de veille » pour un accompagnement qui se doit impartial et responsable. Dans le même ordre d’idée, le président de la CENI a appelé les médias; les partenaires techniques et financiers et tous les acteurs à accompagner davantage la CENI dans ce processus électoral, afin que toutes les exigences d'un scrutin transparent et honnête soient atteintes à chacune des étapes. «La qualité de la liste électorale en chantier dépendra de la CENI bien sûr,   de l'opérateur technique partenaire, mais également des appuis conseils et accompagnements de tous les amis du Niger. Tous les éléments d'analyse et d'appréciation d'un cycle électoral passent en revue la totalité des étapes allant des textes électoraux à la proclamation des résultats définitifs et de leur acceptation», a-t-il estimé.

Mahamane Chékaré Ismaël (Envoyé spécial)

12 septembre 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique