Remise des nigériens au travail : Le plus grand échec du régime en place

Nigeriens-Travail-01.jpgDepuis sa campagne électorale musclée de 2010-2011 qui l'a porté à la magistrature suprême, le président de la République Issoufou Mahamadou avait promis devant Dieu et le peuple, de remettre les nigériens au travail. Cette opération vivement saluée par les nigériens, avait été lancée rappelez-vous à travers une vaste série de visites inopinées dans certains services relevant du domaine d'Etat. C'est ainsi que le Président Issoufou Mahamadou s'est d'abord rendu très tôt dans les locaux du ministère des mines puis ceux de l'éducation nationale. Le Chef de l'Etat avait pour ambition, de lutter contre la paralysie de l'administration qui a occasionné un laisser-aller, du plantons jusqu'aux premiers responsables des différents administrations publiques. Seuls les médias d'Etat étaient informés de son déplacement. Malheureusement quelques jours après, le Chef de l'Etat abandonne subitement sa mission de contrôle sans pour autant communiquer les raisons. La tâche était certainement grande et difficile pour le Chef de l'Etat, pour la simple raison du fait qu'aujourd'hui, la plus grande campagne politique se produit au sein de l'administration publique. Les bureaux politiques ne sont que des formalités Les nominations sont faites en fonction d'appartenance aux formations politiques en lieu et place du mérite et des compétences personnelles. Tout le monde est expert en communication, santé, éducation, environnement, sport et autres. Aujourd'hui l'administration nigérienne est devenue ce qu'elle est. Des affiches des formations politiques partout dans les bureaux, les retards et absences des fonctionnaires inutiles sans preuves, des commerçants détaillants qui font ce qu'ils veulent de porte en porte, des causeries inutiles en lieu et place du travail pour lequel ils sont affectés et payés à la fin du mois sur le dos de nos parents, le favoritisme entre autres. Toutes les commandes des plus grandes bombes politiques se signent et se payent dans les administrations publiques. Pour un simple document à saisir ou à feuilleter afin de rendre service à un citoyen en quelques minutes seulement, certains fonctionnaires peuvent prendre 72 heures ou même plus pour le faire. Imaginez si la personne est venue d'une zone plus reculée du pays Alors comment parler de la remise des nigériens au travail dans de circonstances pareilles ? Comment gagner sa vie lorsqu'on a mal ou pas du tout travaillé ? Comment parler du bonheur lorsqu'il faut obligatoirement appartenir à une formation politique pour accéder à un poste de responsabilité ? Bref, même dans la maison de la météo ou c'est le satellite qui offre les prochaines nouvelles du ciel, la politique à bel et bien sa place. Partout où vous vous rendez, les différents responsables de l'administration ne travaillent qu'avec les fonctionnaires issus de leurs formations politiques. Les autres sont classés au second rang. Pas de missions juteuses et de promotions. La scène est désolante de bureau en bureau déserté par les fonctionnaires pour leurs propres affaires. De l'autre côté, le chef est absent à cause d'une réunion politique ou pour un rendezvous avec le diable. On ne cesse d'entendre dire je cite, " monsieur, il faut revenir demain ou encore la semaine prochaine, votre dossier est toujours en signature ", fin de citation. Pour la plus part du temps, les secrétaires affectés dans les services ne soulèvent même pas les yeux sur vous. Beaucoup d'entre eux ont de liaisons privées avec leurs patrons, c'est pourquoi ils se comportent de cette manière. En principe, le mérite est plus important et bénéfique à un pays qu'à l''appartenance à une coloration politique. Le système PAC " parents amis et connaissances " dans la mise en oeuvre de n'importe quel programme ou projet au monde, est voué à l'échec.

Il est la source de plusieurs tensions politiques, sociales et économiques, au regard du crime économique qu'il occasionne. C'est regrettable. Plus de 50 ans après l'indépendance, l'administration nigérienne est toujours inarticulée à la société.

Elle reste impuissante devant les besoins exprimés par les citoyens, incapable de s'ajuster aux différentes règles de modernité d'un contexte mondial de compétition pour l'efficacité et la qualité Corruption, incompétence, clientélisme, désorganisation, politisation, la liste est exhaustive. En gros, l'administration nigérienne semble opter définitivement pour les retards, l'absentéisme et la corruption généralisée.

Par Salifou Hachimou

08 septembre 2019
Source : L'Actualité

Imprimer E-mail

Politique