Remaniement gouvernemental en perspective : Le come-back fracassant de Hassoumi Massoudou

Remaniement gouvernemental en perspective : Le come-back fracassant de Hassoumi MassoudouDisparu de la circulation depuis son fracassant limogeage le 1er février 2019 et le choix de Mohamed Bazoum comme candidat du Pnds à l'élection présidentielle prochaine, Hassoumi Massoudou semble avoir consacré, en douce, son temps, son intelligence et son énergie à un come back tout aussi fracassant. C'est avec insistance que des sources proches du Pnds Tarayya parlent du come-back imminent de Hassoumi Massoudou. Depuis qu'il a été débarqué, Hassoumi Massoudou est quasiment tombé dans l'oubli. Oublié de l'opinion publique nationale, mais aussi de ses plus vieux compagnons politiques qui évoquent son nom sur un ton de passé révolu. Récemment, le Président Issoufou Mahamadou a laissé entendre dans une interview accordée à Jeune Afrique : " Il n'y a plus de problème Massoudou Hassoumi. L'heure n'est plus aux états d'âme, encore moins aux rancoeurs ". Des propos qui accréditent clairement la crise née du choix du candidat du Pnds Tarayya à la présidentielle de 2021 et conséquemment de la mésentente, voire de l'inimitié, entre Mohamed Bazoum et Hassoumi Massoudou. Depuis sept mois qu'il a été mis à la touche pour insubordination politique, l'ancien directeur de Cabinet, ancien ministre de l'Intérieur et ancien ministre des Finances, rase pratiquement les murs. Il se fait rarement voir en public et les échos des tentatives entreprises par des vieux potes du parti en vue de recoller les morceaux font état d'un refus catégorique de Hassoumi de reprendre le service. Même si, à la faveur d'une des multiples intermédiations qu'il y a eu pour ramener la tête pensante du Pnds à de meilleurs sentiments, l'intéressé a déclaré que " le linge sale se lave en famille et qu'il a été lavé en famille ". Pourtant, il restera dans le mutisme total, se refusant à toute participation active dans les activités du parti dont il est le secrétaire général. Cela a duré sept mois. Sept longs mois pour le Président Issoufou qui a continué à travailler à raccommoder le pagne rose déchiré.

Hassoumi Massoudou, deuxième personnalité du gouvernement ?

Les choses, apparemment, semblent avoir changé depuis lors. De sources politiques crédibles internes au Pnds, il est désormais question du retour de l'ancien ministre des Finances au premier plan, à un poste déterminant au sein du gouvernement en préparation. Selon nos sources qui sont formelles, il a été promis à Hassoumi Massoudou de revenir au gouvernement pour en être la deuxième personnalité. Quel poste lui est destiné ? Pour le moment, c'est le mystère total à ce sujet. Ce qui est certain, c'est que le retour de Hassoumi au gouvernement sera fracassant à plus d'un titre. Son come-back sonne, certes, la réconciliation (définitive ?) entre lui et le Président Issoufou qui, selon d'autres sources concordantes, a régulièrement fait appel à ses services pour dénouer certaines situations. Les ponts n'ont, donc, jamais été coupés totalement entre les deux hommes. Le retour de Hassoumi peut-il pour autant signifier une totale rédemption politique d'un homme qui n'a pas tergiversé pour faire connaître ses ambitions présidentielles ? À quelles conditions un tel comeback a-t-il pu être peaufiné ? Ce qui est certain, le retour de Hassoumi Massoudou au premier plan ne peut laisser indifférent, aussi bien au sein de l'opposition que dans les rangs de la majorité au pouvoir, pour ne pas parler du Pnds.

Le retour annoncé de l'ex-ministre des Finances au gouvernement suscite forcément quelques interrogations. Des interrogations qui ne trouveront des réponses qu'avec la formation du prochain gouvernement dont la finalisation serait assujettie à la transmission attendue de la liste des ministrables du Mnsd. Pour l'heure, Seïni Oumarou se trouve, selon une source, du côté de Paris, en France.

Dans le rétroviseur, la chute inattendue et surprenante de l'homme des affaires

Issu de l'aile pure et dure du Pnds Tarayya, l'ancien ministre des Finances a été, d'une manière ou d'une autre, impliqué dans presque tous les gros scandales politico- financiers de ces huit dernières années. Des négociations opaques avec Areva (Orano) dans le cadre du renouvellement des contrats d'exploitation de l'uranium à l'achat de l'avion présidentiel, en passant par l'uraniumgate, le nom de l'ex-directeur de Cabinet du président de la République reste à jamais associé à ces forfaitures et tant d'autres. Nul besoin de revenir sur le comportement exécrable dont Hassoumi Massoudou a de tout temps fait preuve à l'égard des opposants, des acteurs de la société civile, des journalistes et même des citoyens lambda. Au sommet de sa toute puissance, l'homme à tout faire du président de la République, plein de mépris pour ses semblables nigériens, n'a jamais imaginé se retrouver un jour mis au ban de la Renaissance. Pourtant, c'est arrivé. Au moment le plus inattendu. En mission à l'intérieur du pays, Hassoumi Massoudou s'est vu expulser du gouvernement par l'homme qu'il a aveuglement servi des décennies durant, le Président Issoufou Mahamadou. Une situation qui lui a peut-être permis de comprendre que les " ennemis " - c'est son terme -ne sont pas les organes de presse qu'il indexait. Mais ceux qui, tout à côté de lui, l'ont finalement neutralisé à cause de ses ambitions présidentielles légitimes.

Alpha


Le mot de la rédaction du Courrier 

Hassoumi Massoudou a-t-il suffisamment surmonté l'affront pour accepter de réintégrer l'équipe gouvernementale ? Est-il prêt à s'asseoir sur son amour-propre pour un nouveau poste ministériel ? En voulant réhabiliter son ''ex-homme des sales besognes'', que vise réellement le président de la République ? Ce dernier ne cherche-t-il pas à s'offrir une fois de plus les services de celui qui a été l'artisan des élections truquées de 2016 ? La réponse à cette question est des plus difficiles. Car, s'il est clair que pour le Pnds Tarayya, il s'agit de " gagner ou de gagner ", en 2021, autrement dit de conserver le pouvoir d'État par tous les moyens, il est tout autant clair que le flou persiste quant à la personnalité qui bénéficiera finalement du soutien de Mahamadou Issoufou. Hassoumi Massoudou, qui aurait catégoriquement refusé de s'aligner derrière Mohamed Bazoum, a-til finalement avalé la pilule pour se mettre au service du candidat adoubé par Mahamadou Issoufou ? L'ombre du général à la retraite Djibo Salou planant avec insistance sur le projet présidentiel de Mohamed Bazoum, il faut bien craindre que le secrétaire général du Pnds ne soit appelé à mettre la main à la pâte de la matérialisation de ce fameux deal qui pollue le climat politique et que, dans le camp du Président Issoufou, on s'ingénie à nier avec véhémence. Malgré les nombreux indices troublants.


08 septembre 2019
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique