Célébration de la fête de travail : Les travailleurs des différentes centrales syndicales ont défilé dans les rues de Niamey

Célébration de la fête de travail : Les travailleurs des différentes centrales syndicales ont défilé dans les rues de NiameyA l’instar des travailleurs du monde entier, ceux du Niger ont célébré, hier mercredi 1er mai 2019, le 133ème anniversaire des évènements de Chicago, considérés universellement comme le 1er jalon de la conquête des droits par les travailleurs. La fête du 1er mai, symbolise aussi la lutte permanente des travailleurs pour un monde plus juste et pour l’instauration à tous les niveaux d’activités économiques, des relations professionnelles fondées sur des principes fondamentaux de justice sociale, d’équité et de respect de la personne humaine. Cette fête est donc l’occasion, pour le Gouvernement et les partenaires sociaux, de jeter un regard rétrospectif sur l’état des rapports professionnels au cours de l’année écoulée et, par la même occasion, d’évaluer les grands chantiers sociaux qui focalisent les intelligences et les énergies. Au Niger, la douzaine de centrales syndicales, a célébré cette fête en rangs dispersés, tant à Niamey la capitale, qu’à l’intérieur du pays.

Au niveau de la capitale, les différents syndicats qui constituent les centrales syndicales, ont défilé au niveau de certains grands axes. Les travailleurs en tenue de travail ou en uniformes, en Tee-shirts et coiffés des képis à l’effigie des entreprises, des services et autres sociétés qu’ils représentent, ont défilé sous les applaudissements des autorités, des responsables syndicaux et des populations amassées pour la circonstance. Après les différents défilés, les responsables des centrales ont décliné leurs allocutions, qui retracent la situation socio-économique nationale et rappelé leurs différentes revendications restées en souffrance.

Cette année, la célébration de cette fête de travail intervient à un moment ou l’insécurité continue de sévir dans certaines régions du pays. Toutes les centrales ont mis l’accent sur cette question sécuritaire, en louant le courage et la détermination des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) auxquelles elles ont réitéré leur soutien. Les centrales syndicales ont par la suite appelé les autorités à se pencher, encore plus, sur les questions de développement, donc de la lutte contre la pauvreté et l’illettrisme qui font, selon elles, le lit de la violence et de l’insécurité. Elles ont aussi passé, au peigne fin, la situation universitaire, qu’elles jugent inquiétante et ont demandé au gouvernement de privilégier le débat d’idées et de créer les conditions d’une reprise du dialogue entre lui et le SNECS.

Cette célébration du 1er mai intervient aussi à un moment où les centrales syndicales, attendent impatiemment les élections professionnelles, reportées à plusieurs reprises. Ces élections sont censées déterminer les centrales les plus représentatives de l’échiquier syndical nigérien. Sur ce point, les différentes centrales ont invité le gouvernement à faire diligence pour la tenue, tant attendue de ces élections. Elles ont par conséquent lancé un appel aux militants pour qu’ils se mobilisent pour un succès éclatant des leurs corporations respectives.

Les différentes centrales syndicales sont ensuite revenues sur leurs revendications. Ces organisations ont, entre autre, déploré le non-respect du protocole d’accord intervenu le 20 octobre 2018 entre les deux parties. Ce qui a obligé, selon elles, l’ITN (Intersyndicale des Travailleurs du Niger), a rendre publique une déclaration, en date du 30 janvier 2019, pour rappeler certains points non satisfaits de la plateforme revendicative, dont celui relatif à l’octroi de la prime de départ à la retraite pour tout agent de l’Etat admis à faire valoir ses droits à la retraite à compter de janvier 2019. Ce point de revendication et beaucoup d’autres figurent dans la nouvelle plateforme revendicative remise à l’occasion de ce 1er mai au ministre en l’Emploi, du Travail et de la Protection sociale.

Mahamadou Diallo (ONEP)

02 mai 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique