Douane nationale : Le Courrier lève un coin de voile sur l'affaire de rapatriement du corps de feu colonel John

Douane nationale : Le Courrier lève un coin de voile sur l'affaire de rapatriement du corps de feu colonel John L'affaire, qui a fait couler beaucoup d'encre et de salive, semble connaître désormais son épilogue. Suite à ses investigations, Le Courrier a découvert que le nommé Younoussa Moumouni Alhassane, inspecteur principal des douanes, titulaire de l'ordre de mission n°06345 en date du 16 novembre 2018, devrait participer à une réunion à Bruxelles (Belgique) sur la convention de Kyoto révisée. Pendant cette mission, le sieur Younoussa Moumouni dit colonel John succombe suite à un malaise. Dans cette triste situation, la direction générale des Douanes demande le service de l'agence africaine de voyage et de tourisme (AAVT) pour le rapatriement du corps de colonel John. Cette agence de voyage présente à la direction générale des Douanes une facture de quatre-vingt trois millions cent soixante mille (83 160 000) FCFA. Et un chèque BIA lui a été établi le 20 décembre 2018 pour règlement. Ayant trouvé la facture surévaluée, selon des douaniers que nous avons interrogés, le directeur des ressources humaines de l'époque a fait opposition au paiement dudit chèque. Car un certain ZIKO qui se trouverait en Belgique s'est porté volontaire pour accompagner la dépouille mortelle contre le paiement d'une facture de 4315 euros, soit 2 826 325 FCFA. Tels sont les faits. Et selon des sources dignes de foi, le ministre des Finances aurait demandé à la direction générale des Douanes de poursuivre l'agence pour escroquerie. Mais, selon nos sources, l'agence de voyages en question s'est volatilisée dans la nature depuis. Et le chef d'agence aurait pris la poudre d'escampette, informé, semble-t-il, de la poursuite judiciaire que comptait engager l'administration douanière contre lui. Aujourd'hui, la question que l'on est en droit de se poser est de savoir l'identité du corbeau qui est à la base de l'information du chef d'agence. Des zones d'ombre qui doivent inciter le ministre des Finances à instruire une enquête pour démasquer les complices du chef d'agence ainsi que tous ceux qui ont participé à cette honteuse tentative d'escroquerie.  

AS
23 juin 2019
Source : Le Courrier

 

Imprimer E-mail

Politique