Symposium international de la jeunesse sur la consolidation de la paix, la prévention de l’extrémisme violent, la migration irrégulière et l’initiative « un million d’ici 2021 » Investir dans la jeunesse africaine pour relever les défis du Continent

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E Brigi Rafini a présidé hier matin, à Niamey, l’ouverture d’un symposium international de la jeunesse sur la consolidation de la paix, la prévention de l’extrémisme violent, la migration irrégulière et l’initiative « un million d’ici 2021 ». Ce symposium qui réunit la jeunesse africaine pendant deux jours pour réfléchir sur un certain nombre de thématiques, a été organisé par le Conseil National de la Jeunesse (CNJ) du Niger en collaboration avec l’Union Panafricaine de la Jeunesse ainsi que d’autres partenaires stratégiques tels que le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ; la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie (CONFEJES).

Le symposium international de la jeunesse s’inscrit dans le cadre d’une initiative ambitieuse portée par la Commission de l’Union Africaine. Cette initiative dénommée « un million d’ici 2021 » a été officiellement lancée le 24 avril 2019 à Addis Abeba en Ethiopie par M. Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union Africaine. Elle est axée sur quatre « E » à savoir l’Education ; l’Entreprenariat ; l’Emploi et l’Engagement. Il s’agit là de promouvoir la jeunesse africaine en créant les conditions de la libération de son potentiel créatif, inventif à même de propulser le développement du Continent. Par ailleurs, cette initiative repose sur la capacité des jeunes africains à inventer leur propre développement.

«Je crois profondément que la jeunesse est un atout majeur pour les pays en développement. La jeunesse est forte et créatrice» SE. Brigi Rafini

Ce symposium international de la jeunesse est axé sur des thématiques combien importantes pour le continent africain en général et pour la jeunesse africaine en particulier qui constitue la cible potentielle pour les mouvements terroristes. Ces derniers sont toujours à la recherche de nouvelles recrues. En ouvrant les travaux de ce symposium, le Premier ministre, Chef du Gouvernement, S.E Brigi Rafini a précisé que la circulation transfrontalière des combattants des groupes armés et des mouvements terroristes ainsi que la circulation illicites des armes constituent un grave problème de sécurité et une menace constante dans le monde en général et en Afrique en particulier.

La jeunesse africaine a beaucoup à apporter à la construction de la paix dans la mesure où c’est un avenir qui est enjeu. Malheureusement, cet avenir est hypothéqué en l’absence de la paix. La jeunesse est donc en droit de faire entendre sa voix et de participer aux décisions qui déterminent son avenir. « Si certains jeunes se laissent entrainer dans une spirale de frustration et désespoir qui en fait des proies faciles pour ceux qui tiennent des discours extrémistes, de nombreux autres se mobilisent et cherchent de toute leur âme la voie de la paix, de la confiance et de l’épanouissement au sein des sociétés libérées de menaces de la violence », a relevé le Premier ministre. En effet, le terrorisme continue de se propager à travers le monde. Il constitue une des plus graves menaces sur la paix et la sécurité internationale. « L’Etat du Niger continuera à mener son combat implacable contre les auteurs d’actes d’extrémisme violent et met tout en œuvre pour protéger nos populations contre les actes terroristes et criminels » a déclaré SE. Brigi Rafini.

«Ce symposium conforte davantage l’engagement du Président de la République, Chef de l’Etat, S.E. Issoufou Mahamadou dans son combat pour l’autonomisation et la responsabilisation de la jeunesse » SE. Brigi Rafini

Le Chef du gouvernement devait souligner qu’il n’est jamais de trop de dire que la paix et le développement sont indissociables. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, le gouvernement du Niger a inscrit les questions de gouvernance, de paix et de sécurité au centre de ses préoccupations. « Je crois profondément que la jeunesse est un atout majeur pour les pays en développement. La jeunesse est forte et créatrice. La jeunesse est inventive ; les jeunes sont pleins d’énergie et d’engagement ; pleins de créativité et inventivité. Ainsi, en investissant davantage dans la jeunesse, je reste convaincu de ce que l’on peut tirer le meilleur parti de l’extraordinaire capital humain qu’elle représente et pour en faire le véritable moteur du développement de nos Etats. Pour ce faire, l’opinion des jeunes doit être entendue et respectée ; leur contribution doit être encouragée et valorisée », a indiqué le Premier ministre.

En cela, estime le Chef du gouvernement, l’initiative « un million d’ici 2021 » de l’Union Africaine constitue une innovation. Ce symposium est pour les jeunes une occasion de partage d’expérience et de vision en vue d’une mise en synergie judicieuse des efforts et des moyens pour garantir la paix et la stabilité dans les Etats africains et pour promouvoir une dynamique de développement durable irréversible. C’est dire que ce symposium devrait contribuer à renforcer le mécanisme de veille des jeunes en étroite collaboration avec les autorités compétentes pour contribuer à la lutte contre l’extrémisme violent et la migration irrégulière à travers la création des comités de jeunes médiateurs de la paix entre les différents pays africains. Ces comités locaux, a dit le Premier ministre, seront soutenus et animés par un réseau viable dont l’action privilégiera concrètement la prévention et l’atténuation des conflits ainsi que la consolidation de la paix. Cette démarche permettra, à terme, aux jeunes porteurs de projets de bénéficier du fonds africain pour le développement de la jeunesse créé à cet effet. «Le présent symposium conforte davantage l’engagement du Président de la République, Chef de l’Etat, S.E. Issoufou

Mahamadou dans son combat pour l’autonomisation et la responsabilisation de la jeunesse afin d’en faire le principal levier de développement de notre pays conformément au programme de la renaissance pour le Niger acte II et à la déclaration de Politique Générale du gouvernement » a déclaré SE. Brigi Rafini.

«Nous devons donner aux jeunes la possibilité de réaliser pleinement leurs aspirations », M. Jose Herman Wabo

Dans son intervention, le président par intérim de l’union panafricaine de la jeunesse, M. Aliou Oumarou, président du conseil national de la jeunesse du Niger a précisé que le continent africain rêve d’un monde meilleur et d’une nouvelle espérance pour sa jeunesse. A ce titre, il estime que la responsabilité des gouvernants africains doit désormais consister à se mettre à l’écoute des jeunes générations tout en les aidant à travailler sans relâche pour le bien commun et à créer un ordre social juste et pacifique où les droits et les libertés fondamentales de l’homme sont assurés. Les dirigeants africains devraient aussi œuvrer, selon M. Aliou Oumarou, pour l’avènement d’un monde dans lequel les jeunes pourront s’exprimer de façon responsable et en toute liberté ; un monde d’un humanisme transcendant qui offre aux nouvelles générations les occasions de réaliser leur potentiel et de travailler à la construction d’une civilisation de paix en cohérence avec les exigences les plus profondes de justice et de fraternité. Dans cette optique, la démarche actuelle de l’Union panafricaine de la jeunesse s’inscrit dans une approche participative et concertée de tous les acteurs politiques ; institutionnels ; associatifs et particulièrement les jeunes en vue de contribuer à l’avènement d’une paix définitive et durable au Niger et partout en Afrique.

Pour leur part, le secrétaire général de la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie (CONFEJES), M. Bouramah Ali Harouna et le représentant résident adjoint du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD), M. Jose Herman Wabo, ont tous salué la tenue de ce symposium qui intervient quelques jours après l’organisation réussie par le Niger des deux sommets importants pour l’organisation continentale en l’occurrence le lancement de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAF) et le sommet de coordination entre l’Union Africaine et les Communautés économiques régionales. L’initiative «un million d’ici 2021» de l’Union Africaine est conforme aux ambitions de la CONFEJES et du PNUD en ce sens qu’elle place la jeunesse africaine au cœur de l’action.

« Investir dans la jeunesse est une condition préalable à la stabilisation du continent africain en général et en particulier de la région du Sahel en proie à la menace terroriste. Les jeunes devraient être au cœur de tout programme de développement. Nous devons investir dans leur potentiel, leur talent, leur énergie et leur enthousiasme et leur donner la possibilité de réaliser pleinement leurs aspirations », a soutenu le Représentant résident adjoint du PNUD.

Au cours de ces assisses, plusieurs panels seront animés par des membres du gouvernement du Niger ; des experts du PNUD et d’autres organisations partenaires de ce symposium sur des thématiques qui constituent des préoccupations centrales pour l’avenir du Continent et de sa jeunesse.

Il faut aussi noter qu’un certain nombre de témoignages de satisfaction et de trophées ont été décernés à plusieurs personnalités qui se sont remarquablement distinguées ici comme ailleurs pour la cause de la jeunesse. Parmi ces personnalités, figure la ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, Mme El-Back Zeinabou Tari Bako.

l Hassane Daouda

16 juillet 2019 
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique