1ère Session ordinaire du Conseil du COPIL-SNLC : Relancer la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption

ILe Premier ministre, Chef du gouvernement et président du Conseil d’Orientation et de Pilotage de la Stratégie Nationale de Lutte contre la Corruption (COPIL-SNLC), a présidé jeudi 18 juillet dernier, la 1ère Session dudit Conseil. Quatre (4) points étaient inscrits à l’ordre du jour de la réunion, à savoir l’évaluation des progrès réalisés dans la lutte contre la corruption et les infractions assimilées ; l’orientation stratégique de la lutte contre la corruption et les infractions assimilées ; le financement de la lutte contre la corruption et les infractions assimilées et un point sur les divers.

Etaient présents à la session les membres du gouvernement membres du COPIL-SNLC, le ministre Directeur de Cabinet du Président de la République, le président de la HALCIA ; le Haut-Commissaire à la Modernisation de l’Etat ; deux représentants des partis politiques ainsi que des représentants des structures membres du conseil. Dans son mot introductif, le président du COPIL-SNLC, S.E Brigi Rafini, a, tout d’abord, rappelé que c’est par décret n° 201-007/PRN, du 5 janvier 2018, portant adoption de document de stratégie nationale de lutte contre la corruption et son plan d’action, que le COPIL a été créé, en tant qu’organe de mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption. Le COPIL est, selon SE Brigi Rafini, un cadre politique de stratégie, d’orientation et de décision pour le combat contre la corruption.

Le président du COPIL-SNLC, a par la suite, décliné les différentes missions assignées à ce conseil. Il s’agit d’évaluer les performances et d’apporter les mesures correctives et les orientations stratégiques permettant de combler les insuffisances constatées ; de décider de toutes les mesures propres à améliorer les performances dans la lutte contre la corruption ; d’approuver les différents rapports d’évaluation et d’entreprendre un plaidoyer pour promouvoir et mobiliser le partenariat politique, financier et technique, en vue de faciliter la mise en œuvre de la SNLC. « Il s’agit là des missions importantes, parce qu’elles conditionnent la mise en œuvre efficiente de notre stratégie de lutte contre la corruption », a relevé le Premier ministre. Le président du COPIL a invité les participants à des échanges francs et directs, pour le plus grand bien du Niger et a réitéré l’engagement du Président de la   République et du gouvernement, à poursuivre leurs efforts, en faveur de la lutte contre la corruption.

«Le Premier ministre insiste pour que tous les acteurs se mobilisent pour le combat contre la corruption », a confié le ministre de la Justice

A la sortie de ladite session, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux et vice-président du COPIL-SNLC, M. Marou Amadou, a indiqué que suite à cette première et unique session ordinaire du COPIL-SNLC, le Premier ministre, Chef du gouvernement et président dudit Conseil a donné des instructions très claires pour revoir tout le dispositif de fonctionnement et de mécanisme de mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption. « L’arrêté sera révisé, les structures seront renforcées, les mécanismes de financement de notre stratégie seront revus et corrigés, parce que la session, après délibération, a constaté deux problèmes majeures. Le problème de fonctionnement des structures de coordination et l’inadéquation du financement », a précisé le ministre Marou Amadou.

Par rapport au point relatif aux informations, la réunion a, selon le ministre de la Justice, insisté sur l’amélioration des relations entre les structures de lutte, notamment la HALCIA avec le Groupe d’Experts gouvernementaux, avec l’ONUDC (Organisation des Nation-unies de Lutte contre la Drogue et le Crime) mais également avec le Conseil consultatif de l’Union Africaine sur la corruption, qui viendra, en septembre pour évaluer notre pays. Le ministre Marou Amadou est enfin revenu sur l’insistance du Premier ministre, pour que tous les acteurs se mobilisent, afin que le Niger, au-delà du problème de classement, mais dans l’intérêt de notre pays, fasse des grands pas sur ce chantier de lutte contre la corruption, qui est un chantier majeur. Notons que le COPIL-SNLC se réunit, en session ordinaire, une fois par an et peut se réunir, en session extraordinaire, chaque fois que de besoin.

Mahamadou Diallo(onep)

22 juillet 2019 
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique