La trilogie tragique Issoufou-Salou-Bazoum : Qui restera sur le carreau ?

La trilogie tragique Issoufou-Salou-Bazoum : Qui restera sur le carreau ? Entre l'opposition nigérienne, ferme sur ses intentions de ne pas accepter de croiser les bras face à la confiscation du processus électoral en cours et son propre camp qui évolue pratiquement sur un champ de mines, écartelé entre deux pôles antagoniques qu'il a suscité et entretenus, le Président Mahamadou Issoufou navigue à vue. Il ne sait plus quoi faire, ni vers quelle destination aller. L'adoption par l'Assemblée nationale, le lundi 24 juin 2019, du code électoral que conteste l'opposition, ne règle rien de la problématique du Président Issoufou. Elle donne tout au plus un peu d'espoir à des militants du Pnds Tarayya si endoctrinés qu'ils pensent au miracle. Leur attente est forte et risque, malheureusement d'être longue. Leur attente, c'est de voir rapidement s'éclaircir l'horizon électoral du Pnds. Des dissensions, très fortes, sont apparues au grand jour lorsqu'il a fallu désigner un candidat qui défendrait les couleurs du parti rose à l'élection présidentielle. Face à Mohamed Bazoum, Hassoumi Massoudou s'est dressé, fort du soutien massif de nombreux ténors et bailleurs de fonds du Pnds. L'intervention musclée du Président Issoufou a mis Hassoumi K.O en deux temps. D'abord un décret présidentiel qui l'a renvoyé sèchement du gouvernement sans crier gare ; ensuite une lettre de Pierre Foumakoye Gado informant les instances du Pnds du choix porté par le Président Issoufou, le véritable patron du Pnds, sur Mohamed Bazoum. Si le coup de poing inattendu de Mahamadou Issoufou en faveur de Mohamed Bazoum a refroidi les ardeurs de Hassoumi Massoudou, il n'a toutefois pas permis de ramener la sérénité au sein du parti. Au contraire, il a fortifié les suspicions et les rancoeurs.

Aujourd'hui, la problématique se complique et l'on a la nette impression que la préférence du Président Issoufou pour Mohamed Bazoum n'a fait que différer l'épilogue d'une histoire qui prend l'allure d'une tragédie. Pour lui-même d'abord. Balloté entre Mohamed Bazoum et Hassoumi Massoudou qu'il a fini par lâcher pour des motivations qui restent encore à déterminer, le Président Issoufou semble à présent écartelé entre le président du Pnds et le général Djibo Salou. S'il n'a pas encore, du moins officiellement, pipé mot à propos de son ambition présidentielle, le chef de la junte militaire de 2010 en présente néanmoins tous les signes annonciateurs d'une telle éventualité. Des hommes de main, d'anciens collaborateurs et des officiers à la retraite sont dans l'attente du signal de départ pour le grand combat. Si Djibo Salou officialise ce que d'aucuns pensent inéluctable, la tragédie, le Président Issoufou sera un dans pétrin total. Qui va-t-il sacrifier au profit de l'autre ? Selon de nombreux pronostics recueillis au sein de l'opinion nationale, c'est le général Djibo Salou qui sera laissé sur le carreau.

Laboukoye  

30 juin 2019
Source : Le Courrier

Imprimer