Atelier de lancement de la cartographie des voies de recours et mécanisme de plaintes ouverts aux usagers du service public : Outiller les participants pour recevoir, écouter et traiter les plaintes des usagers en cas d’abus par le personnel des instituti

Le Centre de Genève pour la gouvernance du secteur de la Sécurité ( DCAF) a organisé, hier matin à Niamey, un atelier de lancement de la cartographie des voies de recours et mécanisme de plaintes ouverts aux usagers du service public en cas d’abus par le personnel des institutions de sécurité. C’est le Médiateur de la République, Me Ali Sirfi Maiga, qui a procédé, l’ouverture de cet atelier en présence du Médiateur de Togo, Mme Nana Houa et de la Ministre de la Fonction Publique et de la réforme administrative Mme Kaffa Rakiatou Christelle Jackou, de l’ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Niger, SE. Hermann Nicolaï et de plusieurs invités.

Dans son discours, Me Ali Sirfi Maiga a indiqué que le document, fruit du partenariat entre l’institution du Médiateur de la République et le Centre pour la Sécurité, le développement et l’Etat de droit (DCAF) est un outil à l’usage de tout citoyen victime d’abus ou d’inconduite de la part des personnels de service de sécurité. Il présente les différentes voies de recours et les mécanismes de plaintes qui s’offrent aux citoyens en cas de manquements à leurs droits de la part d’agents chargés de sécurité. En effet a-t-il poursuivi, le plus souvent, les usagers du service public ignorent les instruments juridiques et juridictionnels qui sont à leur disposition et par lesquels ils peuvent saisir une autorité publique pour des manquements qui portent atteinte à leur droit.

Me Ali Sirfi Maiga a ajouté que la cartographie des voies de recours et mécanisme de plaintes se veut un outil de travail qui répertorie et dresse, de façon simple et cohérente, les institutions civiles et militaires qui, de par les textes qui les instituent ou les organisent ont la mission d’écouter, de recevoir, d’enquêter, de traiter et de sélectionner le cas d’abus d’inconduite commis par le personnel des services de sécurité publique. « C’est donc un guide de justiciable qui est victime d’un abus ou d’une inconduite et qui attend de se faire entendre sous le fondement du principe conventionnel et constitutionnel du droit à la justice » a précisé le Médiateur de la Republique.

Selon la représentante du DCAF, Anne Bennett, le Centre de Genève pour la Gouvernance du Secteur de la Sécurité (DCAF) a eu, depuis 2014, le privilège de travailler étroitement avec un grand nombre d’intervenants au Niger. « Les résultats atteints dans le cadre de la collaboration nous encouragent à poursuivre et à approfondir notre engagement pour les deux ans à venir. Nous sommes reconnaissantes envers tous nos partenaires formels et informels pour leur présence et leur engagement dans le cadre de cette activité. Nous tenons à réaffirmer le soutien du DCAF dans cette dynamique de collaboration et de concertation » a-t-elle indiqué.

Pour sa part, l’ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Niger, SE. Hermann Nicolaï, c’est un honneur de participer à cet atelier organisé par le DCAF sur une question au centre de la bonne gouvernance du secteur public et de la sécurité. « Pour l’Allemagne c’est un grand honneur d’être associée à tout ce processus de réforme au Niger. Depuis quelques années nous sommes un partenaire fort sur toutes les questions de sécurité. L’équipement, l’entrainement avec les FDS tout cela est sans valeur s’il n y a pas d’accompagnement dirigé vers la bonne gouvernance » a estimé le diplomate allemand.

Yacine Hassane, Issaka Mahamadou Almoubarak (Stagiaire)

18 avril 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique